Djokovic s’est fait peur face à Sonego, mais il retrouve Nadal en finale

Grâce à son succès en deux trois manches face à Lorenzo Sonego, 6-3 6-7 6-2, Novak Djokovic se qualifie pour sa 11e finale à Rome. Le Serbe retrouvera Rafael Nadal ce dimanche, contre qui il s’était incliné ici-même en 2019.

Novak Djokovic at Rome in 2021

Masters 1000 de Rome – Demi-finale
Djokovic (N.1) bat Sonego 6-3 6-7 6-2

  • L’information principale : Novak Djokovic a fini par maîtriser Lorenzo Sonego en demi-finales
  • Vous apprendrez aussi : C’est la 11e finale du Serbe à Rome, la 6e face à Rafael Nadal
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Pour comprendre comment le Serbe est venu à bout de la fougue de l’Italien

Novak Djokovic était à la recherche de références sur terre battue. Ce samedi 15 mai 2021 lui en a offert deux. Après un succès renversant face à Stefanos Tsitsipas, un peu plus tôt dans la journée, le Serbe a remis ça en demi-finales. Devant un public en feu, le numéro un mondial est venu à bout de Lorenzo Sonego, revenu de nulle part dans la seconde manche. Une victoire en trois manches, 6-3 6-7 6-2 qui le propulse en finale face à Rafael Nadal, ce dimanche.

Mais que le Serbe s’est compliqué la vie. Dans le premier set, le vainqueur de l’Open d’Australie en début d’année a obtenu les premières balles de break de la rencontre à 2-1 en sa faveur. Sur sa deuxième opportunité et après un excellent retour, Djokovic s’est emparé du service de son adversaire. Visiblement un peu tendu par les évènements, Sonego n’a jamais réussi à refaire son retard dans ce premier acte. Pas de quoi lui faire peur. En demi-finales, l’Italien avait également concédé la première manche avant de s’imposer face à Andrey Rublev.

Sonego n’a jamais abdiqué

Face à Novak Djokovic autant inspiré et solide, il est difficile d’envisager un résultat. Dans la seconde manche, le Serbe a été le seul à inquiéter son adversaire sur sa mise en jeu. Mais à force de ne pas convertir ses balles de break (six en tout avant sa première réussite), le natif de Belgrade a vu l’Italien reprendre confiance et se procurer deux balles de set. Celui-ci s’est trop précipité et a commis deux fautes directes, malgré une très belle deuxième balle de service de son adversaire sur la première d’entre elles. Sur le jeu suivant, de façon assez prévisible, Novak Djokovic a converti sa huitième balle de break, dans ce set, sur un joli coup de patte au filet. Il n’avait plus qu’à terminer le travail sur son engagement.

Poussé par un public en feu, Sonego n’a pas abdiqué. Il a même fait encore mieux. Après avoir sauvé deux balles de match, il a repris le service de son adversaire sur un smash rageur pour aller chercher un tie-break. Mené 3-0, le natif de Turin n’a encore une fois pas lâché pour remporter le jeu décisif, en trans, 7-5. Comme un sentiment de déjà vu cette semaine à Rome. L’Italien a d’ailleurs déjà surclassé le Serbe en quarts de finale à Vienne en octobre dernier, un succès 6-2 6-1.

57e affrontement entre Djokovic et Nadal

Complètement transformé par ce scénario assez fou, Sonego a continué sur sa lancée en se procurant trois balles de break d’entrée. Novak Djokovic l’a vite calmé en jouant un tennis impeccable pour sauver ces trois opportunités puis empocher quatre jeux consécutifs. Épuisé, l’Italien a perdu une nouvelle fois son service à 5-2, sur la troisième balle de match du Serbe. Il s’est d’ailleurs écoulé 54 minutes entre la deuxième et troisième balle de finale de Djokovic.

En finale, le numéro un mondial se frottera à son rival de toujours, l’Espagnol Rafael Nadal pour un 57e affrontement. Ce sera également leur sixième finale à Rome (3-2 pour Nadal). Ce dimanche, le plus frais des deux joueurs fera sûrement la différence et à ce petit jeu-là, le Majorquin semble avoir une longueur d’avance. Ce samedi, il a passé 1h32 sur les courts pour dominer Opelka… contre 4h56 pour le Serbe, qui a eu besoin de deux jours pour écarter Tsitsipas.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *