Paul prend le trophée de Stockholm à Shapovalov et ouvre son palmarès !

Ce samedi, en finale de l’ATP 250 de Stockholm Tommy Paul est venu à bout de Denis Shapovalov, tenant du titre, en trois sets.

Leo Borg, Taylor Fritz, Andy Murray, Frances Tiafoe et Denis Shapovalov. A Stockholm, Tommy Paul, 52e mondial à l’entame du tournoi, a réussi la plus belle semaine de sa carrière. Vainqueur 6-4, 2-6, 6-4 face au tenant du titre ce samedi, l’Américain, qui découvrait les émotions d’une finale sur le circuit principal, a remporté son premier titre.

« Félicitations à Tommy, il travaille dur avec son équipe », a déclaré le vaincu lors de la remise des trophées. « Il a joué de façon incroyable cette semaine. Ce n’était qu’une question de temps avant que ça n’arrive. » Mais avant de tresser une couronne de laurier, méritée, sur la tête de son bourreau, le Canadien l’a fait cravacher. Pendant 2h12, après avoir quelque peu « craqué » en fin de duel.

Ce n’était qu’une question de temps avant que ça (le premier titre) n’arrive pour Tommy.

Denis Shapovalov

Face à un Shapovalov cherchant à faire mal à la moindre opportunité, et parfois même sans être vraiment en position de le faire, Paul a su imposer sa résistance du fond de court et sa qualité de contre. Dans le premier set, solide, il a notamment profité des erreurs de son adversaire – qui était déjà à neuf fautes directes après cinq jeux – pour mener 3-2 service à suivre. Ne concédant aucune balle de débreak, il a bouclé le set initial sans trembler.

Dans la deuxième manche, le score a été sévère. Bien qu’en difficulté devant un rival du jour plus précis, le natif du New Jersey a eu six occasions de ravir l’engagement adverse. En vain. Son opposant a fait parler la poudre au service pour tenir le choc. Perdant quant à lui son engagement par deux fois, sur trois balles de break, Paul a cédé le round en 44 minutes. Place au dénouement.

Lors de l’acte final, le futur vainqueur a eu les deux premières opportunités de faire la cassure, à 2-2. Une nouvelle fois, il a dû courber l’échine face à la qualité du service adverse. Mais pas de quoi le faire plier définitivement. Écartant à son tour deux balles de break à 4-3, il a montré une meilleure maîtrise de ses nerfs. Dès le jeu suivant, il a profité d’une fébrilité du 18e joueur mondial, un poil plus friable à l’échange après ses occasions manquées, pour porter l’estocade et réussir le break fatal.

C’est bien, mais ce n’est pas là où je veux être. Je veux aller encore plus haut.

Tommy Paul

Terminant ensuite en patron, sur un jeu blanc, le joueur de 24 ans s’est offert le troisième Top 20 de sa carrière en plus du trophée. « C’est mon meilleur tennis, une super semaine », a-t-il déclaré. 43e mondial grâce à ce sacre, il fait sa première entrée parmi les 50 meilleurs joueurs de la planète. « C’est bien, mais ce n’est pas là où je veux être. Je veux continuer à gagner pour aller encore plus haut », s’est-il enthousiasmé.

Après la plus belle semaine de sa vie professionnelle pour boucler 2021, Tommy Paul entend bien continuer à progresser pour « gagner encore plus de matchs » et vivre la meilleure saison de sa vie 2022.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *