Au terme d’un match plein de rebondissements, Zverev fait plier Tsitsipas à Cincinnati !

Après s’être détaché un set, un break puis avoir été mené 4-1 double break dans le 3e set, Alexander Zverev, à la dérive physiquement, a retrouvé ses esprits à temps pour battre Stefanos Tsitsipas sur le fil, 6-4, 3-6, 7-6(4) en 2h41 ! Il jouera la finale du Masters 1 000 de Cincinnati face à Andrey Rublev !

Que d’émotions et que de rebondissements lors de ces demi-finales 100% Next Gen au Masters 1 000 de Cincinnati ! Après le retournement de situation d’Andrey Rublev face à Daniil Medvedev, avec la complicité involontaire d’une caméra, Alexander Zverev et Stefanos Tsitsipas se sont livrés à un match assez dingue, parfois tendu et plein de rebondissements, que l’Allemand a fini par remporter 6-4, 3-6, 7-6(4) en 2h41, ce samedi.

Sur la lancée d’un début de tournoi impressionnant (une seule balle de break concédée en trois matches), Zverev semblait pourtant parti, dans un premier temps, pour une nouvelle victoire tranquille, puisqu’il menait 6-4, 2-0, 15-30 sans avoir jamais été menacé sur son service.

Tout juste s’était-il énervé, à la fin du 1er set, de voir son adversaire prendre une longue pause toilettes et sortir du terrain avec son sac, le suspectant d’avoir gardé son téléphone avec lui pour échanger quelques conseils avec son père, qu’il voyait pianoter tranquillement en tribunes au même moment. Mais mis à part ce coup de sang, Sascha menait bien sa barque.

Et puis, tout a radicalement changé en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Passant un peu moins de premières balles, le champion olympique se voyait d’un coup assailli de tous les côtés. La forteresse (supposée) imprenable de son service s’écroulait soudainement comme un château de cartes, avec deux breaks encaissés consécutivement et le 2e set dans la foulée.

Malade et au bord du gouffre dans le 3e set…

Zverev, qui commettait de plus en plus de fautes grossières, paraissait souffrir physiquement et se retrouvait même au bord du gouffre, mené 4-1 (double break), balle de 5-1 au 3e set. Mais il parvenait à la sauver, avant de revenir grâce à cet échange de haute volée.

Dans la foulée, il convoquait le docteur pour venir le requinquer au changement de côté, manifestement en panne d’énergie. Les soins faisaient aussitôt leur effet. Reboosté, Zverev revenait à 5-5, bien aidé aussi par son adversaire, auteur d’un jeu catastrophique au moment de servir pour le match, avec une double faute à la clé. 

La dynamique de la partie avait changé de camp. Sur son élan, le n°5 mondial négociait parfaitement le tie break final pour s’imposer sur le fil et devenir, à 25 ans, le premier joueur allemand à atteindre la finale du tournoi de Cincinnati depuis Boris Becker en 1987. Face à Rublev, il tentera de remporter son cinquième Masters 1 000, le deuxième cette année après Madrid. Et peut-être s’installer, au moins symboliquement, comme le boss de la Nex Gen.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *