Karatsev, 114e mondial, s’offre Schwartzman et un huitième de finale pour son premier Grand Chelem

Aslan Karatsev s’est qualifié pour son premier huitième de finale en Grand Chelem en battant Diego Schwartzman ce vendredi à l’Open d’Australie. Le Russe est l’une des sensation à Melbourne.

Aslan Karatsev, Open d'Australie 2021

« C’est notre arme secrète ». Voici comment Daniil Medvedev avait décrit Aslan Karatsev lors de la présentation de l’équipe de Russie à l’ATP Cup. Le joueur de 27 ans n’est plus un secret pour personne désormais, car il vient de frapper un grand coup en battant Diego Schwartzman au 3e tour de l’Open d’Australie ce vendredi (6-3, 6-3, 6-3). Pendant 1h52, Karatsev a joué à un très haut niveau de tennis, sans laisser une seule chance à l’Argentin de pouvoir revenir dans la partie. Quand il a fallu conclure, il n’a pas tremblé un seul instant. Le Russe affrontera Denis Shapovalov ou Félix Auger-Aliassime en huitième de finale.

Voir aussi : Zverev écarte Mannarino, en attendant Djokovic et le duel bouillant entre Thiem et Kyrgios : les résultats du jour 5 de l’Open d’Australie

Issu des qualifications, Aslan Karatsev dispute à 27 ans le premier tableau final en Grand Chelem de sa carrière. Ce vendredi, il faisait face à son premier Top 10. Mais sur le court, on aurait pu croire que les rôles étaient inversés. Très crispé, Diego Schwartzman s’est fait cueillir à froid en étant breaké d’entrée de match. Il n’a jamais réussi à se libérer. Sur l’ensemble de la partie, l’Argentin n’a frappé que 5 coups gagnants ! En face, Karatsev a joué en patron du début à la fin. Avec 50 coups gagnants (38 fautes directes), 9 aces et 25 points remportés au filet sur 34 montées, le Russe s’est montré ultra-agressif et le risque a été payant. Il n’a perdu qu’une seule fois sa mise en jeu et a semblé être en contrôle total du début à la fin… Comme un Top 10.

Aslan Karatsev, Saint-Petersburg, 2020

Karatsev, l’attaque avant tout

Depuis le début de l’Open d’Australie, Karatsev est sur un nuage. Le 114e joueur mondial n’a pas perdu un seul set en trois matchs et n’a lâché que 20 jeux au total. Rien ne semble pouvoir l’arrêter. Sur le court, le Russe n’est pas du genre à calculer, il fonce et détruit tout sur son passage. A Melbourne, il monte en puissance. 32 coups gagnants lors du premier tour face à Gianluca Mager, 40 contre Egor Gerasimov qu’il a écrasé 6-0, 6-1, 6-0, et 50 face à Diego Schwartzman. Une moyenne impressionnante de 40 coups gagnants par match.

« À la fin de l’année dernière, il montrait déjà un très bon niveau (ndlr : titres sur les tournois Challenger de Prague et d’Ostrava sur terre battue, première victoire contre un Top 50 face à Tennys Sandgren à Saint-Pétersbourg). Je savais qu’il ferait encore mieux cette saison et là, il a déjà passé deux tours », expliquait son compatriote Andrey Rublev au site officiel de l’ATP avant son match contre Diego Schwartzman.

Une blessure à un genou a stoppé la progression de Karatsev en 2017

Karatsev n’avait jusqu’à présent jamais joué de tournoi du Grand Chelem. Il avait échoué en qualifications lors de ses 9 précédentes tentatives. La 10e a donc été la bonne pour le natif de Vladikavkaz, devenu avec ce parcours le cinquième joueur à atteindre les 8es de finale en Grand Chelem dès sa première participation au grand tableau.

Présent sur le circuit professionnel depuis 2011, il a atteint la 153e place mondiale en 2015 avant de voir sa progression stoppée en 2017 à cause d’une blessure au genou droit qui l’a tenu éloigné des courts pendant 6 mois.

« A partir de ce moment, ç’a été vraiment difficile de retrouver la confiance et de sentir le jeu, a déclaré Karatsev pour le site officiel de l’ATP. Ce n’était pas si facile. »

Le chemin pour remonter la pente a été long, mais Aslan Karatsev vit enfin son rêve à l’Open d’Australie. Grâce à cette qualification pour les huitièmes de finale, il est assuré de rentrer dans le top 100 pour la première fois de sa carrière.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *