Escudé : “Si Benoît (Paire) a besoin d’aide, nous sommes là”

Après avoir exclu Benoît Paire d’une possible sélection pour les Jeux olympiques, la Fédération française de tennis n’a pas cherché à l’accabler. Compréhensive à l’égard du mal-être du joueur, elle lui a proposé son aide.

Benoît_Paire_open_australie_2021

D’une main, la Fédération française de tennis a tapé sur les doigts de Benoît Paire. De l’autre, tendue, elle a lui a proposé son aide. Après le crachat de Buenos Aires en mars, le Comité d’éthique de la FFT avait accepté les excuses de Paire. Cette fois, dans la foulée de déclarations polémiques à Monte-Carlo, suivies d’un nouveau comportement limite à Barcelone, elle n’avait d’autre choix que faire tomber la sanction. “Sur proposition du DTN (Nicolas Escudé) et en concertation avec Sébastien Grosjean (capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis“, le Comité exécutif a “décidé d’écarter le joueur d’une possible sélection aux prochains Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.” Une sanction apparemment comprise par le principal intéressé.

C’est une décision normale, a expliqué Nicolas Escudé ce vendredi en conférence de presse. On pense, et lui le premier, que certaines de ses déclarations étaient plus que déplacées. Pour représenter l’équipe de France, on doit être irréprochable. Ce qui n’est absolument pas le cas de Benoît aujourd’hui. Il a pleinement conscience d’être sorti de la route avec des déclarations totalement déplacées dans un contexte qui n’est pas simple, mais pas seulement pour les joueurs de tennis. Il comprend la sanction et l’accepte.”

La FFT propose son aide à Benoît Paire

Forcée de sévir, la FFT n’a toutefois par cherché à accabler l’actuel 35e joueur mondial. Dans une période difficile, elle n’est pas insensible au mal-être dégagé par le natif d’Avignon à presque chacune de ses sorties, sur et en dehors du court. “Le circuit, aujourd’hui, ne ressemble absolument plus à ce qu’il a pu être“, a poursuivi Escudé. Avec les bulles, les contraintes, c’est loin d’être évident. A fortiori pour quelqu’un comme Benoît, qui a besoin du contact, du ressenti avec le public. C’est extrêmement compliqué pour lui. Il a pu nous le verbaliser, nous l’écrire. C’était constructif. Benoît ne pense pas aux Jeux olympiques de Tokyo aujourd’hui. Il pense avant tout à lui, à sortir la tête de l’eau.

Pour ne pas abandonner Paire à son sort et tenter de l’aider à sortir d’un trou de plus en plus sombre, la FFT lui a proposé “un accompagnement“. “Nous sommes bien conscients, et Benoît le premier, qu’il est en grand difficulté. Nous ne sommes pas là à vouloir lui taper encore plus sur la tête, nous voulons l’aider. Benoît a très bien réagi à notre proposition (d’accompagnement). Nous sommes dans une démarche, certes, de responsabilité, mais aussi et surtout dans une démarche de l’aider autant que possible. Mais pour ça, il faut aussi que les choses viennent de lui, qu’il se tourne vers nous s’il en a le besoin et le désir. La période est extrêmement compliquée pour Benoît, il a vraiment beaucoup de mal. Qu’elle soit mentale, psychologique, tennistique ; si Benoît a besoin d’aide, nous ferons tout ce que nous pourrons.” A Benoît Paire, désormais, d’attraper ou non cette main tendue.

Benoit Paire
Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *