Des couleurs, une cuillère et Dimitrov : ce qu’il ne fallait pas manquer dimanche à Cincinnati

La deuxième journée a été mouvementée à Cincinnati. Grigor Dimitrov a réussi son retour, John Millman et Adrian Mannarino ont livré une bataille intense, Karen Khachanov et Alexander Bublik ont joué au basket après leur match, et les tenues des joueurs sont toujours plus colorées.

Grigor Dimitrov - Cincinnati

La femme du jour : Vera Zvonareva, pas une, mais deux

Vera Zvonareva, en plus d’être la femme du jour, pourrait aussi être élue la plus “combattive” de ce début de tournoi, à Cincinnati. A 35 ans, la Russe a longtemps été blessée (au poignet gauche, notamment), a eu un enfant en 2016… et a gardé toute sa force mentale. A New York, où le tournoi est délocalisé, l’ancienne numéro 2 mondiale (en 2010) a connu un dimanche ensoleillé : deux matchs, deux victoires. Désormais retombée à la 95e place mondiale, la finaliste de Wimbledon et de l’US Open en 2010 a réussi son entrée au premier tour, en trois sets, contre Magda Linette (1-6, 6-3, 6-1). Elle est pourtant issue des qualifications.

Dans la foulée, Zvonareva a remporté son match de double avec Ekaterina Alexandrova, contre Gabriela Dabrowski et Alison Riske (6-3, 6-4). Une journée complète.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/WTArussians/status/1297580497506144256?s=20″]

L’homme du jour : Dimitrov, un retour « positif »

Solide sur ses jambes, hyperactif, plus affuté qu’à l’Ultimate Tennis Showdown, où il était apparu fébrile, Grigor Dimitrov est de retour en forme. Alors qu’il avait confié fin juillet à Tennis Majors avoir subi “une forme sévère de la Covid-19” et en payer les conséquences (il avait perdu 3 kg), le 19e mondial a réussi son entrée à Cincinnati contre le Français Ugo Humbert (6-3, 6-4). Deux sets, et 1h25 de jeu. Le Bulgare a remporté cinq des six derniers jeux. Au deuxième tour, Dimitrov affrontera Marton Fucsovics, issu des qualifications.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/atptour/status/1297624439115468800?s=20″]

Deux autres gros noms ont fait leur entrée à Cincinnati dimanche. Stefanos Tsitsipas a balayé Kevin Anderson (6-1, 6-3) et David Goffin s’est débarrassé de Borna Coric, en 1h49 de jeu (7-6, 6-4). Le Belge a remporté neuf de ses onze derniers matchs à Cincinnati.

Le combat du jour : Millman – Mannarino, les papy sont résistants 

2h46 de jeu, un combat intense, et à la fin, c’est l’Australien qui gagne. John Millman a fait chuter le Français Adrian Mannarino en trois sets (4-6, 6-4, 7-6). Les deux vétérans (31 ans pour Mannarino, 32 pour Millman) ont transpiré dès leur premier tour. L’Australien a sauvé trois balles de break, à 4-4 dans le troisième set. Il en a sauvé une nouvelle, à 5-5. Et il s’en est sorti, grâce à une couverture du court impressionnante.

L’outsider du jour : Le volcan Alizé Cornet détruit Sofia Kenin 

Chez les filles, les deux premières têtes de séries sont éliminées. Après la défaite de Karolina Pliskova (No 1) contre Veronika Kudermetova, c’est Sofia Kenin, numéro 4 mondiale, qui a chuté d’entrée, face à Alizé Cornet (6-1, 7-6). La Française, bien plus en jambes, a décroché sa première victoire contre une joueuse du Top 5 depuis deux ans. Elle a même mené 5-2 dans le deuxième set. Mais la lauréate du dernier Open d’Australie l’a poussé au jeu décisif. Cornet a remporté le match sur sa quatrième balle de match. “Mon Dieu, dans le tie-break, je priais de toutes mes forces sur chaque coup”, a-t-elle soufflé après la rencontre. Elle jouera son 8e de finale soit face à Caroline Garcia, soit face à Viktoria Azarenka.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/WTA/status/1297699744731430913?s=20″]

La vie à huis-clos : Cornet n’a « pas besoin d’une foule pour devenir dingue »

Pour Alizé Cornet, les tribunes vides, “ça ne change pas grand-chose”. Lors de sa victoire contre la numéro 4 mondiale Sofia Kenin, les cris de rage d’Alizé Cornet étaient d’ailleurs perceptibles, comme en temps normal. Et la Niçoise s’est exprimée sur le huis-clos en conférence de presse.

Je n’ai pas besoin d’une foule pour devenir dingue à l’intérieur de moi, a lancé la joueuse de 30 ans. Je ne pense pas que les tribunes vides me rendent plus négative ou plus folle sur le court. J’ai juste plein de sensations qui arrivent et qui prennent place dans mon corps. Que la foule soit là ou pas, cela ne change pas grand-chose. Peut-être qu’elle me donne un peu plus d’énergie. Mais je n’ai besoin de personne pour dépasser mes limites. Avec ou sans foule, je suis la même joueuse. Cela n’a pas trop d’impact sur moi.”

La phrase du jour, Karen Khachanov : “Il n’était pas énervé et m’a demandé si je voulais jouer une ou deux parties de basket”

Deux victoires en un seul jour pour Karen Khachanov. Mais les deux n’ont pas été remportées sur un court de tennis. Après sa victoire contre Alexander Bublik (6-4, 6-4), le Russe a joué… au basketball, avec son adversaire du jour. Un panier est installé dans la bulle de New York, à côté des courts.

Le match s’est terminé, et Alexander (Bublik) ne l’a pas mal pris, a expliqué Khachanov. Il n’était pas énervé et m’a juste demandé si je voulais jouer une ou deux parties de basketball. Je l’ai détruit une seconde fois. Donc on peut dire qu’il rentre à la maison avec une défaite 2-0.”

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/atptour/status/1297593753633533953?s=20″]

L’image du jour : Semaine de la mode, jour 2, le défilé continue

Felix Auger-Aliassime et Tommy Paul s’étaient déjà illustrés la veille. Dimanche, c’était au tour de Dimitrov (voir plus haut) et de Diego Schwartzman d’arborer des tenues multi-colors à Cincinnati. Avec le même air des années 90. Et d’Andre Agassi.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Gran victoria después de 5 meses 😷🙌🎾✅🕺🏼

Une publication partagée par Diego Schwartzman (@dieschwartzman) le 23 Août 2020 à 10 :42 PDT

Sofia Kenin, elle aussi, a participé à la fête.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/CincyTennis/status/1297680182409658369?s=20″]

Le point du jour : Millman et Mannarino, comme une évidence

Des coups puissants depuis le fond du court, des angles improbables, un rythme effréné : le point du jour ne souffre n’aucune contestation. John Millman et Adrian Mannarino ont régalé, dimanche, sur le court 11. Mais il n’y avait personne en tribune pour applaudir le revers croisé à deux mains par l’Australien, qui lui a offert le point.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/atptour/status/1297677886514556928?s=20″]

Plus tôt, Bublik n’avait pas attendu sa partie de basket (perdue) contre Khachanov pour se faire remarquer. Sur le premier point du match, le Kazakh a servi… à la cuillère. L’arbitre n’avait même pas fini de parler pour le début de la rencontre !

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/atptour/status/1297557741653897216?s=20″]

Le “Frenchie” du jour : Richard Gasquet, reprise en douceur

Même s’il n’a pas eu à forcer, Richard Gasquet a assuré l’essentiel pour son entrée à Cincinnati. Profitant des nombreuses fautes directes de Jeff Wolf, le Français a balayé l’Américain, 144e mondial (6-4, 6-4). Le Biterrois a tout de même subi une balle de débreak, à 4-2 dans le deuxième set. Ses revers une main maîtrisés lui ont permis de garder le contrôle. Au deuxième tour, il sera opposé à Roberto Bautista-Agut, tête de série n°8.

Le jour d’après : Les trois affiches à ne pas rater lundi

Du lourd, lundi, au Masters de Cincinnati. Après sa victoire prometteuse contre Frances Tiafoe, samedi, Andy Murray affronte un adversaire bien supérieur : Alexander Zverev, numéro 7 mondial. L’Allemand fait son entrée à Cincinnati. Tout comme Novak Djokovic. Le numéro 1 mondial affronte Ricardas Berankis, qui a fait chuter au premier tour Tommy Paul, 57e mondial. Serena Williams est le troisième gros nom à faire son entrée dans le tournoi lundi. La tête de série numéro 3 défie la numéro 72 mondiale, Arantxa Rus. 

  • Serena Williams (n°3) – Arantxa Rus : 2e tour, en deuxième rotation sur le Grandstand.
  • Alexander Zverev (n°5) – Andy Murray : 2e tour, en troisième rotation sur le Grandstand.
  • Novak Djokovic (n°1) – Ricardas Berankis : 2e tour, en quatrième rotation sur le Grandstand.

Le programme complet est ici (ajouter 6 heures pour l’horaire français)

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *