Eugenie Bouchard, un début de reconquête

Finaliste la semaine dernière à Guadalajara, Eugenie Bouchard a atteint la 116e place mondiale, son meilleur classement depuis août 2019. La Canadienne poursuit sa remontée vers le top 100.

Eugenie Bouchard, Wimbledon 2015

Reverra-t-on un jour Eugénie Bouchard jouer les premiers rôles sur le circuit WTA ? Il est encore un peu trop tôt pour le dire, mais la Canadienne se donne tous les moyens pour y arriver. Très appliquée à l’entraînement depuis la reprise du circuit en août 2020, la joueuse de 27 ans poursuit petit à petit sa remontée vers les sommets. En l’espace de 7 mois, Eugénie Bouchard a atteint deux finales, à Istanbul en septembre 2020 après être sortie des qualifications, puis à Guadalajara en mars 2021. Elle n’avait plus jouer pour un trophée depuis… 2016 ! 332e mondiale il y a tout juste un an, la voilà désormais 116e, avec le top 100 en point de mire.

« C’est un long chemin. Je veux juste continuer à essayer de jouer beaucoup de matches. C’est ce qui me manquait. Évidemment, l’année dernière avec la Covid, mais même ces deux dernières années, je ne jouais pas assez. Plus je me mets dans ces positions, plus je me donne de chances de gagner un tournoi, espérons-le. C’est le but. » a expliqué Bouchard en conférence de presse à l’issue de sa finale perdue au Mexique.

La Canadienne semble avoir retrouvé une partie de son jeu qui l’avait mené jusqu’à la 5e place mondiale en 2014. Un niveau qu’elle a toujours eu au fond d’elle.

« C’est comme penser que vous avez perdu vos clés de voiture. Mais vous venez de rentrer chez vous, donc vous ne les avez pas perdus, elles sont quelque part, il vous suffit de les trouver. » a bien décrypté Gil Reyes, l’ancien préparateur physique d’Andre Agassi, sur Tennis Channel. 

Eugenie Bouchard, Washington 2019

Une traversée du désert depuis 2014

Eugénie Bouchard a débuté sa carrière de manière tonitruante en atteignant les demi-finales de l’Open d’Australie et de Roland-Garros en 2014, puis la finale de Wimbledon la même année. Tout juste âgée de 20 ans à l’époque, la Canadienne a eu beaucoup de mal à gérer ce succès et a ensuite enchaîné les contre-performances. Elle n’a plus atteint une seule deuxième semaine en Grand Chelem depuis 2016. Son succès sur les réseaux sociaux, Instagram notamment où elle compte 2,1 millions d’abonnés, l’a aussi dévié de son objectif principal, le tennis.

« Je ne peux pas prétendre que cela ne fait pas partie de ma vie. Je suis très consciente que je suis populaire aux yeux du public. » avait t-elle déclaré en début d’année au magazine Forbes.

Bouchard prend exemple sur Nadal

Pour se reconcentrer à 100% sur le tennis, Eugenie Bouchard a décidé de changer d’environnement. La Canadienne a engagée une nouvelle coach début 2020, Rennae Stubbs, ancienne joueuse de tennis australienne. Elle a également décidé de passer quelques semaines dans l’académie de Chris Evert en Floride pour progresser.

« Elle a fait un passage d’un mois à mon académie à l’automne dernier. J’ai alors été en mesure de l’observer de près et je peux vous dire qu’elle met beaucoup d’ardeur au travail. Elle est déterminée à se donner une nouvelle chance et elle fait les efforts pour y parvenir » a déclaré Chris Evert à la chaîne de télévision canadienne RDS fin 2020.

Pour revenir au plus haut niveau, la joueuse de 27 ans prend également exemple sur le numéro trois mondial Rafael Nadal.

« Si Nadal essaie toujours de s’améliorer, j’ai certainement un long chemin à parcourir de mon côté. J’ai l’impression que le travail que j’ai accompli au cours de la dernière année est enfin en train de se concrétiser un peu. »

Prochaine étape pour Bouchard ? Un retour dans le top 100, qu’elle n’a plus occupé depuis juillet 2019.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *