« Nous sommes émotifs, et c’est peut-être le plus mauvais côté de Novak sur le terrain » – 5 phrases à retenir de la (rare) interview du frère de Djokovic

Djordje Djokovic s’est longuement confié au podcast Wish&Go pour une rare intervention publique de sa part. Le frère de Novak a évoqué l’Open de Serbie, dont il est le directeur et qui débutera le 19 avril, mais aussi l’attitude du numéro 1 mondial sur le terrain et sa relation personnelle avec Rafael Nadal et Roger Federer.

9 avril 2021
Djorde Djokovic_Adria Tour

A l’approche de l’Open de Serbie, programmé du 19 au 25 avril, le directeur du tournoi Djordje Djokovic, frère de Novak, a accordé un entretien rare au podcast Wish&Go, auquel il s’est confié pendant plus de deux heures. Il a évoqué l’obtention de la licence pour le retour d’un tournoi ATP à Belgrade, le prize-money du tournoi cette saison et la possibilité d’accueillir Roger Federer à l’avenir. Djordje est aussi revenu sur la disqualification de Novak Djokovic à l’US Open 2020, ainsi que sur sa relation personnelle avec Rafael Nadal et Federer.

 

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

A post shared by Višković i Govedarica (@wishandgoshow)

1- L’Open de Serbie – Nous avons des objectifs importants, en priorité de devenir un ATP 500

L’Open de Serbie n’est plus au calendrier depuis 2012, après y avoir figuré pendant quatre ans. Djordje Djokovic révèle que l’idée d’organiser de nouveau un tournoi ATP à Belgrade remonte à près d’un an.

« En octobre, une vraie occasion s’est présentée, celle de racheter la licence de Budapest à Ion Tiriac (ancien tennisman roumain, quart-de-finaliste en simple et vainqueur en double à Roland-Garros, ndlr). On a parlé avec son équipe et lui, et Tiriac était intéressé vu que nous nous connaissons depuis longtemps et notre famille a une bonne relation avec lui. On a trouvé un accord en décembre, Belgrade dispose d’une licence pour cinq ans avec l’option de l’acheter définitivement », a expliqué Djokovic dans le podcast Wish&Go.

Djordje Djokovic & Goran Ivanisevic, Adria Tour, 2020

Le tournoi sera organisé au Novak Tennis Center, où se déroulera aussi un tournoi WTA 250 à partir du 17 mai. Mais en l’état, le tournoi ATP est la priorité. Djordje a aussi indiqué qu’ils avaient des ambitions à long terme pour le tournoi.

« Nous avons des objectifs importants, en priorité de devenir un ATP 500. Si nous y parvenons, il est certain que nous deviendrons propriétaires de cette licence. Nous avons cherché une semaine dans le calendrier avec la meilleure chance d’accueillir un ATP 500. C’est vrai qu’il y a Barcelone la même semaine, mais ce ne serait pas la première fois que deux tournois ATP 500 se tiennent la même semaine. »

C’était par exemple le cas de Dubai et d’Acapulco en mars dernier.

S’il y aura des tribunes au Novak Tennis Center, elles ne seront là que pour la télévision, puisqu’il n’y aura pas de public en raison de la pandémie. Même si c’est un coup dur, le prize-money sera important, en particulier comparé aux autres tournois de la même catégorie.

« Nous sommes très fiers d’avoir réussi à sécuriser un beau prize-money pour notre tournoi (650 000 euros au total, soit environ 200 000 euros de plus que les tournois de Munich et Estoril, qui se dérouleront la même semaine, ndlr). Les joueurs sont nos ambassadeurs et nous devons prendre soin d’eux. Un gros prize-money était l’une de mes priorités pour pouvoir attirer les joueurs et répondre aux attentes de l’ATP. Nous voulons montrer, à nous-mêmes et aux autres, que nous sommes prêts pour accueillir un 500. »

2- J’espère que nous pourrons accueillir Federer avant qu’il mette fin à sa carrière

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic sera le plus gros nom du plateau cette année, mais deux autres Top 10 (Dominic Thiem et Matteo Berrettini) ont été confirmés. L’ancien N.6 mondial Gaël Monfils, le demi-finaliste de l’Open d’Australie Aslan Karatsev et tous les meilleurs joueurs serbes (Dusan Lajovic, Filip Krajinovic, Miomic Kecmanovic et Laslo Djere) ont aussi validé leur participation.

« J’ai demandé à Novak de ne pas trop s’impliquer dans l’organisation, nous voulons le traiter comme les autres joueurs. Je veux qu’il en profite et qu’il se comporte comme un joueur. Bien sûr, il s’est impliqué pour obtenir la licence et il est très enthousiaste à propos du tournoi, mais je pense que je vais le surprendre avec certaines choses que nous avons prévu pour les joueurs », a indiqué Djordje.

Roger_Federer_Roland_Garros_2019

Interrogé quant à la possibilité d’inviter Roger Federer, qui revient sur le circuit après deux opérations du genou, Djordje a rétorqué qu’il envisageait d’inviter le Suisse l’année prochaine.

« Nous ne l’avons pas fait cette année parce que nous devons faire attention à notre budget, nous ne pouvions pas nous permettre de mettre tout l’argent sur un joueur. Nous devions le distribuer autrement, mais nous espérons voir Federer à Belgrade dans les années à venir. J’espère que nous pourrons l’accueillir au moins une fois avant qu’il mette fin à sa carrière. Nous l’inviterons l’année prochaine, je peux le promettre. »

3- L’US Open : C’était inévitable et je ne peux pas dire que c’était une décision injuste

Djordje a pour habitude de regarder les matchs de Novak à la maison. C’était le cas lors de l’US Open 2020, quand son frère aîné s’est fait disqualifier après avoir frappé de frustration dans une balle qui a involontairement touché une juge de ligne dans la gorge, au cours de son huitième de finale contre Pablo Carreño Busta.

« Novak s’était fait breaker à 5-5 dans le premier set. Je me lève pour aller aux toilettes et tout à coup j’entends le commentateur dire : ‘Oh, non’. Je retourne devant la télé et je vois une femme au sol, et le visage décomposé de Novak. J’étais avec un ami, je lui ai immédiatement dit : ‘C’est fini, il va être disqualifié' », raconte Djordje.

« C’était inévitable et je ne peux pas dire que c’était une décision injuste, ce sont les règles du tennis. D’un autre côté, si la femme qui a été touchée n’était pas tombée sur le court, Novak n’aurait pas été disqualifié. Je ne suis pas objectif, mais j’ai la sensation que sa réaction était un peu exagérée. »

4- Ce n’est pas possible de toujours contrôler ses émotions, Federer est le seul à en être capable

Djordje le concède, ce qui s’est produit à New York pendait au nez de Novak Djokovic depuis un moment.

« Ce n’était pas la première fois que Novak faisait ça, frapper la balle n’importe où sur le court. On en a parlé régulièrement, nous lui avons demandé depuis des années de ne pas le faire, parce ça arrivait aussi à l’entraînement, qu’il passe à quelques centimètres de toucher quelqu’un. Mais encore une fois, ce n’est pas possible de toujours contrôler ses émotions, je pense que Federer est le seul à en être capable, il est tellement calme et serein. Même Nadal a des réactions épidermiques. »

Rafael Nadal Rome 2020

Mais Djordje reste convaincu que c’était un malheureux accident et il est fier de la façon dont son frère a su rebondir, parce que ce n’était pas simple.

« Nous, les Serbes, nous sommes émotifs, et c’est peut-être le plus mauvais côté de Novak sur le terrain. Mais même en prenant tout ça en considération, l’incident était avant tout malchanceux. Il y avait 12 personnes dans tout le stade et il a réussi à en toucher une avec la balle. Sans manquer de respect à quiconque, je sentais que le titre lui était promis là-bas, il jouait extrêmement bien. C’était une leçon, je suis fier de la façon dont il a géré tout ça, avec tout ce qui a été écrit dans les médias par la suite. »

5- Nadal était l’une de mes idoles

Dans le podcast, Djordje a aussi révélé qu’il ne communique pas directement avec les autres membres du Big 3 (Federer et Nadal), mais a ajouté qu’il admirait l’Espagnol quand il était jeune.

« J’ai de supers souvenirs de Nadal. Novak me l’a présenté à Monte-Carlo en 2006. Une fois, j’étais assis dans le salon des joueurs quand Nadal est entré. Il faut garder à l’esprit que c’était l’une de mes idoles. Je portais des hauts sans manches et des shorts longs comme lui. Il y avait un flipper, tous les deux n’étions pas très à l’aise en anglais à l’époque, mais il m’a proposé de jouer. Et nous l’avons fait, j’étais aux anges ! Je l’ai battu, donc il a frappé dans la machine (rires), mais il m’a salué après. Depuis ce jour, on discute à chaque fois qu’on se croise. C’est vraiment un trait de caractère magnifique, de se comporter comme il le fait, Rafa est vraiment une super personne. »

En revanche, Djordje souffle qu’il n’a jamais eu l’occasion de parler avec Federer comme il le fait avec Nadal.

« Je pense que j’ai croisé Federer une quinzaine de fois. La dernière que je l’ai vu, c’était lors du match de Coupe Davis contre la Suisse à Novi Sad (en 2014, ndlr). Il entrait sur le court quand je sortais, on a échangé quelques mots et c’est tout. Ça s’était bien passé, mais je n’ai jamais interagi avec lui comme je le fais avec Rafa. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *