Abonnez-vous à la newsletter

Cornet résiste à Ostapenko et se qualifie pour le troisième tour de Roland-Garros

Alize Cornet a écarté Jelena Ostapenko (6-0, 1-6, 6-3), ce jeudi au deuxième tour de Roland-Garros pour la première “night session” féminine de cette édition 2022

Alizé Cornet, Roland-Garros 2022 La joie d’Alizé Cornet après sa victoire contre Jelena Osyapenko au deuxième tour de Roland-Garros 2022 (AI / Reuters / Panoramic)

C’était un match décousu, comme souvent avec la canonnière Jelena Ostapenko, mais Alizé Cornet a su garder le fil. Victoire 6-0, 1-6, 6-3 en 1h41 ce jeudi soir contre la 13e mondiale, lors de la première “night session” féminine de ce Roland-Garros 2022. C’est la troisième fois que la Niçoise qu’elle se qualifie pour le troisième tour porte d’Auteuil, et la première depuis 2017.

“Dès le tout premier point du match, vous m’avez portée”, a-t-elle lancé au public du court Philippe-Chatrier, sourire radieux, lors de l’interview sur le court. “Du premier au dernier point, vous ne m’avez pas lâchée d’une semelle. J’en avais besoin. Vous avez été incroyables”, a-t-elle ajouté avant d’être coupé par les “ALIZÉ ! ALIZÉ !” scandés par les fans.

Dès le tout premier point du match, vous m’avez portée ! C’est de la folie !

Alizé Cornet

“Je ne peux même pas parler, c’est de la folie (rires)”, a-t-elle poursuivi. “Je vois qu’à 32 ans je tiens encore la route physiquement, ça fait plaisir. Contre Jelena, il fallait vraiment être en jambes pour ramener le plus de balles possible. J’ai joué avec mes tripes, elle est pour nous (le public et elle) cette victoire. Je suis restée solide dans la tête aussi, et on sait que ça, chez moi, ce n’est pas gagné donc je suis très fière (rires).”

En cannes, tactique en place pour enrayer le lance-missile letton dès l’entame du match, la 40e joueuse mondiale a infligé une bulle en une vingtaine de minutes à la gagnante surprise de l’édition 2017, auteure de 16 fautes directes et 6 provoquées d’après les statistiques officielles du tournoi. Contre cinq erreurs, au total, pour la Tricolore.

Cornet a résisté à la pression imposée par la puissance d’Ostapenko

En revanche lors du deuxième acte, Cornet a été quelque peu écrabouillée par la puissance adverse alliée à plus de précision. Seulement 15 fautes (6 directes, 9 provoquées) pour 15 coups gagnant côté Ostapenko, qui, par son agressivité incessante, a poussé Cornet à la faute 11 fois. De quoi tendre cette dernière, mise notamment sous pression sur chacune de ses secondes balles.

“Sur chaque deuxième, ça me casse les couilles !”, a-t-elle lâché pour évacuer sa frustration après une double faute à 6-0, 1-5. Puis, grâce un break d’entrée de troisième manche, elle a pu se relâcher. Un peu, seulement. Parce que sa rivale du soir ne cessait, comme à son habitude, de l’agresser. “C’est nul à chier !”, a hurlé Cornet, jouant trop court à son goût et s’exposant ainsi aux “sacoches” adverses.

La Marseille pour Cornet dans la troisième manche

Mais, soutenue par un public bouillant – Ostapenko s’est à plusieurs reprises bouchée les oreilles, avant de se plaindre auprès de l’arbitre -, Cornet a tenu bon. Lorsqu’elle a montré des signes de petite douleur à l’adducteur gauche au moment de tourner à 4-3 service à suivre, la foule lui a chanté la Marseillaise. Deux jeux plus tard, revigorée, elle bouclait l’affaire. Sur une énième faute directe adverse, la 23e du set et 48e de la partie.

Malgré une poignée de main glaciale donnée par une Ostapenko s’étant une nouvelle fois bouchée les oreilles après la balle de match, l’ambiance est restée enflammée pour acclamer l’héroïne du soir. Au troisième tour, elle a désormais rendez-vous avec la Chinoise Zheng Qinwen, 74e de la hiérarchie planétaire et tombeuse de Simona Halep plus tôt dans la journée.

Les autres affiches du deuxième tour à Roland-Garros (Grand Chelem, Stade Roland-Garros, terre battue, 43.600.000 EUR, les résultats s’affichent du plus récent au plus ancien) :

  • Tamara Zidansek (N.24) – Mayar Sherif : Zidansek qualifiée (W.O.)
  • Shelby Rogers – Danielle Collins (N.9) : 6-4, 6-3
  • Aryna Sabalenka (N.7) – Madison Brengle : 6-1, 6-3
  • Iga Swiatek (N.1) – Alison Riske : 6-0, 6-2
  • Qinwen Zheng – Simona Halep (N.19) : 2-6, 6-2, 6-1
  • Camila Giorgi (N.28) – Yulia Putintseva : 6-3, 7-5
  • Madison Keys (N.22) – Caroline Garcia : 6-4, 7-6 [3]
  • Elena Rybakina (N.16) – Katie Volynets (WC) : 6-4, 6-0
  • Danka Kovinic – Anna-Karolina Schmiedlova : 6-3, 7-5
  • Daria Kasatkina (N.20) – Fernanda Contreras Gomez (Q) : 6-0, 6-3
  • Veronika Kudermetova (N.29) – Aleksandra Krunic (Q) : 6-3, 6-3
  • Paula Badosa (N.3) – Kaja Juvan : 7-5, 3-6, 6-2
  • Leolia Jeanjean (WC) – Karolina Pliskova (N.8) : 6-2, 6-2
  • Irina-Camelia Begu – Ekaterina Alexandrova (N.30) : 6-7 [3], 6-3, 6-4
  • Jessica Pegula (N.11) – Anhelina Kalinina : 6-1, 5-7, 6-4
  • Diane Parry – Maria Camila Osorio Serrano : 6-3, 6-3
  • Daria Saville (WC) – Petra Kvitova (N.32) : 6-4, 6-2
  • Martina Trevisan – Magda Linette : 6-3, 6-2
  • Belinda Bencic (N.14) – Bianca Andreescu : 6-2, 6-4
  • Varvara Gracheva – Ajla Tomljanovic : 6-4, 6-7 [5], 7-5
  • Sloane Stephens – Sorana Cirstea (N.26) : 3-6, 6-2, 6-0
  • Leylah Fernandez (N.17) – Katerina Siniakova : 6-3, 6-2
  • Kaia Kanepi – Beatriz Haddad Maia : 6-4, 6-4
  • Elise Mertens (N.31) – Marie Bouzkova : Mertens qualifiée (W.O.)
  • Cori Coco Gauff (N.18) – Alison Van Uytvanck : 6-1, 7-6 [4]
  • Amanda Anisimova (N.27) – Donna Vekic (Q) : 6-4, 6-1
  • Karolina Muchova – Maria Sakkari (N.4) : 7-6 [5], 7-6 [4]
  • Angelique Kerber (N.21) – Elsa Jacquemot (WC) : 6-1, 7-6 [2]
  • Jil Teichmann (N.23) – Olga Danilovic (Q) : 6-4, 6-1
  • Victoria Azarenka (N.15) – Andrea Petkovic : 6-1, 7-6 [3]
  • Aliaksandra Sasnovich – Emma Raducanu (N.12) : 3-6, 6-1, 6-1
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.