Difficultés respiratoires, intervention des médecins en urgence : Azarenka n’était pas au mieux

Battue lors du premier tour de l’Open d’Australie par Jessica Pegula (7-5, 6-4), Victoria Azarenka a eu beaucoup de mal à respirer dans le deuxième set à cause de la chaleur, et a dû être pris en charge très rapidement par les médecins sur le court.

Victoria Azarenka, Open d'Australie 2021, 1er tour

Il ne faisait pourtant pas très chaud sur Melbourne aux alentours de 12h (23 degrés) mais Victoria Azarenka a soudain eu du mal à respirer lors du deuxième set de son match du 1er tour de l’Open d’Australie face à Jessica Pegula. Alors qu’elle était menée 7-5, 4-2, la Biélorusse s’est soudainement accroupie dans un coin de la Margaret Court Arena pour tenter de reprendre son souffle. Les médecins se sont précipités vers elle pour lui apporter de l’aide et Azarenka est ensuite sortie du court en prenant un temps mort médical.

La tête de série numéro 12 est ensuite revenue pour terminer le match. Elle s’est finalement inclinée 7-5, 6-4 face à l’Américaine Jessica Pegula. Interrogée en conférence de presse à l’issue de la rencontre, Victoria Azarenka n’a pas voulu en dire plus, et s’est même énervée de devoir se justifier.

«  Je ne comprendrai vraiment jamais cette règle de pourquoi, quand quelqu’un est malade, blessé ou autre, il doit donner la raison médicale à tout le monde. Je pense que ça devrait être changé. A moins que les joueurs ne veuillent en parler, alors ils peuvent. Mais cela ne devrait pas être obligatoire pour les gens de parler de leurs problèmes de santé. Même légalement, les médecins ne devraient divulguer aucune information. Je pense que nous devrions mettre en place une nouvelle règle à ce niveau‐là »

Victoria Azarenka, Open d'Australie 2021, 1er tour

Pegula a vu qu’Azarenka ne se sentait pas bien

La lauréate du jour, Jessica Pegula, a remarqué de l’autre côté du filet que Victoria Azarenka commençait à avoir des difficultés respiratoires dans le deuxième set. Après le temps mort médical, elle a tenté de faire abstraction de cela pour se concentrer sur elle et conclure la partie.

« Oui, je peux dire qu’elle se prenait la poitrine, qu’elle respirait fort. Je peux vous dire qu’elle ne se sentait pas bien. C’est pourquoi il est tout aussi difficile de clore le match, parce que vous voyez cela se produire tout le temps, quand quelqu’un ne se sent pas bien, est blessé, joue en n’ayant plus rien à perdre, ce qu’elle a fait pendant quelques jeux. J’ai juste essayé de ne pas penser à ça, continuer à jouer mon jeu, de ne pas la laisser dicter. »

Les températures vont grimper dans les prochains jours du côté de Melbourne avec un pic de 34 degrés attendu ce jeudi.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *