19 novembre 2005 : le jour où Roger Federer a infligé l’unique bicyclette de l’histoire du Masters

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, nous retournons en 2005 pour voir comment Roger Federer a surclassé Gaston Gaudio, 6-0, 6-0, en demi-finale du Masters.

FEDERER OTD 19_11

CE QUI S’EST PASSÉ CE JOUR-LÀ ET POURQUOI CELA A MARQUÉ L’HISTOIRE DU TENNIS

Ce jour-là, le 19 novembre 2005, en demi-finale du Masters, le numéro un mondial incontesté, Roger Federer, réalise un exploit unique dans l’histoire de l’épreuve en battant le numéro 9 mondial, Gaston Gaudio, en moins de 50 minutes, sans lâcher le moindre jeu (6-0, 6-0). Malgré la forte domination du Suisse à l’époque (il n’a jusque-là perdu que trois matchs dans toute la saison) et la préférence connue de Gaudio pour la terre battue, personne ne s’attendait à voir un match aussi déséquilibré au rendez-vous de fin d’année des meilleurs joueurs du monde.

LES PERSONNAGES : ROGER FEDERER ET GASTON GAUDIO

  • Roger Federer, le maître incontesté

Fin 2005, Roger Federer, né en 1981, est le n°1 mondial que tant d’experts avaient vu en lui des années auparavant. Après avoir été champion du monde juniors en 1998, Federer obtient vite des résultats chez les pros : lors de ces cinq premiers tournois, il atteint les quarts de finale à trois reprises, à Toulouse, Marseille et Rotterdam. Son tennis fantastique fascine le monde du tennis et on l’imagine rapidement dans la peau du futur numéro 1.

Le Suisse, très émotif lors de ses premières années sur le circuit, finit par maîtriser ses nerfs en 2003, lorsqu’il remporte son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon (aux dépens de Mark Philippoussis, 7-6, 6-2, 7-6). Quelques mois plus tard, après son succès à l’Open d’Australie (où il bat en finale Marat Safin, 7-6, 6-4, 6-3), il devient premier mondial, le 2 février 2004, et il occupe cette place sans interruption depuis. Depuis 2003, il a remporté six titres du Grand Chelem : l’Open d’Australie (2004), Wimbledon (2003, 2004, 2005) et l’US Open (2004, 2005). Jusqu’à présent, en 2005, le Suisse a accumulé 80 victoires, et il n’a subi que trois défaites, contre Marat Safin, Richard Gasquet et Rafael Nadal. Federer a déjà remporté le Masters en 2003 et 2004.

  • Gaston Gaudio, le terrien

L’Argentin Gaston Gaudio est né en 1978 et, comme beaucoup de ses compatriotes, il est un spécialiste de la terre battue. Lors de la première partie de sa carrière, Gaudio, surnommé « El Gato » (« Le Chat »), ne remporte que deux titres ATP, chaque fois sur ocre, et son meilleur résultat en Grand Chelem est un huitième de finale atteint à Roland-Garros en 2002.

Pourtant, sa carrière va être bouleversée en 2004, lorsque, classé seulement 44e mondial, il devient l’un des joueurs les plus inattendus de tous les temps à remporter Roland-Garros. Pour réaliser cet exploit, l’improbable vainqueur  remporte trois matchs en cinq sets, dont une finale dramatique contre son compatriote, et grand favori, Guillermo Coria, contre lequel Gaudio se remet  d’un départ catastrophique et sauve deux balles de match pour finalement venir à bout d’un adversaire frappé par les crampes (0-6, 3-6, 6-4, 6-1, 8-6). Il est le premier joueur masculin de l’ère Open à remporter une finale de Grand Chelem après avoir sauvé des balles de match. Cette victoire extraordinaire lui donne une grande confiance et, en 2005, bien qu’il ne soit pas en mesure de conserver son titre à Paris (battu en huitièmes de finale par David Ferrer (2-6, 6-4, 7-6, 5-7, 6-4), il remporte cinq tournois et se hisse jusqu’à la 5e place mondiale.

LE LIEU : SHANGHAI

Créé en 1970, le Masters est le rendez-vous de fin d’année des huit meilleurs joueurs du monde. Au départ, il change de lieu chaque année, avant de s’installer au Madison Square Garden de New York, de 1977 à 1989. Depuis, le tournoi a pas mal voyagé, passant par Francfort (1990-1995), Hanovre (1996-1999), Lisbonne (2000), Sydney (2001), Shanghai (2002), Houston (2003-2003) puis à nouveau Shanghai depuis 2005. Etant donné que chaque année, seuls les huit meilleurs joueurs se qualifient pour le Masters, les plus grands joueurs de tennis figurent au palmarès de l’épreuve.

L’HISTOIRE : UN DOUBLE BAGEL HISTORIQUE

Lorsque Roger Federer affronte Gaston Gaudio en demi-finale du Masters 2005, à Shanghai, il est plus que largement favori du match. Le Suisse s’est montré pratiquement invincible toute l’année, accumulant 80 victoires pour seulement trois défaites. De plus, son adversaire du jour n’est pas vraiment un adepte des surfaces rapides en salle. Les sept titres remportés par Gaudio l’ont tous été sur terre battue et, en dehors de Roland-Garros, où il a triomphé en 2004 à la surprise générale, l’Argentin n’a jamais dépassé le troisième tour d’un tournoi du Grand Chelem. Un an plus tôt, alors qu’il disputait le Masters  pour la première fois, Gaudio avait subi trois défaites dans le tournoi à la ronde sans gagner un seul set.

Cependant, si de nombreux experts s’attendent à un match à sens unique, personne n’avait prévu que, dans une épreuve aussi prestigieuse, ne réunissant que les meilleurs joueurs du monde, Roger Federer serait capable d’écraser son adversaire, 6-0, 6-0, en moins de 50 minutes ! L’Argentin ne semble pas avoir bien récupéré de son dernier match de poules contre Fernando Gonzalez, qu’il a battu 1-6, 7-5, 7-5, la veille. Son service est particulièrement en berne, avec quatre doubles fautes dans son premier jeu de service et neuf au total. Pendant ce temps, Federer distribue 22 coups gagnants, contre seulement trois pour Gaudio. 

J’ai mal servi, mal frappé en coup droit, mal frappé en revers. Tout était mauvais aujourd’hui.

Gaston Gaudio

« Non, aucune excuse », déclare Gaston Gaudio lors de sa conférence de presse d’après-match. « Je pense que je jouais contre un gars qui est le meilleur de l’histoire, sur une surface où il est tellement meilleur que moi. Il n’y a pas grand-chose à dire. (…) Parfois, une fois dans la vie, cela arrive, et cela m’est arrivé aujourd’hui. Aujourd’hui, je pense que j’ai mal servi, mal frappé en coup droit, mal frappé en revers. Tout était mauvais aujourd’hui. C’est la première fois que je fais autant de doubles fautes dans un match. (…) Le public était incroyable pendant toute la semaine. Et aujourd’hui, je n’ai peut-être pas pu leur rendre tout le soutien qu’ils me donnent. Je n’ai pas pu leur donner le spectacle qu’ils attendaient. Je voudrais m’excuser. Je ne sais pas, je veux leur dire que je suis désolé de n’avoir rien pu donner. »

« Cela n’aurait pas pu être mieux », comment quant à lui Federer. « Cela me donne une grande confiance pour demain ».

En cas de victoire finale, le Suisse peut devenir le premier joueur à remporter trois Masters consécutifs depuis Ivan Lendl en 1987.

LA POSTÉRITÉ DU MOMENT : NALBANDIAN DOUCHE FEDERER EN FINALE

Le lendemain, malgré cette performance exceptionnelle, Federer s’inclinera en finale face à David Nalbandian (6-7, 6-7, 6-2, 6-1, 7-6). Le Suisse continuera à dominer largement le tennis jusqu’en 2008, année où Rafael Nadal mettra fin à son règne ininterrompu de 237 semaines (record absolu).

Gaston Gaudio ne se qualifiera plus jamais pour le Masters . L’Argentin n’ajoutera même pas un autre titre à son palmarès, déclinant rapidement jusqu’à quitter définitivement le top 100 avant la fin de l’année 2007. 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *