29 septembre 1988 : Le jour où Graf s’est retrouvée à un match du Golden Slam

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 29 septembre 1988, l’invincible Steffi Graf terrasse Zina Garrison pour rallier la finale des Jeux olympiques de Séoul.

Graf 1988 OTD

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Steffi Graf impériale en demi-finales des Jeux

Ce jour-là, le 29 septembre 1988, dix-huit jours après avoir réalisé le Grand Chelem à l’US Open, Steffi Graf se qualifie pour la finale du tournoi olympique, où elle va retrouver Gabriela Sabatini, qu’elle vient de battre en finale à New York (6-3, 3-6, 6-1). Ecrasant la tête de série n°8 Zina Garrison en demi-finales (6-0, 6-2), l’Allemande a maintenant l’occasion de mettre la cerise sur le gâteau de l’une des plus grandes saisons de l’histoire du tennis.

 

Les actrices

Steffi Graf, Grand Chelem en poche

Steffi Graf est née en 1969. En 1982, à l’âge de treize ans, elle devient la plus jeune joueuse de l’histoire à obtenir un classement WTA. Après avoir gagné l’épreuve de démonstration organisée pendant les Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, elle progresse régulièrement, et les résultats ne se font pas attendre. Elle atteint les demi-finales de l’US Oen en 1985, à l’âge de seize ans, battue par la numéro 1 mondiale Martina Navratilova (6-2, 6-3).

En 1986, elle remporte son premier tournoi, à Hilton Head, avant d’arriver à nouveau en demi-finales à New-York. Cornaquée par son père, elle explose en 1987, lorsqu’elle soulève son premier trophée en Grand Chelem, après être venue à bout de Martina Navratilova en finale de Roland-Garros. Elle est vaincue en finale de Wimbledon et de l’US Open par la même Navratilova, qu’elle éjecte cependant, le 17 août, du sommet de la hiérarchie où elle se trouvait presque continuellement depuis 1982.

Steffi Graf commence 1988 en s’imposant à l’Open d’Australie, aux dépens de Chris Evert (6-1, 7-6), et au mois de juin, elle triomphe aussi à Roland-Garros, punissant en finale Natasha Zvereva, 6-0, 6-0, à l’issue de la plus courte finale majeure de l’histoire. Elle finit d’asseoir sa domination à Wimbledon, où elle bat en finale Navratilova, sextuple tenante du titre (5-7, 6-2, 6-1), et à l’US Open, elle écrit une nouvelle page de l’histoire du tennis, dominant Gabriela Sabatini en finale pour réaliser le Grand Chelem, exploit inédit depuis 1970. 

Zina Garrison, une demie à Wimbledon

Zina Garrison est née en 1963, à Houston, Texas. Elle apprend le tennis dans le programme d’entraînement gratuit dirigé par John Wilkerson sur les terrains publics de Houston, et elle attire bientôt l’attention devenant la première joueuse noire à être la numéro 1 du Texas. Elle remporte le premier de ses six titres à Zurich, en 1984, aux dépens de Claudia Kohde-Kilsch (6-1, 0-6, 6-2), et, la même année, elle fait son entrée dans le top 10. En 1985, elle atteint les demi-finales à Wimbledon (battue par Martina Navratilova, 6-4, 7-6), ce qui restera son meilleur résultat en Grand Chelem jusqu’à l’US Open 1988. Cette fois-là, elle bat Navratilova pour la première fois en 22 tentatives (6-4, 6-7, 7-5), mais elle s’incline ensuite en demi-finales face à Gabriela Sabatini (6-4, 7-5). 

Le lieu : le Seoul Olympic Park Tennis Center

Le Seoul Olympic Park Tennis Center est un complexe sportif situé à Séoul, en Corée du Sud, à l’intérieur du parc olympique. Les Jeux sont une nouveauté dans le monde du tennis professionnel, banni de l’olympisme depuis 1924. Le 11 mai 1987, le CIO a décidé d’inclure à nouveau le tennis à Séoul. Les enjeux dépassent le tennis : en acceptant tous les joueurs de tennis, le CIO reconnaît officiellement la fin de l’amateurisme.

 

L’histoire : une demi-finale à sens unique

En septembre 1988, Steffi Graf est la numéro 1 mondiale incontestée. Elle a même réussi à réaliser le Grand Chelem, remportant les quatre tournois majeurs, et à Roland-Garros, elle a même gagné la finale 6-0, 6-0 contre Natasha Zvereva. Au début des Jeux Olympiques, elle est logiquement la favorite, à condition d’avoir récupéré de ses efforts, elle qui a triomphé à l’US Open dix jours seulement avant. D’ailleurs, après sa victoire à New York, elle n’a même pas pris le temps de profiter, prenant l’avion pour rentrer chez elle dès que possible. 

Bien qu’elle ait admis se sentir fatiguée lors de ses premiers tours, elle se fraye tout de même un chemin jusqu’en demi-finales sans trop de difficulté. Elle élimine Leila Meskhi au premier tour, 7-5, 6-1, et au deuxième tour, elle balaye la Française Catherine Suire, 6-3, 6-0. En quarts de finale, elle concède une manche, mais s’impose tout de même face à la Soviétique Larisa Savchenko (6-2, 4-6, 6-3). 

En demi-finales, elle affronte Zina Garrison. L’Américaine est en grande forme : elle a récemment atteint le dernier carré à Flushing Meadows, après avoir battu Navratilova pour la première fois, et à Séoul, elle a remporté ses trois premiers matches sans perdre un set. Les deux joueuses se sont affrontées seulement trois fois par le passé, et Graf mène 2-1 dans leur tête à tête.

Graf, qui n’a pas évolué à son meilleur au niveau lors des premiers tours, dispute son meilleur match du tournoi pour surclasser Garrison, 6-2, 6-0, enchaînant les coups gagnants en coup droit. « Je ne lui donnerais pas encore la médaille d’or, même si elle joue très bien », déclare Garrison, selon le New York Times. « On ne sait jamais. Mais elle a tellement bien joué. J’ai regardé passer les balles.”

“Je suis enthousiaste, commente Graf, parce que j’ai joué un grand tennis. Je suis très contente, surtout que ces derniers jours, je n’avais pas si bien joué que ça. » En finale l’attend Gabriela Sabatini, qui est jusqu’à présent la seule joueuse à avoir réussi à la battre en 1988. Mais comme Graf a remporté leur dernier affrontement, ça ne suffit pas à entamer sa confiance.

 

La postérité du moment : L’invincible Graf triomphe

Steffi Graf s’imposera ensuite en finale des Jeux olympiques, aux dépens de Gabriela Sabatini (6-3, 6-3), réalisant ainsi un « Grand Chelem Doré » unique dans l’histoire du tennis.

Elle occupera la place de numéro 1 mondiale jusqu’à ce que Monica Seles l’en détrône en 1991. Après l’agression de Seles en 1993, Steffi Graf retrouvera le sommet du classement jusqu’en 1997, établissant un nouveau record de 377 semaines passées en tête du classement WTA. En s’imposant à l’US Open 1995, elle deviendra la seule joueuse de l’histoire à avoir gagné chacun des tournois du Grand Chelem à au moins quatre reprises. A sa retraite, en 1999, peu de temps après son dernier titre majeur conquis à Roland-Garros, elle aura remporté un total incroyable de 22 tournois du Grand Chelem.

Zina Garrison atteindra la 4e place mondiale en 1989, et en 1990, elle obtiendra le meilleur résultat de sa carrière en se hissant en finale de Wimbledon, où elle sera vaincue par Navratilova (6-4, 6-1), qu’elle ne parviendra pas à battre une deuxième fois. Elle prendra sa retraite en 1997.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *