Plutôt calme, Roland s’offre un Shapo-gate, le récap du jour 5

Après avoir arrosé le court Suzanne-Lenglen de 106 fautes directes pendant cinq heures, Denis Shapovalov a allumé les organisateurs de Roland-Garros au cours d’une journée avec peu de surprises.

Shapovalov Roland Garros 2020 bis

Le match du jour : Shapovalov s’est sabordé

106 fautes directes. Et pourtant, Denis Shapovalov n’est pas passé loin de s’imposer lors de son deuxième tour contre Roberto Carballes-Baena (101e). Mais après cinq heures d’un combat où la décision semblait dans les seules mains du Canadien, c’est le terrien espagnol qui s’en est sorti (7-5, 6-7 [5], 6-3, 3-6, 8-6). Ce combat fut de loin la rencontre la plus serrée de la journée, plutôt marquée par des qualifications faciles chez les hommes (Djokovic, Tsitsipas, Dimitrov, Bautista Agut). Pour le 11e mondial, qui a servi pour le match à 5-4 puis 6-5, c’est un coup d’arrêt : il avait atteint les quarts à l’US Open et les demi-finales à Rome. Il n’y a plus de Canadien à Roland-Garros.

La surprise du jour : Ostapenko renaît, Pliskova coule

Les têtes d’affiche du tableau féminin ont répondu présent. Sofia Kenin, Petra Kvitova, Garbiñe Muguruza… Toutes sauf une : Karolina Pliskova. La Tchèque a pris la porte dès le deuxième tour de Roland-Garros, battue sans mal (6-4, 6-2) par Jelena Ostapenko, lauréate du Grand Chelem parisien en 2017. La Lettonne a signé une grande prestation : 27 coups gagnants pour 19 fautes directes. En face, Pliskova n’a pas existé et s’est montré faible sur ses atouts, avec seulement 2 aces et 9 coups gagnants pour 25 fautes directes. Contrainte à l’abandon en finale du Premier 5 de Rome, la tête de série n°2 n’a pas semblé totalement remise de sa blessure au dos. Ostapenko va tenter de poursuivre sa renaissance contre Paula Badosa Gilbert, tombeuse surprise de Sloane Stephens, finaliste en 2018.

Jelena Ostapenko, Roland-Garros 2020

La femme du jour : Fiona Ferro

Fiona Ferro est invaincue depuis février 2020. Certes, elle n’a pas disputé l’US Open en raison d’un œdème aux côtes, mais la Française n’a justement pas perdu la confiance acquise notamment après son deuxième titre WTA à Palerme.

A Roland-Garros, la protégée d’Emmanuel Planque s’est payée (6-3, 4-6, 6-2) Elena Rybakina, 18e mondiale et révélation de l’année, sur un court Philippe-Chatrier acquis à sa cause. Face à la puissante Kazhake, Ferro (49e) a alterné entre variations et coups droits puissants, tout en restant sereine quand son plan de jeu fonctionnait moins bien. « C’est vraiment incroyable, j’ai pris énormément de plaisir. » Les spectateurs du court central en ont pris, aussi. Voilà la native de Libramont-Chevigny en Belgique, au troisième tour de Roland-Garros pour la première fois de sa carrière. Face à la Roumaine Patricia-Maria Tig, 58e, la Française a une belle occasion, à 23 ans, d’atteindre une deuxième semaine de Grand Chelem.

Clara Burel aurait également pu être la femme du jour. La Française de 19 ans, 357e mondiale, a confirmé son premier succès en s’imposant contre Kara Juvan (103e), qui a craqué (7-6, 6-2) face aux variations de la Bretonne. Elle aura une revanche à prendre contre Zhang Shuai, tombeuse d’Alizé Cornet, qui l’a battue à Strasbourg la semaine dernière.

L’info du jour : Shapovalov allume le tournoi

Après avoir massacré sa raquette, passé cinq heures sur le Suzanne-Lenglen où il fait les points et les fautes pour finalement s’incliner, Denis Shapovalov a également fait le show en conférence presse. Pas de langue de bois. Shapo lâche tous ses coups, comme sur le terrain.

« Je pense qu’ils ne font pas du bon boulot. Il n’y a pas vraiment de bulle, surtout dans le deuxième hôtel, a-t-il lancé. Il n’y a pas de bulle ! On peut quitter l’hôtel, on peut aller en ville, il n’y a pas de problème, il n’y a personne pour vous arrêter. C’était bien mieux géré à New York. »

La tête de série numéro 9 du Grand Chelem parisien a également critiqué les balles Wilson, comme Rafael Nadal quelques jours plus tôt.

« Les balles sont très lourdes. C’est très différent de Rome. Ici, la balle ne part pas, c’est agaçant qu’on soit obligé d’être dans cette situation. La balle ne devrait pas être aussi lourde. »

Guy Forget devrait être ravi.

L’homme du jour : Novak Djokovic vite fait bien fait

« Nole » s’est baladé. Face à un Ricardas Berankis (66e) diminué, le numéro 1 mondial n’a passé qu’1h23 sur le court – il a fait plus vite que Rafael Nadal, vainqueur mercredi en 1h40 – et n’a perdu que cinq petits jeux (victoire 6-1, 6-2, 6-2). Mais c’est au service qu’il a présenté des stats ahurissantes : 10 aces, et seulement deux points perdus derrière sa première. Un 36 sur 38 presque parfait pour Djokovic, bien plus impressionnant qu’à Rome. Des trois favoris (Thiem et Nadal), le Serbe a sans doute fait la meilleure impression après deux tours. Diego Galan Riveros (153e), pour la première fois au troisième tour d’un Grand Chelem, est prévenu.

La citation du jour : Patrick Mouratoglou explique le forfait de Serena Williams

“Elle m’a expliqué la situation : dans un monde idéal, sa douleur au tendon d’Achille serait restée constante jusqu’à la fin du tournoi, même si c’était déjà trop. Mais l’évolution la plus probable était que l’inflammation continue de s’aggraver puisque les matchs sont de plus en plus compliqués et agressifs. On a déduit qu’elle ne serait pas capable de gagner le tournoi. Le risque que ça devienne vraiment grave n’en valait, dès lors, pas la peine. La seule solution était d’arrêter. A son âge, prendre le risque de rompre un tendon ne serait pas raisonnable. C’est dur, le haut niveau est comme ça, il faut l’accepter.”

L’image du jour : Du soleil à Roland !

Incroyable mais vrai, il y a eu un peu de soleil jeudi à Paris. Cette édition, fraiche et pluvieuse (il en ira ainsi jusqu’au dernier week-end), en avait bien besoin. Depuis le début de la quinzaine, un seul match – Moutet contre Giustino – a été terminé le lendemain en raison de la pluie. Un petit miracle.Roland Garros day 5

Le point du jour : un beau revers pour « Baby Fed »

Grigor Dimitrov, facile vainqueur d’Andrej Martin au deuxième tour de Roland-Garros, a régalé le maigre public de quelques hotshots. Dont ce beau revers à une main.

Les rencontres à suivre ce vendredi :

Le programme complet à voir ici
Ruud – Thiem (3)
Zverev (5) – Cecchinato
Wawrinka (16) – Gaston
Gombos – Schwartzman (12)
Nadal (2) – Travaglia
Halep (1) – Anisimova
Mertens (16) – Garcia
Svitolina (3) – Alexandrova
Bouchard – Swiatek
Siniakova – Bertens

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *