Sa première demi-finale en Grand Chelem, Zidansek est allée la chercher

Tamara Zidansek a poursuivi sa formidable épopée à Roland-Garros en venant à bout de Paula Badosa mardi en quarts de finale (7-5, 4-6, 8-6). La Slovène, 85e mondiale, sera opposée à Anastasia Pavlyuchenkova au tour suivant.

Tamara Zidansek at Roland-Garros in 2021

Roland-Garros – Quart de finale

Zidansek bat Badosa (N°33) : 7-5, 4-6, 8-6

  • L’information principale : Tamara Zidansek est la première qualifiée pour les demi-finales de Roland-Garros après son succès sur Paula Badosa (N°33).
  • Vous apprendrez aussi : Zidansek intégrera le Top 50 pour la première fois de sa carrière la semaine prochaine.
  • Pourquoi il faut lire cet article : Pour comprendre que le niveau de jeu de cette rencontre décousue s’est élevé dans le troisième set.

Pour la deuxième année de suite, il y aura une joueuse hors du Top 80 qui disputera les demi-finales de Roland-Garros. Après Nadia Podoroska en 2020, ce sera Tamara Zidansek en 2021. La Slovène a composté son billet pour le dernier carré aux dépens de Paula Badosa ce mardi (7-5, 4-6, 8-6). C’est une première pour ce pays, puisque Mima Jausovec défendait les couleurs de l’ex-Yougoslavie quand elle a remporté Roland-Garros en 1977. Celle qui n’a encore jamais remporté de tournoi sur le circuit WTA affrontera jeudi Anastasia Pavlyuchenkova (N°31) pour une place en finale de Grand Chelem.

Ce n’est pas un mince exploit que celui réalisé dans cette quinzaine par Zidansek, qui n’a battu que des joueuses mieux classées qu’elle depuis le début du tournoi. Certes, Badosa n’était que la deuxième tête de série qu’elle affrontait, après Bianca Andreescu au premier tour. Et encore, l’Espagnole devait son statut au forfait tardif d’Alison Riske. Ce qu’accomplit la Slovène, qui n’avait jamais dépassé le deuxième tour en Grand Chelem, n’en reste pas moins bluffant. En particulier par la manière dont elle a manoeuvré en fin de match contre Badosa.

A 6-6 dans la troisième manche, Zidansek a pris son destin en main, avec son coup droit qui a fait des merveilles pendant tout le match (34 coups droits gagnants). Malgré deux doubles fautes sur son jeu de service, elle a fait preuve d’un coeur énorme pour écarter trois balles de break, dont deux sur des échanges parfaitement négociés. Ce qui a eu pour double effet de la galvaniser et de toucher mentalement Badosa, qui a cédé dans la foulée pour s’incliner après 2h26′ de jeu. Forcément rageant pour l’Espagnole, qui découvrait aussi les quarts de finale de Grand Chelem et tenait une excellente opportunité de réaliser un grand coup dans un Majeur.

Zidansek a tout mieux fait que Badosa

Badosa regrettera de ne pas avoir tenu le break fait d’entrée de troisième manche. Aussi d’avoir manqué de constance sur l’ensemble de la rencontre. Mais c’est un reproche qui valait pour les deux joueurs, tant elles ont été irrégulières durant les deux premiers sets et ont ainsi produit un match décousu. Tendues à leur arrivée sur le court Philippe-Chatrier, Badosa et Zidansek se sont lâchées l’une après l’autre, mais rarement en même temps. Elles ont surtout connu toutes les peines du monde à sécuriser leur engagement.

Zidansek a réussi un 4/5 sur les balles de break dans la première manche pour prendre les devants au score et Badosa a fait un 3/4 dans la deuxième pour remettre les compteurs à zéro. Mais dans le troisième set, elles ont mieux géré leurs jeux de service, et c’est finalement la Slovène qui a fait la différence. Une issue logique pour une Zidansek plus entreprenante (48 coups gagnants, contre 31 pour Badosa), moins imprécise (47 fautes directes pour l’Espagnole, 39 pour son adversaire) et plus en contrôle de ses émotions (9 doubles fautes pour la 35e joueuse mondiale).

Paula Badosa at Roland-Garros in 2021
Paula Badosa at Roland-Garros in 2021 © Federico Pestellini / Panoramic

Ancienne 56e mondiale, Zidansek intégrera a minima le Top 50 au classement WTA lundi prochain. La suite logique de son épopée à Roland-Garros que peu avaient anticipé, malgré une saison sur terre battue au cours de laquelle elle avait envoyé des signaux positifs, entre sa finale à Bogota ou sa défaite en trois sets contre Ashleigh Barty à Madrid. Mais à 23 ans, il y a le sentiment d’un talent qui donne enfin sa pleine mesure. Comme s’il fallait ce déclic pour débloquer quelque chose en elle.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *