Medvedev expédie Schwartzman et signe un carton plein

Maître de son sujet de bout en bout, Daniil Medvedev a remporté son troisième match d’affilée lors du Masters 2020 ce vendredi, face à un Diego Schwartzman impuissant (6-3, 6-3).

Masters de Londres – Groupe Tokyo 1970
Medvedev bat Schwartzman 6-3, 6-3

  • L’info principale : Daniil Medvedev a réalisé un sans-faute au cours de la phase de groupes du Masters.
  • Autre info-clef : Diego Schwartzman quitte le Masters sans y avoir décroché le moindre succès.
  • Pourquoi lire cet article : Puisque que vous n’avez sans doute pas regardé ce match dénué d’enjeu, au moins prendrez-vous le temps d’en lire le résumé !

Trois matchs, trois victoires et aucun set concédé. Daniil Medvedev est en très grande forme, et il l’a démontré avec brio tout au long de son parcours lors de la phase de groupes du Masters. Alors qu’il était déjà qualifié et assuré de terminer premier de sa poule, le joueur russe a malgré tout mis un point d’honneur à s’imposer contre Diego Schwartzman ce vendredi, ce qu’il est parvenu au terme d’une partie qu’il a pleinement maîtrisée (6-3, 6-3). Sa demi-finale face à Rafael Nadal samedi soir (pas avant 21h) s’annonce très prometteuse.

Medvedev en a gardé sous la pédale en vue de la demi-finale

Jeudi, c’est un Dominic Thiem méconnaissable qui s’est incliné face à Andrey Rublev (6-2, 7-5) sur le court de l’O2 Arena de Londres. Après tout, l’Autrichien avait déjà sécurisé sa première place et songeait probablement aux demi-finales. Le postulat de départ était exactement le même ce vendredi soir, puisque la rencontre opposant Daniil Medvedev (qualifié et sûr de rester premier) à Diego Schwartzman (éliminé) ne revêtait aucun enjeu sur le plan comptable. Mais le scénario a été radicalement différent.

Daniil Medvedev, ATP Finals, 2020

Le Russe a en effet donné le ton d’entrée, en se montrant incisif et en breakant rapidement. Le joueur argentin a eu beau s’employer, il n’a obtenu aucune balle de break durant la première manche, logiquement remportée par le 4e joueur mondial. Sûr de sa force et tout simplement injouable sur son service, le protégé de Gilles Cervara a continué à réciter son tennis au cours du deuxième set. « Peque » a finalement abdiqué après 1h15′ de jeu et, même s’il n’a pas démérité, il lui a fallu se résoudre à quitter Londres avec aucune victoire au compteur. Medvedev, lui, a été impressionnant de maîtrise. Il a également pris soin de ne pas passer trop de temps sur le court. L’énergie ainsi économisée pourrait s’avérer très précieuse à l’occasion de l’affiche qui le verra défier Rafael Nadal samedi.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *