Kontaveit et Li, finalistes d’un Grampians Trophy sans finale

Anett Kontaveit et Ann Li ont remporté leur demi-finale respective du Grampians Trophy ce dimanche. Mais les deux joueuses n’ont pas disputé la finale, annulée en raison de la programmation retardée à Melbourne cette semaine et à la veille du début de l’Open d’Australie.

Anett Kontaveit, Melbourne, 2021

C’est une situation rare dans l’histoire de la WTA : deux finalistes, mais pas de vainqueure. Faute de temps, en raison du report des matchs de jeudi suite à la révélation d’un cas positif à la COVID-19 chez un employé du Grand Hyatt Hotel, où 160 joueuses et joueurs avaient logé durant leur quarantaine, la finale du Grampians Trophy ne se disputera pas. Anett Kontaveit et Ann Li, qui ont respectivement battu Maria Sakkari et Jennifer Brady en demi-finales ce dimanche, empocheront ainsi les points et le prize-money de finaliste. Mais aucune des deux ne repartira pas avec le trophée et elles ont joué le jeu jusqu’au bout, pour les photographes.

Voir aussi : Le tableau complet du Grampians Trophy

Sakkari encore battue en demi-finale

Victorieuse d’un seul tournoi en six finales disputées, Kontaveit aurait certainement apprécié l’opportunité de décrocher un deuxième titre. Mais elle devra se contenter d’un succès de référence sur Maria Sakkari (2-6, 6-3, 11-9), précieux en prévision de l’Open d’Australie. Après avoir perdu le premier set, l’Estonienne, 23e mondiale, a renversé la Grecque, qui a pourtant obtenu deux balles de match dans le super tie-break. Mais faute de conclure, la 22e joueuse au classement WTA a laissé échapper une victoire qui lui tendait les bras. Après Ostrava et Abou Dhabi, c’est la troisième fois consécutive que Sakkari s’incline au stade des demi-finales.

La sensation Ann Li

Dans l’autre demi-finale, Ann Li a conclu son incroyable parcours par un succès contre sa compatriote Jennifer Brady, tête de série N.7 (7-6, 6-7, 10-6). La 99e joueuse mondiale a ainsi battu la deuxième Top 25 de sa carrière, après une autre Américaine, Alison Riske, au deuxième tour du dernier US Open. Solide pour revenir dans chaque manche d’un break de retard et pour se remettre d’un deuxième set perdu au jeu décisif, Li est la belle surprise de la semaine. Jamais dans sa carrière la joueuse de 20 ans n’avait ne serait-ce qu’atteint les quarts de finale d’un tournoi sur le circuit principal. Elle n’aura pas l’occasion de disputer sa première finale. Mais son parcours à Melbourne le propulsera dans le Top 70 WTA lundi (69e) et son Open d’Australie, qui débutera lundi contre Shuai Zheng (N.31), sera scruté de près.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *