Leader incontesté du tennis français en 2021, Chardy a retrouvé le feu

Qualifié pour les quarts de finale de l’ATP 500 de Dubaï grâce à sa victoire (6-7, 6-4, 6-4) face à Karen Khachanov, Jérémy Chardy s’impose comme le leader du tennis français en ce début de saison.

Jeremy_Chardy_Rotterdam_2021

Jérémy Chardy a retrouvé le feu. Celui qui anime son bras pour allumer des pétards au quatre coins du court, et attise sa passion. Fin septembre, morose après son élimination 10-8 au cinquième set face à Jurij Rodionov au premier tour de Roland-Garros, il mettait un terme à sa saison 2020 en simple. « Je faisais un métier que j’aime, c’est maintenant un métier par obligation, lâchait-il, le blues dans les veines, alors que son cœur ne battait plus aussi fort pour le tennis en raison du rythme de vie imposé par les bulles et protocoles sanitaires. On est passé de la passion au boulot. Le truc, c’est que tu as l’impression que tu n’es plus libre. Tu es tout le temps contrôlé. » Bilan : 2 victoires, toutes deux avant l’arrêt du circuit, et 7 défaites.

En 2021, après trois mois et demi de compétition, le Français a déjà fait plus que quintupler son total de succès de l’an passé. Tombeur de Karen Khachanov (6-7, 6-4, 6-4) après une empoignade de 2h36 en huitièmes de finale de l’ATP 500 de Dubaï ce mercredi, Chardy a quitté le court en vainqueur pour la 11e fois de la saison sur le circuit principal. En six tournois, il est allé quatre fois en quarts de finale. A Antalya et au Murray River Open, il a poussé son aventure jusqu’en demi-finales. Au cours de ses différents parcours, il est venu à bout de deux top 20 – (Fabio Fognini, David Goffin) et trois top 30 (Taylor Fritz, Alex De Minaur, Karen Khachanov). Ajoutez à cela des noms comme Ugo Humbert, Marin Čilić, Jan-Lennard Struff ou encore Gilles Simon et vous obtenez les résultats les plus probants du tennis français.

« J’ai commencé à m’entraîner très tôt (pour préparer 2021) », a-t-il répondu en conférence de presse pour expliquer ses performances. « Physiquement, je pense que je ne me suis jamais aussi bien senti de toute ma carrière. Ça m’aide à me battre sur le court, à être bien placé pour faire les meilleurs choix, et être lucide tout au long d’un match. Même quand il dure un moment. »

Jeremy_Chardy_Open_Australie_2021

Les jambes, et la tête

Sur ses 11 victoires, le natif de Pau en a empoché 7 en trois manches. Dont 4 après avoir perdu le premier acte. Depuis janvier, quatre joueurs l’ont vaincu : Alexander Bublik (demi-finale d’Antalya), Novak Djokovic (premier tout de l’Open d’Australie), Andrey Rublev (quart de finale de Rotterdam) et Daniel Evans (demi-finale du Murray River Open, premier tour de Doha). Quatre hommes en forme. Non sans pousser le Kazakh, le Russe et le Britannique (une fois) jusqu’au dernier round. Si les jambes tricotent sur le terrain, notamment sur les décalages coup droit, c’est aussi parce qu’il a trouvé le moyen d’arrêter de se faire des nœuds au cerveau.

« J’ai une femme incroyable qui accepte de voyager avec moi, de vivre dans les bulles avec moi », a révélé Chardy. « Grâce à elle, je peux aussi être avec mon fils. Quand je me réveille et que le petit vient me sauter dessus, ça me met tout de suite de bonne humeur. Le plus important pour moi, c’est la famille. Les avoir dans cette situation est un vrai plus. (…) J’adore le tennis, c’est un avantage pour moi car ce n’est pas le cas de tout le monde. On a la chance de pouvoir pratiquer notre sport, alors que beaucoup de gens sont dans des situations vraiment difficiles. Je me dis que je ne peux pas trop me plaindre. Contrairement à beaucoup, j’ai la chance de pouvoir faire mon job. »

A la Race , Chardy  est numéro 1 tricolore. 24e, il devance Arthur Rinderknech (33e), Benjamin Bonzi (38e), Ugo Humbert (47) et Pierre-Hugues Herbert (49e). S’il le Palois a réussi à raviver sa passion pour envoyer à nouveau du bois, plusieurs têtes d’affiche françaises n’ont pas encore retrouvé l’étincelle. Ce qui amène certains à penser que Jérémy Chardy, se sentant au sommet de sa forme physique à 34 ans, aurait un pouvoir : celui d’absorber l’énergie de ses compatriotes.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *