Djokovic : « On me passe moins de choses, par rapport aux autres joueurs »

Tout en admettant que cela le touche, Novak Djokovic avoue qu’il a accepté d’être traité différemment dans les médias et promet qu’il continuera à exprimer ouvertement ses opinions.

Novak Djokovic, Melbourne, 2021

2020 n’a pas été la saison la plus reposante de Novak Djokovic en raison de toutes les critiques publiques dont il a fait l’objet à plusieurs reprises. Son équipe et ses fans pensent que le numéro 1 mondial ne bénéficie pas de la même bienséance médiatique par rapport à ses plus grands rivaux, Roger Federer et Rafael Nadal.

Lors d’une conférence de presse à Melbourne après sa victoire contre Raonic, un journaliste lui a ouvertement posé la question. L’année dernière, lorsque Federer avait battu Tennys Sandgren alors qu’il était blessé à l’aine, les gros titres avaient souligné l’héroïsme de Federer et qualifié ses six balles de match sauvées d’héroïques. À l’inverse, après le triomphe de Djokovic sur Taylor Fritz, au cours duquel il s’est blessé à un muscle abdominal, rien de comparable n’a eu lieu.

Djokovic : « Je n’ai le pouvoir que de contrôler ce que je fais, pas ce que les autres écrivent sur moi »

Voici la réponse de Djokovic :

« Si on commence à parler de ça, vous allez ouvrir la boîte de Pandore, il nous faudrait des heures et des heures. Il y a sans doute des millions de raisons différentes », a déclaré Djokovic, dans sa langue maternelle.

« Honnêtement, maintenant je suis en paix avec ça. Je ne peux pas dire que cela ne m’atteint pas parfois, bien sûr. Une injustice ou une représentation injuste par les médias m’affecte. Je suis un être humain, j’ai des émotions et naturellement je n’aime pas ça. J’aimerais sincèrement avoir une bonne relation avec tous les médias, mais il semble que ce ne soit pas toujours possible. Je fais de mon mieux pour me concentrer sur les choses positives et les articles positifs. »

« Je n’ai le pouvoir que de contrôler ce que je fais, pas ce que les autres écrivent sur moi, comment ils me jugent ou me critiquent. Après tout, cela dépend d’eux et n’a rien à voir avec moi, je ne peux pas l’influencer. Je suis sur le circuit depuis maintenant plus de quinze ans et tous ceux qui ont suivi le tennis connaissent mon évolution, à la fois en tant que joueur et en tant que personne. Je n’ai jamais eu de problème pour exprimer ce que j’ai en tête et c’est quelque chose que certaines personnes n’aiment peut-être pas. »

« J’ai parlé de choses qui n’ont peut-être pas été bien accueillies par les gens qui comptent, bénéficient de rentes de situation, par exemple en ce qui concerne la politique dans le domaine du tennis (NDLR : Djokovic est l’un des fondateurs de la PTPA – Professional Tennis Players Association). Au fond, peut-être que je polarise les positions, et alors ces choses (NDLR : des commentaires défavorables) arrivent. »

« Je sais qui je suis, ce que je suis, où je suis, où j’ai été et où je vais »

Après sa victoire contre Fritz au troisième tour, Djokovic a eu l’impression que la crédibilité de sa blessure était remise en cause, même s’il l’a contractée à un moment du match où il menait deux sets à zéro.

« Cela dit, les commentaires d’où qu’ils viennent ne vont pas me fragiliser. Je suis en paix avec moi-même et ma conscience est plus profonde que n’importe quel écrit sur moi et n’importe quelle sorte de critique publique. Je sais qui je suis, où j’en suis, où j’ai été et où je vais, et je l’affirme fièrement. Je suis capable d’être reconnaissant, je suis capable de m’excuser quand j’ai fait une erreur, mais oui, on me passe moins de choses en comparaison avec les autres joueurs et les stars du sport ».

Nova

Novak Djokovic reconnaît qu’il a parfois l’impression d’être une cible, mais souligne qu’il est toujours prêt à discuter ouvertement et à répondre à toutes les questions qui lui sont posées.

« Bien sûr, ça fait mal quand on vous envoie des critiques sans fondement et quand on vous traite différemment, mais d’une certaine manière, c’est la voie que j’ai choisie. Comme je l’ai mentionné, je trouve que les personnes et les groupes qui veulent le plus probablement maintenir le statu quo dont ils peuvent tirer profit de diverses manières sont en faute et je m’y oppose. »

Avec sa victoire sur Raonic au quatrième tour, Djokovic a remporté sa 300e victoire en Grand Chelem. En quart de finale, c’est Alexander Zverev qui l’attend, dans un match qui se jouera mardi matin à 10h30.

Traduit de l’anglais au français par Lucas Morlier

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *