Nadal pas inquiet après Monte-Carlo : « Je veux être à mon meilleur niveau au bon moment »

Rafael Nadal, éliminé dès les quarts de finale à Monte-Carlo la semaine passée, entrera mercredi dans le tournoi de Barcelone. Avec l’envie de poursuivre sa montée en puissance, mais se mettre réellement de pression de résultats, tant l’objectif principal de sa saison sur terre battue sera Roland-Garros.

Rafael-Nadal-Monte-Carlo

Rafael Nadal ne se laisse pas facilement gagner par la panique. La force de l’habitude, probablement. Battu par Andrey Rublev en quart de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo la semaine passée, l’Espagnol n’a pas décroché de 12e titre en Principauté. Mais le record qu’il vise en priorité pendant cette saison sur terre battue, c’est un 14e sacre à Roland-Garros.

Le N.3 mondial, qui fera son entrée en lice à Barcelone mercredi contre Ilya Ivashka, a assuré aux journalistes mardi qu’il n’était pas surpris par ce qu’il lui était arrivé à Monte-Carlo et a laissé entendre que les tournois de préparation à Roland-Garros avaient moins d’importance pour lui maintenant.

« Je veux gagner les tournois, parce que j’aime ça, et ce sont des tournois très importants pour moi, a détaillé Nadal, qui a remporté le titre onze fois à Barcelone. Vous pouvez gagner Roland-Garros en ayant remporté des tournois auparavant, et vous pouvez gagner Roland-Garros sans y parvenir. Bien sûr, c’est plus facile de gagner Roland-Garros quand vous êtes sur une série de victoires, comme je l’ai fait pendant quasiment toute ma carrière, sur la saison sur terre battue. Mais en même temps, j’ai bientôt 35 ans et la situation est un peu différente. »

Rafael Nadal Monte-Carlo

« L’objectif principal est de me mettre en position d’avoir une chance. C’est le vrai objectif pour moi. Je veux me donner l’opportunité d’être compétition sur chaque tournoi, mais c’est vrai que je n’ai pas beaucoup joué depuis l’année dernière. Donc revenir à la compétition, même si je me sentais bien et prêt pour Monte-Carlo, c’est toujours difficile et des matchs comme ça ont plus de chances de se produire quand vous n’enchaînez pas les tournois, pour être honnête. »

En moyenne, Nadal a remporté 9 matchs sur 10 sur terre battue en carrière.

Nadal gagne (presque) toujours avant Roland-Garros

N’ayant pas joué un tournoi depuis deux mois en raison de douleurs dans le bas du dos, sa défaite a peut-être moins fait l’effet un choc que ça n’aurait pu, même s’il s’habitue très vite à sa surface favorite en temps normal, remportant Monte-Carlo à 11 reprises.

A l’exception de 2020, quand la pandémie de coronavirus avait réduit la liste des grands tournois de préparation à Roland-Garros à un seul (Rome), les 12 autres années où Nadal a soulevé la Coupe des Mousquetaires à Paris, il avait gagné au moins un tournoi parmi Monte-Carlo, Barcelona, Madrid et Rome.

« J’ai prévu de jouer ici, à Madrid, à Rome puis à Roland-Garros. Je fais mon calendrier dans le but d’être prêt pour toi, mais bien évidemment que Roland-Garros est important pour moi. Je vais travailler tous les jours, avec la bonne intensité, la bonne attitude, pour essayer d’arriver à un mon meilleur niveau au bon moment. »

Nadal comprend le report de Roland-Garros

La décision de Roland-Garros de décaler ses dates d’une semaine dans le calendrier signifie que les joueurs allant jusque dans le dernier carré à Paris n’auront que deux semaines pour se préparer pour Wimbledon. Le calendrier était fait ainsi pendant des décennies, jusqu’à ce que Wimbledon ne soit repoussé, en 2015.

Mais Nadal, qui a gagné Wimbledon pour la dernière fois en 2010, estime que la décision a été prise pour une bonne raison.

« Ç’a été une année très difficile pour tout le monde, pour les promoteurs de tournois, pour les organisateurs et les joueurs, donc je veux être ouvert et comprendre tout ce qui peut avoir un effet positif sur le sport. »

« Donc si ça signifie qu’il y aura davantage de public, à la bonne heure. OK, une semaine de moins pour préparer Wimbledon, nous ne voulons pas ça, c’est pour ça que nous avons allongé la saison sur gazon à trois semaines. Mais ce n’est qu’une année, espérons-le, et nous reviendrons bientôt à un calendrier classique. Espérons qu’avec le vaccin la situation d’ensemble s’améliore et que nous puissions retrouver nos vie normales, profiter des événements sportifs, c’est le but aujourd’hui. »

« Je ne suis pas un grand fan de se plaindre de tout, de chaque changement qui se produit. Je veux comprendre la position de chacun, en particulier dans ces circonstances. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *