Ce n’est pas encore le grand amour, mais Medvedev a enfin regagné sur terre

Daniil Medvedev a mis fin à une série de six défaites de rang sur terre battue en s’imposant pour la première fois de sa carrière à Madrid mercredi, face à Alejandro Davidovich Fokina au deuxième tour (4-6, 6-4, 6-2). Le numero 3 mondial défiera un spécialiste de la surface au prochain tour : Cristian Garin, tête de série N°16.

Daniil Medvedev, Madrid, 2021

Masters 1000 Madrid – 2e tour
Medvedev (N°2) bat Davidovich Fokina : 4-6, 6-4, 6-2

  • L’information principale : Daniil Medvedev a remporté son premier match sur terre battue depuis deux ans et s’est qualifié pour les huitièmes de finale.
  • Vous apprendrez aussi : Le Russe a pris confiance au fil des jeux et est monté en puissance pour finir par prendre l’ascendant sur Alejandro Davidovich Fokina.
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Pour se rendre compte qu’entre Medvedev et la terre battue, ce n’est pas encore l’amour fou pour autant.

Daniil Medvedev était certainement le favori dont l’entrée en lice à Madrid suscitait le plus de curiosité. Testé positif au coronavirus peu avant son premier match au Masters 1000 de Monte-Carlo et en quête d’un succès sur terre battue depuis son parcours jusqu’en finale de Barcelone en 2019 (six défaites de rang), le Russe a réussi ses débuts dans la Caja Magica, où il n’avait encore jamais gagné en carrière. Medvedev s’est défait mercredi d’Alejandro Davidovich Fokina, malgré la perte du premier set (4-6, 6-4, 6-2). Le N°3 mondial affrontera en huitième de finale Cristian Garin, tête de série N°16 et tombeur de Dominik Koepfer (6-3, 6-4).

Entre la Covid-19, qui a handicapé de nombreux joueuses et joueurs contaminés par le virus ces derniers mois, et son allergie à la terre battue, Medvedev avait un vrai piège à déjouer d’entrée. D’autant que Davidovich Fokina jouait déjà son 11e match de l’année sur ocre. L’Espagnol (49e mondial) a imposé le rythme d’entrée et profité de la phase d’ajustement de son adversaire à la surface pour le mettre sous pression. Joueur fantasque et irrégulier, aussi gêné par une douleur à la main droite, Davidovich Fokina a certes concédé le premier break de la partie contre le cours du jeu. Mais il a débreaké dans la foulée, a tenu son engagement jusqu’à mener 5-4 et a surpris Medvedev au meilleur moment pour empocher la première manche.

Medvedev : “Je n’ai pas envie de jouer ici, sur cette surface”

La frustration du Russe s’est alors fait sentir. Mal à l’aise au service (trois doubles-fautes dans le premier set, plus aucune par la suite) et à la volée (point perdu sur ses six premières montées), Medvedev n’a pas masqué sa tension. Il se tournait régulièrement vers sa box et son coach Gilles Cervara, pour lui signifier son incompréhension après un faux-rebond et décompter ses montées au filet infructueuses.

“Je n’ai pas envie de jouer ici, sur cette surface”, a-t-il même lâché à un changement de côté.

Mais Medvedev, bien aidé aussi par un Davidovich Fokina qui a décliné physiquement après son combat de près de trois heures contre Pierre-Hugues Herbert mardi, a eu le mérite de ne pas lâcher. Même quand l’Espagnol l’a débreaké pour revenir à 3-3, dans un scénario quasi-identique à la première manche, le Russe a remis un coup de collier pour reprendre le service de son adversaire dans la foulée. Il a alors conclu avec autorité pour revenir à une manche partout.

Alejandro Davidovich Fokina, Madrid, 2021

Mis en confiance par ce deuxième set, Medvedev a donné la sensation de retrouver ses repères. Ses frappes ont retrouvé de la lourdeur, de la longueur et de la consistance. Il s’est aussi montré plus inspiré sur les coups les plus efficaces sur terre battue, les amorties par exemple. Il a haussé son niveau de pourcentage en première balle, pour finir la rencontre à 77%, et n’a plus laissé la moindre ouverture à son adversaire. Medvedev a conclu la troisième manche en 35 minutes à peine, pour se hisser au tour suivant. Avant de signer la caméra d’un facétieux “Love clay” (“J’adore la terre battue”), dont l’ironie ne laisse que peu de doute. Mais si ce n’est pas encore le grand amour entre lui et la terre, il a fait un premier pas vers elle mercredi. C’est un bon début.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *