Fritz nouveau N.1 US, symbole du déclin de l’empire américain

Taylor Fritz est devenu lundi N.1 américain pour la première fois de sa carrière, sans avoir de grand accomplissement à son actif. A lui seul, il incarne l’incapacité des Etats-Unis à faire éclore un grand talent comme ils en avaient l’habitude chez les hommes. Même si Sebastian Korda apporte un nouvel espoir.

8 avril 2021
Taylor Fritz and John Isner

Taylor Fritz est devenu lundi, à 23 ans, le joueur américain le mieux placé au classement ATP. Fritz a grappillé deux places pour se retrouver 30e et dépasser John Isner. Le vétéran de 35 ans n’a pas réussi à défendre ses points de finaliste à Miami en 2019, étant éliminé dès les huitièmes de finale par Roberto Bautista Agut la semaine dernière en Floride.

Par conséquent, Isner a glissé de la 28e à la 38e place au classement cette semaine, perdant son statut d’Américain le mieux classé à l’ATP qui était le sien depuis des années. Isner a bouclé huit des neuf dernières saisons en tant que numéro 1 américain.

Avec un titre ATP, décroché sur gazon à Eastbourne en 2019, à son palmarès à 23 ans, Fritz a tout le temps devant lui pour engranger les victoires et améliorer ses propres records sur le circuit. Mais l’Américain n’a encore jamais disputé un huitième de finale en Grand Chelem ou un quart de finale en Masters 1000.

10 dans le Top 100, aucun dans le Top 5

Si Fritz se concentrera probablement dans les mois à venir sur l’amélioration de son propre classement – il est monté jusqu’à la 24e place en mars 2020 – plutôt que de toiser ses compatriote, son statut de N.1 américain est le symbole d’une époque où le tennis US ne parvient pas à assumer l’héritage de ceux qui ont fait son histoire.

Il y a dix Américains dans le Top 100 du classement masculin, mais aucun ne figure parmi les 25 premiers. Derrière Fritz et Isner se trouvent Reilly Opelka (45e) et Tommy Paul (53e), tous deux âgés de 23 ans, Tennys Sandgren (29 ans, 59e), Sam Querrey (33 ans, 60e), Sebastian Korda (20 ans, 65e), Frances Tiafoe (23 ans, 67e), Steve Johnson (31 ans, 83e) et Marcos Giron (27 ans, 89e).

John McEnroe et Jimmy Connors - Roland-Garros 1984

Il y a de la profondeur dans le tennis américain, mais pas de grand talent qui se détache parmi les Américains. Il est fini le temps où ils étaient nombreux (Jimmy Connors, Arthur Ashe et John McEnroe, ou Pete Sampras, Andre Agassi, Jim Courier et Michael Chang) à se battre non seulement pour la suprématie nationale, mais aussi mondiale.

Aucun Américain ne s’est immiscé dans le Top 5 ATP depuis Andy Roddick, le 7 septembre 2009.

Korda, la lueur d’espoir

Une des éclaircies dans le ciel américain ces derniers mois est venue de l’éclosion spectaculaires de Sebastian Korda, fils de Petr Korda, ex-vainqueur en Grand Chelem (Open d’Australie 1998), et de Regina Rajchrtova, montée jusqu’à la 26e place mondiale chez les femmes. L’ancien numéro 1 mondial chez les juniors était bien au-delà du Top 200 quand le tennis a repris en août dernier, et il occupe désormais la 65e place. Korda s’est qualifié pour son premier quart de finale en Masters 1000 à Miami la semaine passée, pour seulement sa deuxième apparition dans un tableau principal à ce niveau. Il avait aussi atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros en 2020, pour ses débuts en Grand Chelem.

Conseillé par la légende américaine Andre Agassi, Korda a passé plusieurs semaines à Las Vegas cet hiver pour s’entraîner avec lui. Comme s’il était potentiellement digne de reprendre un flambeau dont la flamme manque de vigueur depuis une décennie.

La situation du tennis américain sur les années 2010

  • 2020 – 9 des 10 Américains actuellement dans le Top 100 y ont aussi terminé la saison 2020 – Seule exception : Korda (Isner 25e, Fritz 29e).
  • 2019 – 8 Américains dans le Top 100 (Isner 18e, Fritz 32e).
  • 2018 – 11 Américains dans le Top 100 (Isner 10e).
  • 2017 – 9 Américains dans le Top 100, dont trois dans le Top 20 (Sock 8e, Querrey 13e, Isner 17e).
  • 2016 – 7 Américains dans le Top 100 (Isner 9e).
  • 2015 – 7 Américains dans le Top 100 (Isner 11e).
  • 2014 – 5 Américains dans le Top 100 (Isner 19e).
  • 2013 – 7 Américains dans le Top 100 (Isner 14e).
  • 2012 – 7 Américains dans le Top 100 (Isner 14e).
  • 2011 – 9 Américains dans le Top 100 (Fish 8e).
  • Dernier Américain à avoir remporté un Grand Chelem : Andy Roddick en 2003 (US Open).
  • Dernier Américain à avoir atteint une finale de Grand Chelem : Andy Roddick en 2009 (Wimbledon).
  • Dernier Américain dans le Top 10 : John Isner, le 27 mai 2019.
  • Dernier Américain à avoir gagné un Masters 1000 : John Isner en 2018 (Miami).
  • Dernier Américain à avoir disputé une finale de Masters 1000 : John Isner en 2019 (Miami).
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *