31 octobre 1994 : le jour où Venus Williams a joué son premier match sur le circuit WTA

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 31 octobre 1994, Venus Williams, 14 ans, fait ses débuts professionnels à Oakland.

Venus Williams

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Venus Williams a étonné à seulement 14 ans

Ce jour-là, le 31 octobre 1994, Venus Williams, 14 ans, fait ses débuts professionnels à Oakland, trois ans et demi après sa dernière participation à un tournoi officiel. Pour ses premiers pas sur le grand circuit, l’adolescente crée la sensation en battant la 59e mondiale, Shaun Stafford, 6-3, 6-4.

Les personnages

Venus Williams, enfant prodige

Venus Williams est née en 1980. Élevée à Compton, en Californie, son père et coach Richard décide de déménager en Floride en 1991, afin que Venus et Serena puissent s’entraîner avec un coach célèbre, Rick Macci. A cette même époque, Richard éloigne ses filles de toute compétition junior pour les protéger de la pression. Cette décision fait alors débat, car, même si Richard annonce que ses filles sont les futures première mondiales, la plupart des experts du tennis ont du mal à imaginer qu’elles puissent soudain se lancer sur le grand circuit sans avoir joué en compétition depuis des années. Finalement, à la surprise générale, Venus sollicite une wild card au tournoi d’Oakland en octobre 1994, une décision motivée par l’idée d’éviter la « règle Capriati », faite pour éviter que les très jeunes joueuses ne soient broyées par la pression inhérente au grand circuit, en limitant le nombre de tournois qu’elles sont en droit de disputer. L’invitation lui est accordée, et le monde du tennis attend avec impatience de découvrir le prodige annoncé depuis si longtemps.

Venus Williams, Miami 1998

Shaun Stafford, joueuse confirmée

L’Américaine Shaun Stafford est née en 1968. Championne universitaire en simple en 1988, elle passe pro l’année suivante, atteignant la 48e place le 22 janvier 1990. Son meilleur résultat en Grand Chelem est un huitième de finale perdu face à Sabine Hack à Roland-Garros en 1994 (6-4, 6-2), et elle compte un titre à son palmarès, conquis à Taiwan, en 1992, aux dépens d’Ann Grossman (6-1, 6-3). 

Le lieu : Oakland

Le Bank of the West Open se déroule à Oakland, Californie, sur moquette intérieure. Ce tournoi prestigieux du circuit féminin attire généralement d’excellentes joueuses ; d’ailleurs, les quatre dernières éditions du tournoi ont été remportées par une n°1 mondiale (Monica Seles), ou ex-n°1 mondiale (Martina Navratilova).

L’histoire : Une joueuse de 14 ans fait sensation

Le 31 octobre 1994, la plupart des connaisseurs de tennis aux Etats-Unis ont les yeux rivés sur le tournoi d’Oakland, où Venus Williams, 14 ans, a reçu une invitation pour participer au tableau final. Cela fait maintenant trois ans que son père, Richard, a annoncé qu’elle ne jouerait plus le moindre tournoi junior, et pendant longtemps, il n’avait pas semblé pressé de lâcher sa fille sur le circuit. Un an plus tôt, il avait même déclaré qu’un parent laissant son enfant devenir professionnel à 14 ans « devrait être abattu ».

C’est en fait la “règle Capriati » qui a poussé la famille Williams à changer d’avis. En raison de cette règle visant à protéger les jeunes joueuses d’un burn-out précoce, Venus se voit dans l’obligation de faire ses premiers pas dès maintenant, avant qu’elle ne rentre en vigueur, sous peine de devoir attendre de fêter ses 16 ans.

C’est ainsi que la jeune surdouée se retrouve à participer au tournoi d’Oakland. Après trois ans sans la moindre compétition officielle, Venus affronte Shaun Stafford, 59e mondiale. Personne ne sait comment l’adolescente va se comporter, pas même son entraîneur, Rick Macci. « Je ne savais pas comment elle réagirait au public », écrit-il dans son livre, Macci Magic. 

Pourtant, selon lui, alors que le match se rapproche, sa joueuse ne semble nullement affectée par la pression. « On part s’entraîner, et il y a là 300 personnes qui la regardent jouer. Et là voilà qui joue mieux qu’elle ne l’avait jamais fait en trois ans. (…) Elle était comme un lion en cage, que l’on s’apprêtait à relâcher, son heure était enfin venue. »

L’incroyable se produit : pour sa première apparition chez les pros, après trois ans sans le moindre tournoi, Williams, grâce notamment à des premiers services à 185 km/h, domine Shaun Stafford en deux sets, 6-3, 6-4. Elle n’est même pas au courant qu’elle est sensée s’asseoir au changement de côté, car lors de ses entraînements, il lui est interdit de le faire.

« Tout le monde était sous le choc, qu’une fille puisse arriver de nulle part, sans avoir jamais joué en compétition – ni en junior, ni en université, rien, que dalle – et débouler chez les pros en battant la 57e mondiale. Personne n’avait jamais fait ça. Et personne ne le refera”, écrit encore Macci.

Des années plus tard, Venus analysera simplement : « Je n’avais aucune stratégie. Je n’avais aucune idée de comment gagner un match”.

Même si Stafford loue sur le coup la performance de Williams (« Elle bouge très bien pour sa taille, elle a un gros service qui va encore s’améliorer. C’est bon pour le tennis de la voir arriver. »), elle changera de discours, se rappelant le match pour mercurynews.com en 2016 : « J’étais déçue après le match. Je n’ai pas l’impression qu’elle ait exprimé tout son potentiel, et je n’ai pas bien joué non plus », dit-elle. « Aucune d’entre nous n’a bien servi. Je pense que nous étions toutes les deux très tendues. Ce n’était pas un grand match.”

La postérité du moment : Le début d’un merveilleux parcours

Au tour suivant, Venus affrontera Arantxa Sanchez, alors n°1 mondiale. Elle mènera 6-3, 3-1 avant de s’effondrer et de perdre les 11 jeux suivants (3-6, 6-3, 6-0). 

Selon Michael Bradley, dans son livre, Venus Williams, « ensuite, lorsque les médias ont demandé ce qu’elle ressentait après sa défaite face à Sanchez, par rapport à ses précédentes défaites, elle a eu du mal à leur répondre. La question n’était pas difficile, c’est juste qu’elle n’avait encore jamais perdu un match auparavant. »

Williams jouera sa première saison complète en 1997, atteignant la finale de l’US Open, battue par Martina Hingis (6-4, 6-0). Elle remportera en tout 7 titres du Grand Chelem et passera 11 semaines à la première place mondiale. 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *