Dans la douleur, Djokovic remet les pendules à l’heure

Un mois après un match perdu face au même adversaire sur disqualification à l’US Open, Novak Djokovic a tant bien que mal pris le meilleur sur Pablo Carreño Busta ce mercredi à Roland-Garros (4-6, 6-2, 6-3, 6-4). En demies, le numéro 1 mondial affrontera Stefanos Tsitsipas.

Roland-Garros 2020 – Quarts de finale
Djokovic (n°1) bat Carreño Busta (n°17) : 4-6, 6-2, 6-3, 6-4

  • L’information principale : Novak Djokovic s’est qualifié pour les demi-finales au détriment de Pablo Carreño Busta.
  • Vous apprendrez aussi : Le Serbe est dans le dernier carré d’un Grand Chelem pour la 38e fois de sa carrière.
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Vous comprendrez pourquoi la tête de série n°1 a des raisons de s’inquiéter au sujet de son physique.

Il y a à peine plus d’un mois, le 6 septembre dernier, Novak Djokovic et Pablo Carreño Busta croisaient le fer en huitièmes de finale de l’US Open. Une rencontre passée à la postérité car, ce soir-là, le Serbe a été disqualifié pour avoir malencontreusement frappé une balle en direction d’une juge de ligne. Ce mercredi en revanche, aucun incident de ce genre n’a été à déplorer. Pas au mieux physiquement et malmené par moments, l’homme aux 17 titres du Grand Chelem s’en est malgré tout sorti en quatre manches (4-6, 6-2, 6-3, 6-4).

Djokovic vulnérable… puis redoutable

Comme Rafael Nadal, il avait jusque-là navigué dans des eaux plutôt calmes. Mais à l’instar du dodécuple vainqueur de Roland-Garros, qui a dû s’employer pour écarter Jannik Sinner (7-6, 6-4, 6-1), Novak Djokovic a enfin eu droit à un premier vrai test ce mercredi, en quarts de finale. Opposé à un Pablo Carreño Busta actuellement en très grande forme, le Belgradois a d’abord été chahuté. Se plaignant tantôt de son cou, tantôt de son bras droit, il a semblé nerveux, peu à même de se concentrer sur son tennis et, en définitive, étonnamment vulnérable. Opportuniste, l’Espagnol en a profité pour empocher la première manche.

Il n’en fallait pas plus pour piquer le « Djoker » au vif. S’il paraissait toujours contrarié par ses petits pépins physiques, le numéro 1 mondial a malgré tout haussé le ton. Ses coups droits sont devenus plus précis, ses amorties mieux touchées et son adversaire, dépassé, n’a pu que constater les dégâts. Celui qui a remporté le Majeur parisien en 2016 a surfé sur la même dynamique au cours de la troisième manche, en commettant peu d’erreurs (7 fautes directes seulement) et en convertissant avec efficacité ses deux balles de break.

Tsitsipas attend Djokovic de pied ferme

Le quatrième set aurait dès lors pu être une formalité. Il a au contraire été le plus disputé de la partie. Le plus intense et intéressant à suivre aussi, les deux joueurs s’étant rendu coup pour coup dans un mano-a-mano de haut niveau. Et, comme souvent, c’est Djokovic qui a eu le dernier mot. Vendredi, le joueur serbe disputera la 38e demi-finale de sa carrière en Grand Chelem, la 10e Porte d’Auteuil. Ce sera face à Stefanos Tsitsipas, auteur d’une prestation impeccable contre Andrey Rublev un peu plus tôt dans la journée (7-5, 6-2, 6-3). En d’autres termes, « Nole » aurait tout intérêt à soigner ses petits bobos dans les prochaines heures. Car ce choc face au Grec s’annonce brûlant…

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *