4 juin 1988 : Le jour où Graf a gagné 6-0, 6-0 en finale de Roland

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 4 juin 2001, Steffi Graf humiliait Natasha Zvereva 6-0 6-0 en finale de Roland-Garros.

Steffi Graf On This Day 4_6

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique

Ce jour-là, le 4 juin 1988, Steffi Graf humilie Natasha Zvereva, 6-0 6-0, en 32 minutes, en finale de Roland-Garros. C’est la plus courte finale de Grand Chelem de l’histoire, et c’est aussi la première fois dans l’histoire des Internationaux de France qu’une « bicyclette » est distribuée en finale. Ce match est représentatif de la domination de Graf sur le tennis féminin en 1988, l’année où elle finira par réaliser son fameux Grand Chelem Doré.

Les personnages

Steffi Graf, la numéro 1 mondiale

Steffi Graf est née en 1969. En 1982, à l’âge de 13 ans, elle devient la plus jeune joueuse de l’histoire à obtenir un classement WTA. Après avoir gagné l’épreuve de démonstration organisée pendant les Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, elle progresse régulièrement, et les résultats ne se font pas attendre. Elle atteint la demi-finale de l’US Open en 1985, à l’âge de 16 ans, battue par la numéro 1 mondiale Martina Navratilova (6-2 6-3).

En 1986, elle remporte son premier tournoi, à Hilton Head, avant d’arriver à nouveau en demi-finale à New-York. Cornaquée par son père, elle explose en 1987, lorsqu’elle soulève son premier trophée en Grand Chelem, après être venue à bout de Martina Navratilova en finale de Roland-Garros. Elle est vaincue en finale de Wimbledon et de l’US Open par la même Navratilova, qu’elle éjecte cependant, le 17 août, du sommet de la hiérarchie où elle se trouvait presque continuellement depuis 1982.

Steffi Graf commence 1988 en s’imposant à l’Open d’Australie, aux dépens de Chris Evert (6-1 7-6), avant de gagner trois autres tournois. À ce jour, elle n’a subi que deux défaites cette année, à chaque fois sur terre battue, contre Gabriela Sabatini.

Steffi Graf, 1988 Olympics gold-medalist

Natasha Zvereva, en finale pour son deuxième Roland

Natasha Zvereva est née en 1971 à Minsk, en Union Soviétique (future Belarus). En 1986, à l’âge de 1( ans, elle termine sa première saison complète à la 92e place mondiale. L’année suivante, en 1987, elle fait ses débuts en Grand Chelem à Roland-Garros, où elle atteint le troisième tour (éliminée par Helena Sukova), avant de réaliser son meilleur résultat à Wimbledon, où elle est battue en huitièmes de finale par Martina Navratilova.

En 1988, sa meilleure performance avant Roland-Garros est une demi-finale à Strasbourg, et elle pointe désormais au 15e rang mondial.

ZVEREVA_NATSHA_STEFFI_GRAF_ROLAND_GARROS_1988_TENNIS_MAJORS

Le lieu

Cette histoire a lieu à Roland-Garros. Le stade, situé dans l’ouest parisien, à la lisière du bois de Boulogne, accueille les Internationaux de France depuis 1928. Ce fut le premier et désormais le seul tournoi du Grand Chelem sur terre battue, la surface la plus lente, ce qui en fait le tournoi le plus difficile à gagner sur le plan physique. 

Roland-Garros est le lieu où Steffi Graf a gagné son premier et à l’époque unique titre du Grand Chelem, et elle a déjà participé à cinq reprises. Pour Zvereva, Roland-Garros est l’endroit où, il y a à peine un an, elle a disputé son premier tournoi majeur.

Les faits : un massacre

Bien que Steffi Graf soit seulement sur le point de fêter ses 19 ans, la retrouver en finale de Roland-Garros est tout sauf une surprise. Après tout, elle est la tenante du titre ici, à Paris, où elle avait défait la légende Martina Navratilova en finale (6-4 4-6 8-6). Numéro 1 mondiale depuis août 1987, elle est pratiquement invaincue en 1988 et a remporté la première levée du Grand Chelem à Melbourne. Lors de ses cinq premiers matches, elle a confirmé sa supériorité en ne lâchant que onze jeux et en infligeant quatre 6-0. En demi-finale, elle a réussi à dominer l’Argentine Gabriela Sabatini (6-3 7-6), la seule joueuse à l’avoir déjà battue en 1988.

Son adversaire est en revanche plus inattendue. La jeune Natasha Zvereva était presque inconnue du public français au début du tournoi. Elle s’est rendue célèbre en huitièmes de finale en créant la plus grosse surprise du tournoi, lorsqu’elle a battu l’ancienne vainqueure du tournoi Martina Navratilova, qui avait joué la finale des quatre précédentes éditions. Après cette incroyable victoire (6-3 7-6), Zvereva a continué sa route en battant la 6e mondiale, Helena Sukova, en quarts de finale (6-2 6-3), se qualifiant ainsi pour les demi-finales sans avoir perdu le moindre set. Pour parvenir en finale, elle a dû écarter une balle de match avant de venir à bout de la 53e mondiale, l’Australienne Nicole Bradtke, 6-3 6-7 7-5.

Lorsque les joueuses pénètrent sur le Court Central en ce samedi 4 juin pour disputer la finale de Roland-Garros, Graf est largement favorite, mais personne n’avait imaginé à quel point elle allait survoler le match. Les spectateurs de cette finale 1988 entre Graf et Zvereva seront certainement contents, des années plus tard, d’avoir assisté à ce moment historique. Mais lorsque les deux joueuses se serrent la main après seulement 32 minutes de jeu, c’est la déception qui domine dans les gradins. L’incroyable s’est produit : en finale de Roland-Garros, Graf a humilié Zvereva, 6-0 6-0.

Ces 32 minutes ont probablement paru bien longues à la jeune Soviétique, qui a vécu un véritable cauchemar, ratant à peu près tout ce qu’elle entreprenait pendant que son impitoyable adversaire jouait sur un nuage. La pauvre Zvereva n’a gagné que treize points tout au long de la partie. L’interruption liée à la pluie, qui durera au final plus longtemps que le match lui-même, ne lui aura pas permis de retrouver ses esprits.

Après un match aussi facile, la réaction de Graf au moment de la victoire reste sobre. Un peu gênée lors de son interview avec l’inévitable Nelson Montfort après la remise des prix, elle s’excusera presque :

« Il y a une chose dont je suis un peu désolée pour le public, c’est que ce soit allé si vite. Je ne me souviens pas d’avoir gagné 6-0 6-0 depuis longtemps, mais aujourd’hui, tout s’est bien passé ».

La postérité du moment : Graf en route vers son Grand Chelem doré

1988 sera la plus grande année de la déjà grande carrière de Steffi Graf. Cette année-là, elle réalisera un invraisemblable Grand Chelem Doré, obtenant une médaille d’or olympique en plus des quatre couronnes du Grand Chelem, un exploit unique dans l’histoire du tennis. Elle occupera la place de numéro 1 mondiale jusqu’à ce que Monica Seles l’en détrône en 1991.

Après l’agression de Seles en 1993, Graf retrouvera le sommet du classement jusqu’en 1997, établissant un nouveau record de 377 semaines passées en tête du classement WTA. En s’imposant à l’US Open 1995, elle deviendra la seule joueuse de l’histoire à avoir gagné chacun des tournois du Grand Chelem à au moins quatre reprises. À sa retraite, en 1999, peu de temps après son dernier titre majeur conquis à Roland-Garros, elle aura remporté un total incroyable de 22 tournois du Grand Chelem.

Natasha Zvereva n’atteindra plus jamais une finale de Grand Chelem en simple. Après avoir atteint son meilleur classement, 5e mondiale, en mai 1989, elle passera la plus grande partie de sa carrière dans le top 20, remportant quatre tournois et atteignant cinq quarts de finale en Grand Chelem. Son résultat le plus marquant sera une demi-finale disputée à Wimbledon en 1998.

C’est en double qu’elle marquera l’histoire, en remportant un total de 18 tournois du Grand Chelem, dont 14 associée à Gigi Fernandez, ce qui fera d’elles la deuxième meilleure paire de tous les temps, après Martina Navratilova et Pam Shriver. Zvereva occupera la place de numéro 1 mondiale de double pendant un total de 124 semaines. Elle prendra sa retraite à la fin de la saison 2002.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *