La Justice australienne ordonne la libération de Novak Djokovic

Le tribunal fédéral de Melbourne a donné raison à Novak Djokovic, et a validé son exemption médicale. Mais le gouvernement peut encore annuler son visa.

Première victoire pour Novak Djokovic. Le recours du numéro 1 mondial devant la justice australienne au sujet de la révocation de son visa a donné lieu à un jugement en sa faveur, lundi matin heure française. A cet instant, il doit être libéré et récupérer ses effets personnels et a le droit de disputer l’Open d’Australie (17-30 janvier). Le juge Anthony Kelly a demandé la libération, dans les trente minutes suivant la décision, de Djokovic du centre de détention où il était retenu.


Cette décision a été rendue en son absence depuis le tribunal de Melbourne. Une séance filmée et diffusée en direct. Mais l’affaire du Djoko-fiasco n’est pas terminée. Le gouvernement fédéral peut toujours annuler cette décision au titre de sa souveraineté aux frontières, et imposer une expulsion du joueur. Auquel cas, Djokovic est encore susceptible de passer plusieurs nuits au Park Hotel, où il est bloqué depuis son arrivé à l’aéroport de Melbourne, mercredi, puis d’être expulsé.

Christopher Tan, l’avocat représentant les autorités australiennes lors de l’audition, a prévenu le juge Kelly que le ministère de l’Immigration allait évaluer la possibilité d’utiliser son « pouvoir personnel d’annulation ». Si Alex Hawkes, le ministre de l’Immigration, prenait cette décision, elle serait assortie potentiellement d’une interdiction d’entrée sur le territoire de trois ans pour Djokovic. « L’enjeu est encore plus grand désormais », a soufflé Anthony Kelly, lundi matin.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *