« C’est une surprise de me retrouver là » : Thiem était arrivé à Madrid sur la pointe des pieds, il est déjà rassuré

Revenu à Madrid pour reprendre le contact avec la compétition après un mois et demi loin du circuit, Dominic Thiem se retrouve en demi-finales grâce à son succès sur John Isner, ce vendredi. Sans faire de bruit, sans vraiment bien jouer et presque malgré lui, l’Autrichien a déjà repris sa place de cador de la terre battue.

Dominic Thiem, Madrid, 2021

D’accord, on a sans doute déjà connu Dominic Thiem plus saignant, plus constant et plus féroce dans ses frappes de balle. Mais s’il n’a pas encore véritablement joué à son meilleur niveau depuis le début de ce Masters 1000 de Madrid, reste que l’Autrichien est là où son statut de tête de série n°3 lui commandait d’être : en demi-finale, après un succès étriqué remporté ce vendredi face à John Isner (3-6, 6-3, 6-4), quart-de-finaliste assez inattendu après son début de saison tronqué.

Face au grand serveur américain, qui l’a privé de cette cadence de jeu qu’il affectionne, Thiem n’a pas encore rendu une copie immaculée, loin de là. Breaké d’entrée de match, il a même paru assez loin du compte pendant un set et demi, se retrouvant dos au mur, mené 6-3, 2-2, et sommé à ce moment-là de sauver quatre cruciales balles de break.

Et puis, l’Autrichien s’en est sorti in-extremis, au terme d’un jeu marathon. Il a soudainement mis le turbo en marche derrière : alors qu’il n’avait pas eu une seule occasion de ravir l’effrayant service de son adversaire jusque-là, il l’a breaké blanc et a pris son envol dans ce 2e set avec une série de 9 points inscrits.

Thiem : « C’est une surprise de me retrouver là »

Face à un Isner fléchissant progressivement en première balle (10 km/h de vitesse moyenne perdue entre le 1er et le 3e set), peut-être éreinté par son début de semaine magnifique (victoires sur Roberto Bautista Agut et Andreï Rublev notamment), Thiem a toutefois dû rester bien concentré dans le 3e set, car personne n’est jamais vraiment à l’abri face à un tel serveur. Un écueil dans lequel il n’est pas tombé, avant de faire logiquement la différence à 4-4 pour conclure sans trembler une victoire qui, forcément, le ravissait. Et, même, le surprenait :

« Je suis surpris d’être en demi-finales. Je ne m’y attendais pas en venant ici. L’idée était de jouer un ou deux bons matches contre des bons joueurs et me voilà en demies, avec un gros match à jouer. C’est une super opportunité. Mais honnêtement, c’est une surprise de me retrouver là. »

Dominic Thiem, Madrid, 2021

Thiem n’a jamais été du genre à rouler des mécaniques. Mais samedi dernier, lors de sa conférence de presse donnée en préambule de son entrée en lice, il faisait profil bas. Son but : simplement orchestrer la montée en puissance nécessaire avant son véritable objectif de la saison sur terre, Roland-Garros (30 mai-13 juin), le phare qui l’aura guidé dans la tempête qu’il a traversé ces dernières semaines, comme il l’avait expliqué après son premier match, remporté face à l’Américain Marcos Giron (6-1, 6-3) :

« Il y a eu des moments, au mois de mars notamment, où je me suis senti très mal. Mais même là, j’ai toujours gardé Roland-Garros dans un coin de ma tête. C’est toujours mon objectif principal. C’est toujours le tournoi où mes attentes seront les plus fortes. »

Cap sur Alexander Zverev

Des attentes, le double finaliste du tournoi parisien (2018, 2019) en avait moins en débarquant à Madrid. Mais les bonnes vibrations d’un tournoi dont il a également joué deux fois la finale (2017, 2018) l’ont finalement aidé à retrouver plus vite que prévu le chemin de la victoire. Sans faire de bruit, casquette rouge vissée sur la tête, Thiem a écarté Alex De Minaur (7-6, 6-4), avant donc, d’enchaîner face au profil radicalement différent d’Isner. Au final, un bilan forcément positif pour le N°4 mondial.

« Je suis très content parce que j’ai joué trois adversaires très différents ici et je m’en suis bien sorti en produisant un bon tennis. Mes coups de fond de court sont là, j’ai pu compter sur mon service, j’ai bien retourné aussi… Il y a encore pas mal de choses à améliorer, mais je crois que je suis sur le bon chemin. »

Dominic Thiem, Madrid, 2021

Mais même s’il est un peu en avance sur son plan de relance, Thiem le promet : il ne déviera pas du nouveau cap qu’il s’est fixé. A savoir jouer moins à l’avenir, quitte à faire l’impasse sur certains tournois importants et même s’aérer l’esprit si nécessaire. Une évolution qu’il estime vitale vu son profil.

« Je ne suis pas le genre de joueur qui peut se reposer sur son service ou qui arrive à gagner des matches, même en jouant à faible intensité. Moi, mon style de jeu nécessite 100% d’intensité et d’énergie. Pour certaines raisons, je ne l’étais pas en début de saison et on a vu ce que ça donnait. Dorénavant, mon but, c’est de ne jouer un tournoi que si je me sens à 100%. »

Lire aussi – L’après-US Open difficile, le « trou » dans lequel il est tombé, son souci récurrent aux genoux : Les 6 déclas de Thiem à retenir

A 100%, il lui faudra l’être en demi-finale face à Alexander Zverev, qui a créé la surprise face à Rafael Nadal vendredi (6-4, 6-4). Des retrouvailles qui lui rappelleront des souvenirs forts, quelques mois après la rocambolesque finale de l’US Open entre les deux hommes (victoire de Thiem), mais aussi la finale qu’ils avaient disputée à Madrid en 2018 (remportée par Zverev).

Face à son rival allemand, Thiem aura l’obligation d’élever encore un peu son niveau de jeu. Mais quoi qu’il arrive, l’Autrichien n’aura pas perdu sa semaine à Madrid. Pour ceux qui l’auraient un peu vite oublié, il faudra bel et bien compter avec lui à Roland-Garros. 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *