Zverev à la table des rois de 2020, Schwartzman plus proche de la table des maîtres

Deux tournois organisés au même endroit en l’espace de deux semaines et un seul vainqueur : Alexander Zverev a une nouvelle fois été titré à Cologne dimanche. L’Allemand a fait le plein de confiance, pendant que Jannik Sinner a confirmé de belles promesses et que Diego Schwartzman s’est rapproché du Masters de Londres.

bett1HULKS Indoors Alexander Zverev

Auteur d’un doublé probant, Alexander Zverev a indéniablement été l’homme fort des deux tournois qui se sont déroulés à Cologne au cours de la dernière quinzaine. Dimanche, sa démonstration de force face à Diego Schwartzman a attesté d’un regain de forme certain et d’une confiance retrouvée. L’Allemand fait partie des sept joueurs ayant remporté plus d’un titre en simple sur le circuit ATP en 2020. L’Argentin a quant à lui grappillé de nouveaux précieux points dans la course au Masters. L’heure du récap est venue.

  • Le décor n’a pas changé et Zverev a encore triomphé

A notre connaissance, Alexander Zverev n’a pas investi dans un pied-à-terre du côté de Cologne. Mais force est de constater que celui qui est né à Hambourg se sent parfaitement à son aise dans la ville de Rhénanie-du-nord-Westphalie. Le 18 octobre dernier, il y remportait le bett1HULKS Indoor en dominant Félix Auger-Aliassime en finale (6-3, 6-3). Une semaine plus tard, au même endroit, il s’est adjugé le bett1HULKS Championship au terme d’un parcours irréprochable conclu par un net succès contre Diego Schwartzman (6-2, 6-1). Ce doublé express permet à l’Allemand d’étoffer une armoire à trophées déjà bien garnie (voir plus bas) et d’engranger de la confiance en vue des dernières échéances de la saison.

Finaliste malheureux quelques jours plus tôt, Félix Auger-Aliassime a cette fois bien failli prendre la porte dès le deuxième tour. Bousculé par Egor Gerasimov, le Canadien s’est retrouvé mené 6-4, 6-5 et service à suivre pour le Biélorusse. C’est à ce moment que « FAA » – qui n’avait pas eu la moindre balle de break à négocier jusqu’alors ! – a renversé la vapeur, pour finalement s’imposer en trois sets (4-6, 7-6, 7-6) et 2h45 de jeu.

  • Les trois infos de la semaine

1- Schwartzman n’est plus très loin de Londres

Tout au long de la quinzaine du tournoi de Roland-Garros, Diego Schwartzman a rappelé à quel point il était un formidable joueur sur terre battue. A Cologne, l’Argentin a prouvé qu’il n’était pas maladroit sur dur, réalisant un sans-faute avant de chuter logiquement en finale face à un Alexander Zverev qui était plus fort. Surtout, le joueur de 28 ans (8e à la Race) a conforté son avance sur Matteo Berrettini (210 points d’écart) et entrevoit très sérieusement la possibilité de participer au prochain Masters de Londres (15-22 novembre).

2- Sinner poursuit son ascension

Jannik Sinner est un diamant brut qui continue, lentement mais sûrement, de se polir. Tombé avec les honneurs face à Rafael Nadal en quarts de finale du tournoi de Roland-Garros, le jeune Italien a écarté James Duckworth, Pierre-Hugues Herbert et Gilles Simon pour se hisser en demies à Cologne, où Zverev a mis un terme à son aventure (7-6, 6-3). Le joueur de 19 ans est désormais 43e au classement ATP.

3- Eux aussi ont aimé Cologne

Alexander Zverev n’est pas le seul à avoir brillé lors de chacun des deux tournois disputés à Cologne. Félix Auger-Aliassime a été finaliste de la première édition puis s’est incliné en demie contre Diego Schwartzman une semaine plus tard (6-4, 5-7, 6-4). De son côté, Alejandro Davidovich Fokina a montré qu’il faisait partie des valeurs montantes du circuit en atteignant successivement le dernier carré puis les quarts.

  • La stat de la semaine : 23 ans seulement et déjà 21 finales jouées

Du haut de ses 23 ans, Alexander Zverev a déjà remporté 13 titres sur le circuit principal. Il a aussi disputé un total de 21 finales, soit plus que Robin Soderling (20), Kevin Anderson (19), Cédric Pioline (17) ou Henri Leconte (16). Et quelque chose nous dit qu’il risque d’y en avoir d’autres…

  • L’image de la semaine : Barney, le chien porte-bonheur

A Cologne, la mascotte de la quinzaine était un chien du nom de Barney. Sur Twitter, Alexander Zverev a rendu hommage sympathique au canidé, qui l’a accompagné lors de la conquête de ces deux titres.

  • La question : Cologne, un exemple à suivre ?

Dans le contexte sanitaire actuel, disputer deux tournois d’affilée en un seul et même endroit pourrait être une piste à creuser, pour les joueurs comme pour les organisateurs. Les premiers, dont la liberté de mouvement est restreinte à cause de la Covid-19, ont plus de temps pour prendre leurs marques et peuvent, à l’image de Zverev, surfer sur une belle dynamique. Les seconds, à défaut d’ouvrir leurs portes au public, disposent d’une exposition médiatique plus longue. Pour l’ATP et la WTA, enfin, il s’agit là d’une option intéressante pour étoffer un calendrier qui risque, dans les mois à venir, d’être encore plombé par des annulations. Et ce n’est pas une idée totalement incongrue : en Formule 1 et en MotoGP par exemple, il est arrivé plus d’une fois cette saison d’organiser deux Grands Prix de rang sur un même circuit.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *