Abonnez-vous à la newsletter

Tsonga va arrêter sa carrière à Roland-Garros

Jo-Wilfried Tsonga a indiqué mercredi sur Twitter, et dans diverses prises de parole, qu’il avait décidé d’arrêter sa carrière au cours de Roland-Garros 2022, à bientôt 37 ans.

Jo-Wilfried Tsonga, extrait d'une vidéo YouTube sur l'arrêt de sa carrière Jo-Wilfried Tsonga, extrait d’une vidéo YouTube sur l’arrêt de sa carrière © YouTube / All In

Il lui reste à décrocher une wild-card pour Roland-Garros, et à se préparer pour un dernier grand soir. Jo-Wilfried Tsonga a annoncé mercredi sur Twitter qu’il avait pris la décision d’arrêter sa carrière de joueur de tennis professionnel sur les courts de la Porte d’Auteuil, lors des prochains Internationaux de France.

“C’est avec beaucoup d’émotions que j’annonce aujourd’hui ma décision d’arrêter ma carrière professionnelle lors du prochain tournoi de Roland-Garros, écrit Tsonga sur Twitter. Tellement de moments incroyables, de joie partagée avec un public qui m’a tant donné… en espérant encore un dernier frisson avec vous !”

Tsonga : “Ma tête dit oui mais le corps…”

Âgé de 36 ans (37 ans à la fin du mois) et actuellement classé au 220e rang à l’ATP, le Français estime que son corps n’est plus en mesure de répondre aux sollicitations du tennis de haut niveau.

Dans une vidéo YouTube à vocation intimiste publiée sur le site de la AllIn Academy, qu’il a co-fondée, il déclare : “Ma tête me dit : ‘tu peux jouer toute ta vie’, mais ton corps te rappelle que les aptitudes à se dépasser ne sont plus là. Tu n’es plus capable d’aller plus loin que ce que je te donne, alors qu’avant je faisais ça tous les jours.”

Tsonga ne regrette rien et “regrette tout”

Tsonga indique avoir pris sa décision au tournoi de Miami, qu’il a quitté au premier tour. Très handicapé par les blessures depuis la saison 2018, “JWT” a remporté deux rencontres sur le Tour cette année, à Montpellier puis à Marseille contre Gilles Simon.

Il n’est jamais retourné dans le Top 10 après l’avoir quitté en juillet 2017. Il a ensuite quitté le Top 50 en mai 2018, le Top 100 en octobre 2018. Un premier come-back l’a vu remonter à la 29e place fin 2019, date de son dernier titre en date à Metz. Depuis, Tsonga n’a jamais retrouvé les sensations physiques suffisantes pour évoluer au plus haut niveau.

Finaliste à l’Open d’Australie 2008 contre Novak Djokovic, Jo-Wilfried Tsonga est considéré comme le deuxième plus grand palmarès français de l’ère Open derrière Yannick Noah. Vainqueur de 18 trophées, quart de finaliste de tous les Grands Chelems (et même demi-finaliste de trois d’entre eux), il n’a jamais remporté le titre majeur après lequel il a couru toute sa carrière.

Ses trois chef-dœuvres resteront d’avoir écrasé Nadal en demi-finaliste de l’Open d’Australie 2008, d’avoir éliminé Roger Federer en quart de finale de Wimbledon 2011 après avoir été mené deux sets à rien et d’avoir remporté l’Open du Canada en 2014 après avoir dominé Murray, Djokovic et Federer dans le même tournoi. Il est aussi le dernier Français en date vainqueur du Masters 1000 indoor de Paris-Bercy (2008).

Je suis passé à côté de ma vie imaginaire. Mais je ne pense pas être passé à côté de ma vie à moi.

Jo-Wilfried Tsonga dans L’Equipe

Dans L’Equipe, il dit ce mercredi : “En fait, on va se la faire clair : dans ma carrière, je regrette tout ! Avec des “et si j’avais fait”, j’aurais pu tout réussir ! Il faut prendre le côté ironique de la chose évidemment. Aujourd’hui, on peut considérer que je suis passé à côté de ma vie imaginaire. Mais je ne pense pas être passé à côté de ma vie à moi.”

“C’était mon destin. Tout ça, c’est moi. Est-ce que je suis en phase avec ça ? Oui je crois, parce que je suis heureux aujourd’hui. Dans ma carrière, j’ai presque tout gagné, sauf le Grand Chelem. Mais cette quête du Grand Chelem aura été le chemin et le moyen de me dépasser pour vivre des moments incroyables. Évidemment que j’aurais été fier de brandir le trophée devant les Français, devant la famille, devant le monde entier. Je me dis que l’histoire est comme ça.”

Tsonga n’a pas précisé quel programme de tournois il avait planifié pour préparer Roland-Garros, où il a été demi-finaliste en 2013 et 2015, battu par David Ferrer puis Stan Wawrinka. Il est le premier Français de la génération dite des “nouveaux Mousquetaires” à arrêter le tennis alors que Gilles Simon (136e), Richard Gasquet (86e) et Gaël Monfils (22e) sont toujours sur le circuit.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.