Djokovic est encore passé « pour le méchant » selon Zverev

Alexander Zverev tape du poing sur la table. L’Allemand a soutenu Novak Djokovic, pointé du doigt après avoir proposé des conditions d’amélioration de la quarantaine imposée avant l’Open d’Australie.

Alexander Zverev et Novak Djokovic

La quarantaine imposée par le gouvernement australien a beaucoup fait parler entre les interdictions de sortie, les entrainements lunaires des joueurs et joueuses dans les chambres, etc. Pour améliorer cette période d’isolement de deux semaines des participants à l’Open d’Australie et leur permettre de mieux se préparer au premier Grand Chelem de l’année, Novak Djokovic a donc pris les choses en main. Dans une lettre envoyée à Craig Tiley, directeur de l’Open d’Australie et patron de Tennis Australia, le numéro un mondial a proposé d’améliorer les conditions de la quarantaine. Une initiative qui lui a valu d’être critiqué, notamment par Rafael Nadal qui a fait passer un message visé sans toutefois nommer le Serbe. « Certains ont besoin de rendre public ce qu’ils font pour les autres », a ainsi déclaré l’homme aux 20 couronnes en Grand Chelem pour ESPN Argentina, visiblement pas fan de voir « Nole » se mettre au premier plan pour défendre la cause tennistique.

Novak Djokovic

Zverev vole au secours de Djokovic

Alexander Zverev, lui, n’est pas de cet avis et ne s’est pas gêné de le faire savoir. Le 7eme joueur mondial a profité d’un entretien accordé à Eurosport Allemagne pour défendre Djokovic, qui a simplement tenu le rôle du porte-parole dans cette histoire.

« Il s’agissait des demandes des autres joueurs qui se trouvaient en quarantaine. Nous avions tous un groupe dans un chat. Novak a juste été le leader et, en tant que numéro un mondial, c’est lui qui a envoyé la lettre. Ce n’était pas sa propre lettre, elle présentait les points soulevés par tout le monde. On l’a encore fait passer pour le méchant, ce qui n’était pas la réalité puisqu’il s’est juste levé pour les autres », s’est-il justifié. Le protagoniste, lui-même, s’était défendu en disant que « certaines suggestions et idées que j’ai réunies venaient des autres joueurs de notre groupe de discussion ».

L’Allemand et Novak Djokovic ont l’habitude de se serrer les coudes, Alexander Zverev l’a une nouvelle fois prouvé.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *