Lepchenko (encore) contrôlée positive et provisoirement suspendue

Déjà entendue par le tribunal antidopage de l’ITF en 2016 pour avoir ingéré du Meldonium (et finalement blanchie), l’Américaine Varvara Lepchenko vient de subir un nouveau contrôle positif, cette fois à un produit stimulant. Elle venait de remporter son premier titre.

On ne fera pas de raccourci facile, mais la coïncidence interpelle forcément. Alors qu’elle venait de remporter son plus gros tournoi lors du WTA 125 de Charleston, le 1er août dernier, sur terre battue, l’Américaine Varvara Lepchenko a été contrôlée positive à un produit stimulant.

Plus précisément, la gauchère d’origine ouzbek avait été contrôlée deux semaines avant, le 12 juillet, en marge de sa défaite au 1er tour du tournoi de Budapest face à Ana Bogdan. Selon le communiqué de l’ITF, il a été retrouvé dans ses urines des traces d’Adrafinil et/ou de Modafinil, deux produits stimulants, le premier destiné à lutter contre les troubles de l’attention, le second contre la narcolepsie.

Positive au Meldonium puis blanchie en 2016

Lepchenko (35 ans, 127e mondiale), ancienne huitième de finaliste à Roland-Garros (en 2012) et à l’US Open (2015), avait déàj été contrôlée positive en 2016 au Meldonium, ce même produit qui avait valu une suspension à Maria Sharapova. Lepchenko, elle, avait été blanchie par le tribunal de l’ITF, qui avait entendu son argument selon lequel elle avait déjà arrêté la prise du medicament en 2016, année où le Meldonium avait été inscrit sur la liste des produits interdits), même si des traces subsistaient dans son organisme.

L’ITF a par ailleurs indiqué que Lepchenko, qui avait été naturalisée américaine en 2001, n’a toujours pas fait appel à date. Sa suspension débute à compter de ce jeudi 19 août, pour une durée encore indéterminée.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *