Zverev : “Je suis là pour jouer au tennis”

Alexander Zverev s’est présenté en conférence de presse après sa victoire contre Miomir Kecmanovic à Bercy. Il est revenu sur le contexte extra-sportif entourant sa présence au Rolex Paris Masters, avec l’annonce de sa paternité et des accusations de violences conjugales.

Alexander Zverev - Rolex Paris Masters

Alexander Zverev s’est présenté ce mercredi à la presse pour la première fois depuis son arrivée au Rolex Paris Masters. Pour son entrée en lice, l’Allemand s’est montré expéditif face au Serbe Miomir Kecmanovic (6-2, 6-2).

Je suis là pour jouer au tennis, a expliqué Zverev. Ce que je fais plutôt bien les dernières semaines, depuis la reprise de la saison. Je veux continuer comme ça. Vous l’avez dit, ils se passent certaines choses à côté. Dont des bonnes nouvelles, je pense.

Logiquement, la conférence de presse ne s’est pas concentrée sur la rencontre. La semaine dernière, Zverev a été accusé de violences conjugales par son ancienne compagne, Olga Sharypova. Une autre ancienne petite amie, Brenda Patea, a elle annoncé dans les colonnes de Bild attendre un enfant du joueur de 23 ans. La jeune femme a précisé ne pas souhaiter une garde partagée. Zverev avait répondu sur les réseaux sociaux. Il avait reconnu la paternité de l’enfant de Brenda Patea, et nié toute agression envers Olga Sharypova.

Zverev maintient sa version

J’ai tout dit sur mon compte Instagram, a-t-il répété ce mercredi. Il n’y rien d’autre à ajouter maintenant. Je suis ici, je suis là pour jouer au tennis. Comme je l’ai dit, c’est une relation terminée depuis très longtemps. Je prends du plaisir sur le court, j’ai tout dit. Les accusations ne sont pas vraies, et je ne peux rien dire de plus.

Sur son compte Instagram, Olga Sharypova avait affirmé avoir été battue par Zverev en marge de l’US Open 2019. “Je suis sortie de l’hôtel en courant pieds nus, battue, avait-t-elle expliqué. Je me tenais dans une rue de New York et je ne savais pas où aller ni quoi faire. Il a essayé de m’étrangler avec un oreiller, de me cogner la tête contre le mur et de me tordre les bras“.

Elle avait également réagi au démenti de Zverev. “Je ne sais pas si tu as écris ce message ou si quelqu’un s’occupe de ton Instagram, mais tu n’as pas eu le courage de t’expliquer directement, avait-elle répondu. Parce que je ne mens pas et nous le savons tous les deux.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *