« Je ne voulais pas abandonner » : les cinq phrases-clefs prononcées par Andreescu après son abandon

Bianca Andreescu était encore très touchée émotionnellement au moment de se présenter devant les journalistes après son abandon en finale du tournoi de Miami. La Canadienne a parlé de sa blessure en montrant son émotion, elle s’est également confiée sur son tournoi et sur la suite de sa saison.

Bianca Andreescu

Le corps de Bianca Andreescu lui pose des problèmes depuis qu’elle a explosé aux yeux du monde en remportant le tournoi d’Indian Wells en 2019. En finale du WTA 1000 de Miami, la Canadienne s’est blessée au pied droit en chutant sur le court au coeur de la deuxième manche, précipitant son abandon et laissant le titre à Ashleigh Barty. En conférence de presse, Andreescu a eu du mal à contenir son émotion. Elle a évoqué sa blessure, sa récupération, son tournoi ainsi que la saison sur terre à venir. Voici les cinq phrases-clefs de son intervention :

1 – Andreescu « sauvée » par son préparateur physique

Après sa chute, Bianca Andreescu a tenté de continuer la finale malgré une forte douleur au pied droit. Et après un temps-mort médical suivi d’un jeu entier passé à souffrir, la Canadienne a suivi les conseils de son préparateur physique qui lui a dit d’abandonner pour ne pas aggraver la blessure. En larmes, Andreescu lui a rendu hommage en conférence de presse.

« Mon préparateur physique m’a sauvé de moi-même. Je ne voulais pas abandonner, au risque d’aggraver la blessure. Alors je lui ai fait confiance et c’était sûrement la meilleure décision à prendre. »

Andreescu va désormais passer des examens pour connaître la gravité de la blessure, mais elle est prête à aller de l’avant.

« Je vais commencer à visualiser le processus de guérison et l’engager avec confiance », a-t-elle déclaré.

Bianca Adreescu, Miami 2021, final

 

2 – Andreescu comblée par son tournoi

Bianca Andreescu disputait ce samedi à Miami sa première finale sur le circuit depuis l’US Open 2019 et son troisième tournoi depuis son retour à la compétition en janvier. Enfin débarrassée de ses problèmes physiques, la Canadienne a montré une grande combativité en remportant quatre matchs en trois sets face à Anisimova, Muguruza, Sara Sorribes et Sakkari.

« Pour moi ça a été un super tournoi. Je me suis bien battue, mon corps a répondu présent jusqu’à aujourd’hui. C’est l’un de mes premiers tournois depuis mon retour et je suis très reconnaissante. »

3 – Montrer ses émotions est une force

Sur le court, dans les bons comme dans les mauvais moments, Bianca Andreescu n’hésite pas à montrer ses émotions, comme l’ont prouvé ses larmes au moment de son abandon. La neuvième joueuse mondiale (sixième lundi) assume sa personnalité et en fait une force.

« Je ne suis pas le genre de personne à cacher mes émotions. Je suis qui je suis, je n’ai pas peur de montrer mes émotions, c’est une force à mes yeux. J’entends dire que c’est une faiblesse lorsqu’une personne montre ses émotions mais pas pour moi, c’est ce qui m’aide à gagner. Je suis très expressive. »

Bianca Andreescu, Miami 2021

4 – Elle ne veut pas être cataloguée comme étant fragile

Depuis son sacre à l’US Open en 2019, la carrière d’Andreescu a été gâchée par des blessures et la Canadienne n’a pas joué un seul tournoi en 2020. A seulement 20 ans, la native de Mississauga semble avoir un physique fragile mais elle ne veut surtout pas être cataloguée de la sorte.

« On dirait que je suis un peu la seule à qui on pose des questions sur les blessures, ce qui est super ennuyeux. Je ne veux pas avoir cette réputation, car je ne suis pas la seule à me blesser. C’est arrivé assez souvent, mais je ne veux pas me définir par ces blessures. Je préfère être très prudente plutôt que de pousser et d’aggraver la situation. »

5 – Andreescu a déjà le regard tourné vers la terre battue

Place désormais à la tournée européenne sur terre battue qui va débuter dans quelques jours. Dans sa carrière, Bianca Andreescu n’a été inscrite qu’à un seul tournoi majeur sur ocre, à Roland-Garros en 2019, où elle avait déclaré forfait avant de disputer son deuxième tour. Malgré son manque d’expérience sur la surface, la Canadienne pense pouvoir bien jouer sur terre battue.

« Je me sens en confiance. J’adore jouer sur terre battue. Je me sens très forte pour faire de bonnes choses cette saison.  J’ai beaucoup travaillé, et cela s’est vu cette semaine, alors je veux continuer sur cette voie. J’espère que je peux faire de grandes choses. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *