Abonnez-vous à la newsletter

Les 30 qui ont fait vivre le tennis pendant le confinement : De 25 à 21

Le monde du tennis est à l’arrêt depuis plus de deux mois. Mais même dans la morosité, certains acteurs du jeu ont réussi à maintenir le tennis en vie grâce à leur personnalité, leur énergie et leur bon sens. Nous en avons sélectionné 30, classé par ordre. Ici, nous vous présentons les numéros 25 à 21.

Major Rankings - Part 2 Major Rankings – Part 2

#25 Yunosuke et Koujiro, purs revers sur Instagram

Ce que Yunosuke et Koujiro ont fait

Yunosuke et Koujiro sont deux frères japonais de six et quatre ans qui sont les héros du compte Instagram de leur père, Jiro Nosuke. La famille vit à Fukuoka, et Jiro prend régulièrement à témoin ses followers sur les progrès de ses deux bambins. « Des diamants », souffle un ami anglophone de la famille. Le 2 mai, Jiro filme ses deux fils avec un angle parfait. L’aîné enchaîne les revers à une main dignes de sa passion pour Federer. Le cadet, pénétré par le jeu, distribue des revers à deux mains dignes de Djokovic. C’est un buzz à bientôt 40.000 vues.

Pourquoi c’est important

C’est probablement l’image de tennis la plus vue du confinement. Après être tombé dessus, l’ancien coach de Naomi Osaka, Sascha Bajin, a promis à la famille qu’il ferait une séance avec eux. Andy Roddick a indiqué avec humour que l’un et l’autre avaient un meilleur revers que lui. Jiro Nosuke ne serait pas le premier père à susciter une carrière chez ses enfants. Il sera le premier à avoir placé une caméra dans le foyer familial pour prendre le monde à témoin.

Et maintenant ?

Yunosuke et Koujiro jouent tous les jours. Yunosuke, l’aîné, fréquente le club local deux fois par semaine. Pur autodidacte du tennis, leur père, joueur de base-ball amateur, fait savoir qu’il recherche un sponsor capable de permettre à ses enfants de faire de la compétition avant l’âge minimal imposé par les règlements japonais : huit ans.

#24 Andre Agassi, un anniversaire pas comme les autres

Ce qu’Andre Agassi a fait

Fêter ses 50 ans, tout simplement. L’adolescent rebelle qui a initié une révolution stylistique dans le tennis est devenu cinquantenaire le 29 avril dernier.

Andre Agassi, Novak Djokovic's coach during 2018 Wimbledon

Pourquoi c’est important

En cette période sans précédent, un événement aussi anodin qu’un anniversaire suffit à susciter de l’émotion. Du moins quand il est question d’un personnage aussi charismatique qu’Agassi, que les cheveux longs et les shorts en lycra avaient élevé au rang de star avant même ses 20 ans. Les hommages ont afflué, y compris de la part de son ancien coach, Brad Gilbert.

[bloc_twitter src=”https://twitter.com/bgtennisnation/status/1255519822257029122?s=20″]

Et maintenant ?

Le temps ne va que dans un sens, mais voir Agassi vieillir semble toujours aussi étrange. D’où ce sentiment qu’il parviendra encore à ralentir le cours normal des choses dans les années à venir.

#23 Stefanos Tsitsipas, le joueur derrière le fonds de soutien Beyond 100

Ce que Stefanos Tsitsipas a fait

Stefanos Tsitsipas a lancé, en compagnie de Patrick Mouratoglou, le fonds de soutien Beyond 100. C’est une plateforme participative pour aider les joueurs classés au-delà de la 100eme place mondiale, sur les circuits féminin et masculin. Autrement dit les joueurs les plus impactés par la perte de revenus liée à la pandémie de Covid-19.

Pourquoi c’est important

Etant l’un des joueurs les plus jeunes du Top 10, Tsitsipas a une voix à faire entendre et il le sait.

“Je me sens la responsabilité d’aider le futur du tennis. Je comprends à quel point c’est crucial pour les joueurs ATP et WTA classés au-delà de la 100eme place mondiale, à quel point il est difficile de vivre du tennis professionnel, particulièrement sans tournois à disputer jusqu’à nouvel ordre. A travers la création du fonds ‘Beyond 100″, j’espère initier un mouvement que mes compères suivront.”

Et maintenant ?

Tout le monde semble sur la même longueur d’onde. Les circuits ont récemment créé un fonds commun pour les joueurs en difficulté. Et avec Mouratoglou à ses côtés, la levée de fonds devrait être un succès.

#22 Sam Sumyk, le coach qui a appelé à l’union sacrée

Ce que Sam Sumyk a fait

Si la situation critique des joueurs privé de revenus et de primes de résultats a rapidement fait parler, celle des entraîneurs, eux aussi touchés, est restée plus confidentielle. Jusqu’à ce que Sumyk, l’ancien coach de Garbiñe Muguruza et Victoria Azarenka notamment, a appelé ses confrères à créer leur propre syndicat pour les protéger de périodes comme la pandémie de Covid-19. Beaucoup d’entre eux n’ont ainsi plus le moindre revenu.

“Le système aurait dû changer il y a déjà longtemps. Il devrait y avoir une force commune dans notre profession, ce pourrait être un syndicat ou une plateforme, qui défendrait nos intérêts et nous offrirait une certaine sécurité. Ce n’est pas pour dire ‘on est contre tout, rien ne nous convient’, mais dans une optique très constructive. Créer une plateforme où tout débat pour améliorer les conditions de travail des coaches serait le bienvenu, en particulier quand les choses se passent mal. Nous ne sommes pas dans le monde des bisounours.”

Sam Sumyk

Pourquoi c’est important

Les coaches qui accompagnent les meilleurs joueurs sont certes très bien rémunérés. Mais beaucoup disposent d’un salaire fixe faible, avec un intéressement sur les primes de résultats remportées par leurs joueurs. Quand il n’y a plus de tennis, ils sont nombreux à ne pas être du tout payés et il n’y a quasiment rien pour les protéger dans cette situation.

Et maintenant ?

Si les coaches peuvent travailler ensemble, peut-être qu’ils peuvent établir un salaire minimum, en fonction par exemple du classement. Un syndicat serait aussi un mécanisme de protection bienvenu.

#21 Andrea Gaudenzi, la nouvelle tête qui a déjà changé le cap de l’ATP

Ce qu’Andrea Gaudenzi a fait

Gaudenzi est devenu président de l’ATP en janvier et a rapidement dû s’adapter en fonction de l’évolution de la pandémie de Covid-19. Ancien joueur de haut niveau, dont le meilleur classement était 18eme, Gaudenzi a immédiatement fait part de sa vision pour le circuit. Il a appelé à davantage de collaboration avec la WTA, les Grands Chelems et l’ITF. D’une potentielle fusion avec la WTA aux discussions sur le calendrier et le fonds de soutien pour les joueurs, l’Italien a fait souffler un vent nouveau au sommet du tennis masculin.

Pourquoi c’est important

Le tennis est divisé depuis si longtemps que l’unité semble impossible. Mais la pandémie a créé une occasion que Gaudenzi parait déterminé à saisir.

Andrea Gaudenzi, ATP president © ATP

Et maintenant ?

Une fusion avec la WTA n’est certainement pas pour tout de suite. Mais que les deux circuits travaillent de concert, avec des formats, un calendrier et un classement uniformisés, pourquoi pas même un Masters commun, en ferait une organisation bien plus puissante.

>>> Partie 1, de 30 à 26

Partie 3, de 20 à 16, ce jeudi

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.