19 février 2006 : Le jour où McEnroe a gagné un tournoi de doubles à 47 ans

Sorti de sa retraite à 47 ans, John McEnroe, ancien N.1 mondial de doubles, remporte le 19 février 2006 le tournoi de San Jose en compagnie de Jonas Bjorkman. Un petit exploit qui restera quasiment sans lendemain pour le vétéran américain.

John McEnroe, OTD 19/2

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : McEnroe sort de sa retraite pour s’imposer en double à 47 ans

Le 19 février 2006, John McEnroe, fraîchement sorti de sa retraite à 47 ans, remporte le tournoi de double à San José, où il est associé au Suédois Jonas Bjorkman. L’Américain, surtout connu pour ses succès en simple, avait été N.1 mondial en double pendant 269 semaines dans les années 1980, remportant pas moins de neuf titres du Grand Chelem (sept avec Peter Fleming, un avec Mark Woodforde et un avec Michael Stich).

Les personnages : Le revenant McEnroe et le spécialiste du double Bjorkman

John McEnroe, né en 1959, a occupé la place de numéro 1 mondial 170 semaines durant, entre 1980 et 1985. McEnroe est extrêmement talentueux. Son jeu est basé sur le toucher de balle et la précision, le tout agrémenté d’un service aussi original qu’efficace, souvent suivi au filet. Il est également célèbre pour son comportement, qui choque à l’époque le monde bien propre et policé du tennis. Ses querelles incessantes avec le corps arbitral dénotent dans un sport dit « de gentlemen ». Le gaucher américain accumule sept titres du Grand Chelem : trois à Wimbledon (1981, 1983, 1984) et quatre à l’US Open (1979, 1980, 1981, 1984). En 1979, il était devenu le plus jeune vainqueur de l’histoire de l’US Open, en battant Vitas Gerulaitis en finale (7-5 6-3 6-3). En 1980, il dispute son match le plus célèbre en finale de Wimbledon, vaincu par Bjorn Borg en cinq manches après avoir remporté un incroyable tie-break au quatrième set (18-16).

Borg - McEnroe, finale Wimbledon 1980

Sa plus grande saison reste 1984, année au cours de laquelle, après une terrible défaite en finale de Roland-Garros, il remporte Wimbledon et l’US Open, mais aussi le Masters et la Coupe Davis, finissant l’année en numéro 1 incontesté, avec 82 victoires pour seulement 3 défaites. Après 1984, la domination de McEnroe prend fin. En 1986, il s’éloigne même du circuit, le temps d’épouser Tatum O’Neal. Une fois de retour, « Mac » n’est plus ce qu’il était. Il ne parvient à nouveau en demi-finale d’un tournoi majeur qu’à Wimbledon 1989 (battu par Stefan Edberg, 7-5, 7-6, 7-6). McEnroe décline ensuite jusqu’à sa retraite, à la fin de la saison 1992. Son dernier résultat notable est une demi-finale atteinte à Wimbledon 1992 (battu par Andre Agassi, 6-4, 6-2, 6-3). L’Américain est également un grand joueur de double, discipline dont il a occupé la première place mondiale 269 semaines durant dans les années 1980, remportant la bagatelle de neuf titres du Grand Chelem. Une fois sa carrière achevée, il se reconvertit en tant que commentateur sportif.

Jonas Bjorkman, originaire de Suède, est né en 1972. En simple, il atteint le quatrième rang mondial en 1997, après avoir atteint les demi-finales de l’US Open (battu par Greg Rusedski, 6-1, 3-6, 3-6, 6-3, 7-5). Il lui faudra près de dix ans pour reproduire cette performance dans un tournoi du Grand Chelem, à Wimbledon, en 2006 (battu par Roger Federer, 6-2, 6-0, 6-2). Il est plus connu pour sa carrière en double, où il a déjà remporté 9 titres du Grand Chelem, et a atteint la première place mondiale en 2001. Bjorkman a également remporté la Coupe Davis à trois reprises, marquant à chaque fois le dernier point.

Ni Paul Goldstein ni Jim Thomas n’ont jamais joué une finale ATP en simple, bien que Goldstein ait atteint la 58e place mondiale. Ensemble, ils ont disputé quatre finales en double et ont atteint les demi-finales de l’US Open 2005.

Le lieu : Le Pacific Coast Championships

Le Pacific Coast Championships, fondé en 1889, est l’un des plus anciens tournois de tennis au monde. Disputé à l’origine à Monterey, son lieu de prédilection sera ensuite Berkeley, ou l’épreuve se joue de 1900 à 1971. Le tournoi déménage à San Francisco, sur moquette intérieure, avec à son palmarès de grands joueurs tels que John McEnroe (1978, 1979, 1982, 1984, 1986), Andre Agassi (1990, 1993, 1998, 2003), Pete Sampras (1996, 1997) ou encore Andy Roddick (2004, 2005).

L’histoire : Les anciens donnent la leçon aux plus jeunes

Considéré par de nombreux experts comme le meilleur joueur de double de l’histoire du tennis, John McEnroe avait décidé de participer au tournoi de San Jose pour prouver que les joueurs de sa génération étaient encore capables de tenir le choc en double. Pour optimiser ses chances, il s’est associé à une autre légende du double, Jonas Bjorkman, neuf fois titré en Grand Chelem.

La surprenante équipe fait face à son plus grand défi sur le papier dès le premier tour, contre les Australiens Wayne Arthurs et Stephen Huss, qu’elle écarte 6-3, 6-3. McEnroe, « l’ancien », ne semble pas gêné outre-mesure par la puissance des jeunes joueurs.

« Ce qui m’a vraiment impressionné, c’est la façon dont il a réussi à bien encaisser la puissance des plus jeunes », déclare Bjorkman.

L’Américain et le Suédois se font une frayeur en demi-finale, en remportant un match serré contre Jaroslav Levinsky et Robert Lindstedt (6-3, 4-6, 10-8). L’agitation croît autour de leur parcours. Mais lors de la finale, où ils affrontent Paul Goldstein et Jim Thomas, finalistes du dernier US Open, McEnroe et Bjorkman ne tremblent pas. Ils s’imposent finalement 7-6, 4-6, 10-7.

John McEnroe-Jonas Bjorkman San Jose 2005

« Je ne suis pas surpris, affirme Bjorkman. Il est si intelligent. Il joue avec sa tête. »

« Je suis surpris que le match soit allé jusqu’au super tie-break, mais la meilleure équipe a gagné, dit McEnroe aux journalistes après le match. Jonas a tenu la baraque. Quand je suis arrivé ici, je pensais qu’on pouvait soit perdre au premier tour aussi bien que gagner le tournoi. »

Le dernier tournoi remporté par McEnroe était l’Open de Paris en novembre 1992, avec son frère Patrick. Content de son succès, l’Américain n’écarte pas l’idée de participer à quelques autres tournois ATP, avant de revenir sur le circuit senior.

« Je pourrai peut-être trouver des Américains plus jeunes pour jouer avec moi », dit-il.

La postérité du moment : Un exploit (quasiment) sans lendemain

Finalement, John McEnroe ne participera qu’à un seul autre tournoi ATP, en octobre 2006. Associé au même Jonas Bjorkman, il remportera un match à l’Open de Stockholm, avant d’être battu par Simon Aspelin et Todd Perry (7-6, 7-6).

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *