7 juillet 2013 : le jour où Andy Murray est devenu le premier Britannique à remporter Wimbledon depuis 1936

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 7 juillet 2013, Andy Murray, tombeur de Novak Djokovic, devenait le premier Britannique vainqueur de Wimbledon depuis Fred Perry en 1936

Andy Murray - Trophy Wimbledon

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Ce jour-là, le 7 juillet 2013, Andy Murray domine Novak Djokovic, 6-4, 7-5, 6-4, pour devenir le premier joueur Britannique à s’imposer à Wimbledon depuis Fred Perry en 1936, 77 ans plus tôt. C’est l’aboutissement de la quête d’une vie pour l’Ecossais, qui avait été stoppé trois fois en demi-finales (par Andy Roddick en 2009, puis par Rafael Nadal en 2010 et 2011) et une fois en finale, en 2012, par Roger Federer. C’est son deuxième sacre majeur, lui qui a déjà battu Djokovic en finale de l’US Open 2012 après avoir perdu ses quatre premières finales en Grand Chelem.

Andy Murray - Wimbledon 2013

Les personnages : Andy Murray et Novak Djokovic

  • Andy Murray, le héros portant les espoirs de tout le peuple britannique

L’Ecossais Andy Murray est né en 1987. Il obtient ses premiers résultats notables en 2005, atteignant notamment sa première finale à Bangkok en tant que 109e mondial (vaincu par Roger Federer, 6-3, 7-5). En 2006, il remporte son premier tournoi à San Jose aux dépens de Lleyton Hewitt (1-6, 6-2, 7-6), mais il n’explose réellement qu’en 2008. Cette année-là, non seulement « Muzz » gagne cinq tournois, dont deux Masters 1000 (Cincinnati et Madrid), mais il atteint également les quarts de finale à Wimbledon (éliminé par Rafael Nadal, 6-3, 6-2, 6-4) et surtout la finale de l’US Open, où il s’incline face à Roger Federer (6-2, 7-5, 6-2). Il termine la saison à la 4e place, qu’il occupera au cours des quatre années suivantes, faisant partie du « big 4 » qui domine alors le tennis. Au cours de cette période, il atteint six demi-finales et cinq finales de Grand Chelem sans jamais parvenir à triompher. Andy Murray prend alors pour entraîneur Ivan Lendl, qui a connu une histoire similaire, ayany perdu plusieurs finales avant de remporter son premier titre majeur à Roland-Garros en 1984. La magie opère : en 2012, après une douloureuse défaite contre Roger Federer en finale de Wimbledon, Muzz prend une revanche éclatante en finales des Jeux Olympiques, où il écrase le Suisse (6-2, 6-1, 6-4) pour s’offrir une médaille d’or. Moins de deux mois plus tard, il vient à bout de Novak Djokovic à l’issue d’une finale de l’US Open au scénario improbable, où la victoire lui passe presque sous le nez (7-6, 7-5, 2-6, 3-6, 6-2), et devient le premier Britannique à soulever un trophée du Grand Chelem depuis que Fred Perry a gagné Wimbledon en 1936. A présent, il ne lui manque qu’un succès au All England Club pour réaliser son rêve et répondre aux attentes du Royaume entier.

Andy Murray - On this day
Andy Murray – On this day
  • Novak Djokovic, le numéro 1 mondial aux 6 titres du Grand Chelem

Novak Djokovic est né en cette même année 1987. Il entre dans le top 100 en 2005, saison qu’il termine à la 83e place mondiale. En 2006, il fait parler de lui lorsque, classé 63e mondial, il atteint les quarts de finale de Roland-Garros après avoir éliminé le 9e mondial Fernando Gonzalez au deuxième tour. Cette même année, Nole gagne son premier tournoi en battant Nicolas Massu (7-5, 6-3) en finale à Amersfoort. Sa carrière décolle en 2007 : il se hisse en demi-finales à Roland-Garros et à Wimbledon (arrêté à chaque fois par Rafael Nadal) avant de se tailler un chemin jusqu’en finale de l’US Open où il est vaincu par Roger Federer (7-6, 7-6, 6-4). Début 2008, il triomphe pour la première fois en Grand Chelem, à l’Open d’Australie, aux dépens de Jo-Wilfried Tsonga (4-6, 6-4, 6-3, 7-6). Djokovic reste alors trois années durant à la troisième place, atteignant régulièrement les derniers tous des épreuves majeures où il bute sans cesse sur Federer et Nadal qui l’empêchent d’ajouter de nouveaux grands titres à son palmarès. Le vent tourne en 2011, lorsque Djokovic réalise une première moitié de saison presque parfaite. Après avoir triomphé à l’Open d’Australie au grand dam d’Andy Murray, il reste invaincu 42 matches durant, jusqu’à ce que Roger Federer le batte en demi-finale de Roland-Garros. Depuis, le Serbe a accumulé quatre titres du Grand Chelem supplémentaires (Wimbledon et l’US Open en 2011, l’Australian Open en 2012 et 2013). Il est toujours numéro 1 mondial en juillet 2013.

Novak Djokovic - Wimbledon 2013

Le lieu : Wimbledon et son Centre Court mythique

Wimbledon est le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde. Organisé par le All England Lawn Tennis and Cricket Club depuis 1877, il s’est installé sur son site actuel en 1922, année de la construction du célèbre Centre Court. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire. Après que la conversation, dans les années 1970, de l’US Open à la terre battue puis au ciment, et après l’abandon du gazon au profit du dur par l’Open d’Australie en 1988, Wimbledon demeure le dernier tournoi du Grand Chelem sur herbe, une surface qui convient généralement mieux aux serveurs-volleyeurs. Non seulement Wimbledon conserve sa surface historique, mais le tournoi maintient également certaines traditions comme l’obligation pour les joueurs de s’habiller en blanc.

L’histoire : Nadal et Federer rapidement sortis, Murray saisit sa chance en venant à bout de Djokovic

Le tournoi de Wimbledon 2013 a démarré par deux énormes surprises : d’abord, Rafael Nadal a perdu au premier tour contre Steve Darcis, 135e mondial ; ensuite, au deuxième tour, le septuple vainqueur de l’épreuve est renvoyé chez lui par le 116e mondial, Sergei Stakhovsky. Pendant ce temps, les deux joueurs les mieux classés au monde ont avancé sans aucune difficulté jusqu’aux derniers jours du tournoi. En quarts de finale, Andy Murray a dû batailler cinq sets pour passer outre Fernando Verdasco (4-6, 3-6, 6-1, 6-4, 7-5), avant que Novak Djokovic ne soit menacé en demi-finales par Juan Martin del Potro, avant d’en réchapper en cinq sets (7-5, 4-6, 7-6, 6-7, 6-4).

Cette finale de Wimbledon est la 19e rencontre entre les deux hommes. A ce jour, Djokovic mène 11-8. Bien que Murray l’ait battu pour remporter son premier titre du Grand Chelem à l’US Open, Djokovic l’a dominé à trois reprises depuis, la dernière fois en finale de l’Open d’Australie (6-7, 7-6, 6-3, 6-2).

Les enjeux sont énormes pour Andy Murray. A New-York, il s’est déjà débarrassé de sa réputation de loser, mais son destin est de gagner un jour Wimbledon. Il porte sur ses épaules des attentes vieilles de 77 ans : il doit devenir le premier Britannique depuis Fred Perry à soulever cette coupe. Après trois défaites en demi-finales, il avait cru son heure venue en 2012, lorsqu’il s’éait enfin qualifié pour la finale, mais Roger Federer avait ruiné ses espoirs. L’Ecossais n’avait pu retenir ses larmes lors de la remise des prix. Perdre une autre finale en ces lieux le détruirait certainement.

C’était un match difficile et un dernier jeu incroyablement long. Je ne sais pas comment j’ai fait pour m’en sortir.

Andy Murray

Par une chaleur avoisinant les 40°, les trois premiers jeux ne durent pas moins de vingt minutes. Muzz obtient des balles de break dès le premier jeu. Il lui en faudra sept avant que le Serbe ne lâche enfin son service, mais après tant d’efforts, Murray voit Djokovic refaire son retard dès le jeu suivant. Néanmoins, Nole commet un nombre inhabituel de fautes directes (17 tout au long du set) et perd à nouveau son service à 3-3. Après une heure de jeu, l’Ecossais empoche la première manche, 6-4.
Au deuxième set, Novak Djokovic serre le jeu pour donner la réplique et se détache 4-1. Murray parvient à recoller au score et à prendre le service de Djokovic à 5-5. Confirmant son break en gagnant un jeu blanc, Andy Murray a maintenant deux sets d’avance, 6-4 ,7-5.

Au début du troisième set, Murray breake d’entrée et semble se diriger vers une victoire en trois sets. Novak Djokovic n’ pas l’intention de le laisser triompher si facilement. Il démarre une campagne d’amorties et prend à nouveau l’avantage, 4-2. Il en faut plus pour décourager l’Ecossais, qui refait son retard et, à 5-4, sert maintenant pour le titre. Après douze minutes et quatre balles de match, Djokovic rate enfin le coup droit qui fait d’Andy Murray le nouveau champion de Wimbledon. 77 ans après Fred Perry, un joueur Britannique a enifn triomphé devant son public.

« C’est légèrement différent de l’année dernière », plaisante Murray sur le court. « L’an passé, c’était l’un des moments les plus durs de ma carrière. C’était un match difficile et un dernier jeu incroyablement long. Je ne sais pas comment j’ai fait pour m’en sortir. Je suis tellement content.”

La postérité du moment : Murray deviendra numéro 1 mondiale, Djokovic l’un des meilleurs de tous les temps

Andy Murray terminera 2013 à la 4e place mondiale et devra se résoudre à une opération du dos à la fin de l’année. En 2014, il peinera à retrouver son meilleur niveau, mais en 2015, il redeviendra 2e mondial. Après avoir perdu trois finales de Grand Chelem face à Novak Djokovic, deux à Melbourne (2015, 2016) et une à Paris (2016), il remportera un deuxième titre à Wimbledon en 2016, dominant Milos Raonic (6-4 7-6 7-6). Il se lancer alors dans un marathon pour conquérir la place de numéro 1 mondial au mois de novembre et terminer la saison au sommet du monde. Il y restera 41 semaines, jusqu’en août 2017. Sa carrière sera ensuite perturbée par une blessure à la hanche qui nécessitera plusieurs interventions chirurgicales et, après Wimbledon 2017, il ne participera plus qu’à deux tournois du Grand Chelem.

En 2013, Novak Djokovic perdra sa place de numéro 1 mondial au profit de Rafael Nadal. Entre Wimbledon 2015 et Roland-Garros 2015, Nole accomplira l’exploit de gagner les quatre tournois du Grand Chelem consécutivement. Il connaîtra ensuite deux années compliquées, mais il redeviendra premier mondial en 2018 et s’adjugera cinq titres du Grand Chelem de plus. En 2020, il détiendra 17 titres majeurs et aura occupé la place de numéro 1 pendant un total de 282 semaines.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *