Six stats pour mesurer le séisme de la déroute de Djokovic

La déroute de Novak Djokovic en quart de finale à Vienne contre Lorenzo Sonego est historique, à l’échelle de l’ATP, par son ampleur. Voici six stats qui le prouvent.

Andre Agassi (2000), Novak Djokovic (2020 et 2007)

Battu en quart de finale à Vienne par Lorenzo Sonego, écrasé même (6-2, 6-1), Novak Djokovic a été l’acteur d’une des défaites les plus sidérantes de l’histoire du circuit ATP, surtout pour un homme qui n’avait subi qu’une seule vraie défaite en 2020, en finale à Roland-Garros (hors disqualification). Nous avons pioché dans l’histoire du tennis six stats qui prouvent à quel point c’est un séisme d’une ampleur rare.

1. Une première depuis vingt ans pour un n°1 mondial

Un numéro un mondial en exercice sorti en ayant inscrit trois jeux maximum, ce ne s’était plus vu depuis vingt ans et une défaite d’Andre Agassi en huitième de finale à Scottsdale. Agassi avait été dominé 6-1, 6-2 par l’Espagnol Francisco Clavet, alors 43e mondial.

2. La cinquième fois depuis la création du classement ATP

Un numéro un mondial en exercice battu avec une telle netteté dans un match à élimination directe, cela ne s’est vu que cinq fois depuis l’instauration du classement ATP. Voici les précédents à ce Djokovic – Sonego :

2000, Clavet – Agassi à Scottsdale (8e de finale), 6-2, 6-1

1983, Dickson – Lendl à Munich (16e de finale), 6-1, 6-2

1978, Borowiak – Connors à Las Vegas (8e de finale), 6-3, 6-0

1974, Richey – Nastase à Lakeway (demie), 6-1, 6-1

3. Djokovic n’avait jamais connu ça

Novak Djokovic n’avait jamais connu de défaite aussi nette sur le circuit pro en dehors d’un match au meilleur des cinq sets contre Marat Safin au premier tour de l’Open d’Australie 2005 (6-0, 6-2, 6-1), quand il était 188e mondial. Il n’avait jusqu’ici subi que deux défaites avec quatre ou cinq jeux inscrits depuis le début de sa carrière dans un match à élimination directe :

2014, Tsonga – Djokovic à Toronto (8e de finale), 6-2, 6-2

2012, Nadal – Djokovic à Monte-Carlo (finale), 6-3, 6-1

4. Inédit pour le Big Three à la première place mondiale

Aucun membre du Big Three (Novak Djokovic, Roger Federer, Rafael Nadal) n’avait jusqu’ici perdu en abandonnant seulement trois jeux tout en en étant numéro un en exercice. Djokovic avait déjà perdu deux fois en abandonnant quatre jeux (Tsonga à Toronto 2014, Ferrer en poules au Masters 2011), et Federer une fois (en finale de Roland-Garros 2008 contre Nadal). 

5. Les classements de Santoro et Sonego

Novak Djokovic n’avait jamais perdu avec cinq jeux d’écart ou moins contre un joueur aussi mal classé que Sonego. Son précédent « record » était son huitième de finale contre Fabrice Santoro en 16e de finale à Bercy (6-3, 6-2) en 2007. Santoro était 39e mondial. Les joueurs qui ont facilement* battu Djokovic sur le circuit étaient classés °2 (Nadal en 2012 et 2007), Federer en 2010), n°5 (Ferrer en 2011), n°7 (Roddick en 2009), n°12 (Verdasco en 2010), n°19 (Moya en 2007).

6. Djokovic n’avais jamais perdu contre un lucky loser

C’est la toute première fois de sa carrière que Novak Djokovic cède face à un joueur qui avait été battu au dernier tour des qualifications et repêché dans le tableau. Mais il avait déjà été éliminé par un joueur issu des qualifications, comme le prouve ce tweet de @JeuSetMaths, partenaire avec lequel nous réalisons ces papiers statistiques.

* Cinq jeux concédés ou moins.

LIRE AUSSI :
Thiem balayé par Rublev, Medvedev sorti aussi
Zverev confirme sa future paternité et répond à une autre ex

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *