Sale temps pour les stars américaines et les Bleus : la récap du jour 4

Le forfait de Serena Williams et l’élimination prématurée de Coco Gauff ont marqué la journée à Roland-Garros. Un tournoi où ne figure plus qu’un seul Français dans le tableau masculin. Un bilan tristement historique.

L’info du jour : Serena Williams va encore devoir patienter

Il n’y aura pas de 24e titre du Grand Chelem pour Serena Williams. L’Américaine de 39 ans a déclaré forfait avant son deuxième tour à Roland-Garros contre Tsvetana Pironkova en raison d’une douleur au talon d’Achille contractée durant l’US Open.

« J’ai du mal à marcher. C’est un rappel à l’ordre, je dois essayer de récupérer. (…) C’est l’une des pires blessures. (…) J’ai besoin de quatre à six semaines de repos complet. »

La cadette des sœurs Williams ne devrait plus rejouer avant la fin de la saison. Mais pas question pour la protégée de Patrick Mouratoglou d’arrêter sa carrière. « Je suis si proche de quelque chose, j’y suis presque, ça me donne envie de continuer. »

Rendez-vous à Melbourne, en Australie, le pays de Margaret Court.

 

Les surprises du jour : Azarenka à côté, Gauff déboussolée

Le tableau féminin a perdu quelques unes de ses têtes d’affiche. Outre Serena Williams, Victoria Azarenka a été stoppée en pleine résurrection. La 14e mondiale, auteure de 38 fautes directes, n’a pas existé (6-2, 6-2) contre la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova. Une désillusion pour la Biélorusse, qui restait sur un titre à Cincinnati, une finale à l’US Open et un quart à Rome. Les favorites de la partie haute du tableau, ont elles assuré : Simona Halep en deux manches, Elina Svitolina en trois.

Dimanche, elle s’était ouvert le tableau. Mercredi, elle n’a pas confirmé. Coco Gauff (51e), tombeuse de la 13e mondiale Johanna Konta au premier tour, s’est fait surprendre par la qualifiée italienne Martina Trevisan (159e). Une défaite (4-6, 6-2, 7-5) qui rappelle celle de l’US Open. La prodige américaine (16 ans) est dans une mauvaise passe : sur ses quatre derniers tournois disputés, elle n’a remporté que deux matches.

 

L’homme du jour : Hugo Gaston, le rescapé

Qui aurait prédit qu’Hugo Gaston serait le dernier Français en lice dans le tableau masculin ?  Le 239e mondial a été épatant (6-4, 7-6, 3-6, 6-2) de maîtrise face à Yoshihito Nishioka (52e), incapable de répondre aux nombreuses variations proposés par le Haut-Garonnais. Le plus beau succès de sa jeune carrière. Assuré d’entrer dans le top 200, Gaston (20 ans) aura les honneurs d’un grand court pour son troisième tour contre Stan Wawrinka, solide face à Dominik Koepfer.

Il ne sera pas accompagné à ce stade par d’autres Français : Pierre-Hugues Herbert a cédé en cinq sets après un gros combat contre le 7e mondial Alexander Zverev, Benoît Paire n’a pas tenu physiquement contre Facundo Coria (99e) et Benjamin Bonzi s’est fait surclasser par le prodige italien Jannik Sinner. Il faut remonter à 2010 pour voir un seul Français en seizièmes de finale de Roland-Garros : Jo-Wilfried Tsonga avait alors abandonné face à Mikhaïl Youzhny en huitièmes. Dans l’ère Open, cela ne s’est produit que quatre fois… « Il ne faut pas trop se chercher d’excuses. C’est une génération… » a résumé Pierre-Hugues Herbert.

Paire Roland Garros 2020

La femme du jour : Kiki Bertens, la victoire et le fauteuil

Drôle de match entre Kiki Bertens et Sara Errani sur le court n°14 : 24 breaks effectués, deux sets extrêmement serrés, un seul point de différence, Errani incapable de servir, Bertens touchée par des crampes en fin de partie… Cet affrontement de 3h11, remporté (7-6, 3-6, 9-7) par la Néerlandaise au bout d’elle-même, n’a pas été de tout repos. Les douleurs de Bertens n’ont d’ailleurs pas du tout été au goût de l’Italienne, finaliste ici-même en 2012 : elle a mimé les gestes de la Hollandaise, qui ne l’a pas regardée quand cette dernière lui a tendu la raquette, et l’a même insultée en italien. Avant d’en remettre une couche en conférence de presse, indiquant qu’elle l’a aperçue au vestiaire et au restaurant « en pleine forme ». Bertens est tout de même sortie du court en chaise roulante.

Le match du jour : Zverev encore vainqueur en 5 sets

Une ola, un semblant d’ambiance, des breaks en pagaille, des deuxièmes balles à 217 km/h, des tweeners… Pour la première fois depuis le début de la quinzaine, les spectateurs du court Philippe-Chatrier se sont enflammés. Ils ont poussé leur compatriote, Pierre-Hugues Herbert, passé tout près de l’exploit face à Alexander Zverev, vainqueur en cinq manches (2-6, 6-4, 7-6 (5), 4-6, 6-4) d’un combat de près de 4 heures sans rythme ni rallye. Comme souvent en Grand Chelem, l’Allemand de 23 ans ne s’économise pas lors de ses premiers tours. Le revenant Marco Cecchinato, demi-finaliste à Roland en 2018, sera son prochain adversaire.

 

Les points du jour : une volée amortie rétro et un service à la cuillère… raté

Benoît Paire n’a pas perdu sa main durant le confinement et ces semaines d’isolement. L’Avignonnais, battu par Facundo Coria, a signé le point de la journée avec cette volée amortie rétro qu’il affectionne tant.

Mackenzie McDonald s’est fait broyer par Rafael Nadal. Il a même tenté un service à la cuillère, sans succès. Un cours avec Alexander Bublik ne pourrait pas lui faire de mal.

La citation du jour : Le mal de crâne de Pierre-Hugues Herbert

« J’ai donné le bâton pour me faire battre. On va encore dire qu’un Français avait le truc dans la raquette et qu’il finit par se faire battre. On l’entend beaucoup… Je suis défait d’être dans cette situation. Ce n’est pas le premier match serré que je perds à Roland-Garros, mais celui-là, j’avais l’impression que toutes les étoiles étaient alignées pour que je m’en sorte et que je fasse un super match. Je jouais bien, j’avais tout dans la raquette et je ne sais pas comment je l’ai perdu. Ce sport me fait mal à la tête. »

 

L’image du jour : une détonation surprend Wawrinka et Koepfer

Une bonne partie de la région parisienne a entendu une détonation ce mercredi midi. Les joueurs de Roland-Garros n’ont pas été épargnés. Ce n’était finalement qu’un avion de chasse qui a franchi le mur du son.

Les dix rencontres à suivre ce jeudi :

Kvitova (7) – Paolini

Ostapenko – Pliskova (2)

Shapovalov (10) – Carballes Baena

Bogdan – Kenin (4)

Djokovic (1) – Berankis

Cuevas – Tsitsipas (5)

Pella – Carreno Busta (17)

Cornet – Zhang

Davidovich Fokina – Rublev (13)

Rybakina (14) – Ferro

 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *