5 août 2012 : le jour où Andy Murray a pris sa revanche sur Roger Federer en décrochant la médaille d’or à Londres

Battu en finale de Wimbledon par Roger Federer, Andy Murray prendra sa revanche quelques semaines plus tard en finale des J.O de Londres en 2012.

5 August 2021
Andy Murray, OTD 5.08.2021

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Premier titre majeur pour Andy Murray

Ce jour-là, le 5 août 2012, à Wimbledon où, un mois plus tôt, il avait perdu la quatrième finale de Grand Chelem de sa carrière, Andy Murray domine Roger Federer pour obtenir la médaille d’or olympique, son premier titre majeur. L’Écossais, que le même Federer avait empêché de devenir le premier joueur britannique à remporter les Championnats depuis 76 ans au début du mois de juillet, dispute une partie sans faille et assomme le numéro un mondial, 6-2, 6-1, 6-4. La confiance acquise grâce à ce succès sera un facteur déterminant dans la conquête de son premier titre du Grand Chelem, qu’il remportera quelques semaines plus tard à Flushing Meadows.

Les personnages : Andy Murray et Roger Federer

  • Andy Murray, en quête de son premier titre du Grand Chelem

L’Ecossais Andy Murray est né en 1987. Il obtient ses premiers résultats notables en 2005, atteignant notamment sa première finale à Bangkok en tant que 109e mondial (vaincu par Roger Federer, 6-3, 7-5). En 2006, il remporte son premier tournoi à San Jose aux dépens de Lleyton Hewitt (1-6, 6-2, 7-6), mais il n’explose réellement qu’en 2008. Cette année-là, non seulement « Muzz » gagne cinq tournois, dont deux Masters 1000 (Cincinnati et Madrid), mais il atteint également les quarts de finale à Wimbledon (éliminé par Rafael Nadal, 6-3, 6-2, 6-4) et surtout la finale de l’US Open, où il s’incline face à Roger Federer (6-2, 7-5, 6-2). Il termine la saison à la 4e place mondiale, qu’il occupera au cours des quatre années suivantes, faisant partie du « big 4 » qui domine alors le tennis. Au cours de cette période, il atteint six demi-finales et quatre finales de Grand Chelem sans jamais parvenir à triompher. Andy Murray prend alors pour entraîneur Ivan Lendl, qui a connu une histoire similaire, ayant perdu plusieurs finales avant de remporter son premier titre majeur à Roland-Garros en 1984. Cependant, leur collaboration débute dans la douleur, puisque, à l’occasion de sa première finale à Wimbledon, Murray est battu par Roger Federer (6-4, 5-7, 3-6, 4-6).

Federer, Murray et del Potro sur le podium olympique de 2012
Federer, Murray et del Potro sur le podium olympique de 2012, © Action Images / Panoramic
  • Roger Federer, vainqueur à Wimbledon et numéro un mondial

En août 2012, Roger Federer, le génie suisse, né en 1981, vient juste de récupérer la première place mondiale. Il avait outrageusement dominé le tennis dans les années 2000, surtout entre 2004 et 2008, gagnant alors 12 titres du Grand Chelem, jusqu’à ce que Rafael Nadal lui dispute la place de n° 1 mondial. En 2011, c’est Novak Djokovic qui devient le meilleur joueur du monde. Federer, qui avait remporté 16 tournois du Grand Chelem entre 2003 et 2010, ne soulève pas le moindre grand trophée pendant plus de deux ans, après son titre à l’Open d’Australie 2010. Durant neuf tournois du Grands Chelem, il n’atteint qu’une seule finale, à Roland-Garros 2011, et s’arrête cinq fois en demi-finales. Nadal le stoppe deux fois, et Djokovic, à quatre reprises. Il n’en faut pas plus aux journalistes pour parler à nouveau du déclin de Federer, bien qu’il n’y ait toujours que deux joueurs qui peuvent prétendre être plus forts que lui. Cependant, après un succès inattendu au Masters 1000 de Madrid, le Suisse revient au sommet à Wimbledon, où, après s’être sorti en cinq sets d’un troisième tour piégeux contre Julien Benneteau, il domine le favori du public, Andy Murray, pour remporter un 17e titre du Grand Chelem et redevenir numéro un mondial.

Roger Federer at London Olympics in 2012
Roger Federer at London Olympics in 2012 © Photosport / Panoramic

Le lieu : Wimbledon en mode Jeux olympiques

Moins d’un mois après Wimbledon, le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde, l’épreuve de tennis des Jeux Olympiques 2012 se déroule au All England Lawn Tennis and Croquet Club. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire. Pendant les Jeux olympiques, l’une des règles traditionnelles de Wimbledon est enfreinte, les joueurs étant autorisés à porter des vêtements colorés.

L’histoire : La revanche d’Andy Murray

Pour le public londonien, la finale des Jeux Olympiques de 2012 a comme un goût de déjà-vu : un mois auparavant, les deux mêmes joueurs, Roger Federer et Andy Murray, se sont déjà affrontés sur le court central de Wimbledon. Cette fois, le public espère voir une issue différente, car en juillet, le Suisse avait brisé le rêve de toute une nation de voir enfin, pour la première fois depuis Fred Perry, en 1936 un joueur britannique soulever le trophée. Cependant, si la défaite avait profondément blessé Murray, ses larmes versées lors de la remise lui ont attiré beaucoup de sympathie de la part du public britannique, et lorsqu’il revient à Londres pour les Jeux olympiques, il est bruyamment soutenu par les spectateurs.

En route vers la finale, “Muzz” n’abandonne qu’un seul set, contre Marcos Baghdatis, en quart de finale (4-6, 6-1, 6-4).  Novak Djokovic, numéro 2 mondial, est battu en deux sets en demi-finale (7-5, 7-5), et ceux qui ont vu ce match savent que Murray est véritablement en mission. 

En finale, il lui reste à  affronter l’homme qui lui a causé tant de malheur en finale de Wimbledon, mais qui l’avait aussi battu en finale de l’US Open 2008 et de l’Open d’Australie 2010 : l’homme aux 17 titres du  Grand Chelem, le numéro 1 mondial, Roger Federer. Le Suisse vient cependant de disputer le plus long match en trois sets de l’ère Open, en battant Juan Martin del Potro (3-6, 7-6, 19-17) après quatre heures et 26 minutes de jeu, en demi-finale.

Bien qu’il doive écarter une balle de break sur son premier jeu de service, l’Écossais prend rapidement les commandes du match, et marque neuf jeux consécutifs pour passer de 2-2 à 6-2, 5-0. Ses excellents retours de service, sa couverture de terrain et ses passings millimétré placent la barre trop haut pour un Federer fatigué, qui n’a pas complètement récupéré de son marathon du tour précédent. Bien que le Suisse continue le combat au troisième set, il ne réussira à convertir aucune des 9 balles de break obtenues pendant le match, et Murray s’impose, 6-2, 6-1, 6-4. 

“C’est la plus grande victoire de ma vie”, déclare Murray, selon la BBC. “J’ai eu beaucoup de défaites difficiles dans ma carrière, et c’est la meilleure façon de se remettre de la finale de Wimbledon”.

Federer, malgré sa défaite et une nouvelle occasion manquée de médaille d’or, semble satisfait de son tournoi et rend hommage à la performance de son adversaire.

“Andy semblait ne jamais douter”, explique Federer, selon espn.com. “Il avait un plan clair. Il n’a jamais regardé en arrière. Tout le mérite d’avoir pris l’avantage et d’avoir utilisé le public pour s’imposer lui revient. Il a fait un travail incroyable”.

“Muzz” est le premier Britannique à remporter la médaille d’or olympique en simple depuis Josiah Ritchie en 1908, mais surtout, c’est le premier titre majeur remporté par l’Écossais, qui avait été battu lors de ses quatre premières finales en Grand Chelem. Après avoir ainsi conjuré le mauvais sort, Murray, guidé par Ivan Lendl, est prêt à conquérir de nouveaux titres.

La postérité du moment : Murray remportera trois Grands Chelems

Quelques mois après son triomphe olympique, Andy Murray décrochera son premier titre du Grand Chelem, en battant Novak Djokovic en finale de l’US Open (7-6, 7-5, 2-6, 3-6, 6-2). En 2013, il deviendra enfin le premier Britannique depuis Fred Perry à remporter Wimbledon, en battant à nouveau le Serbe en finale (6-4, 7-5, 6-4). En 2016, il remportera un deuxième titre à Wimbledon, aux dépens de Milos Raonic (6-4, 7-6, 7-6), et à Rio de Janeiro, il deviendra le premier joueur à décrocher deux fois l’or olympique (en battant Juan Martin del Potro, 7-5, 4-6, 6-2, 7-5). Il entamera alors un marathon pour devenir numéro 1 mondial en novembre et terminera la saison en tête du classement mondial. Il restera n° 1 pendant 41 semaines, jusqu’en août 2017.

Federer manquera les Jeux olympiques de 2016 en raison d’une blessure mettant sa carrière en péril, et en 2021, il décidera à nouveau de ne pas participer aux Jeux. La seule médaille d’or remportée par le Suisse restera ainsi celle qu’il avait obtenue en double avec Stan Wawrinka à Pékin, en 2008.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *