Pavlyuchenkova : « De toute ma carrière, je n’ai jamais raté un Grand Chelem »

Anastasia Pavlyuchenkova revient sur sa décision de ne pas disputer l’US Open 2020 et de rester sur le sol européen pour pouvoir prendre part aux tournois de Rome et de Roland-Garros s’ils sont maintenus.

7 août 2020

A l’occasion de sa participation à l’Ultimate Tennis Showdown à Sophia-Antipolis, la Russe Anastasia Pavlyuchenkova a accordé une interview à Tennis Majors, dans laquelle elle se livre sur les raisons de son forfait à l’US Open, qu’elle a annoncé sur les réseaux sociaux, et sur la suite de sa saison.

« J’y réfléchissais depuis un mois, annonce Pavlyuchenkova. Je ne me sentais pas à l’aise avec la situation, la bulle… Avec tout le respect dû à l’USTA, ils ont fait un très beau travail pour que le tournoi puisse avoir lieu. Mais c’est une décision personnelle, pour moi et mon équipe. Je me sens mieux, mentalement, de ne pas y aller. Comme je l’ai dit sur mes réseaux sociaux, ça a été une décision très difficile. De toute ma carrière, je n’ai jamais raté un Grand Chelem. Depuis mes seize ou dix-sept ans. Donc c’était aussi assez sentimental, pour moi.« 

Elle poursuit : « Pour le moment, on ne sait pas s’il y a un endroit sûr. Ce n’est sûr nulle part. C’est une crise mondiale. Comme je suis déjà en Europe, je me sens mieux. Je ne me vois pas passer quatre semaines dans un seul endroit, à New York avec mon équipe, et avec toutes les restrictions pour ensuite revenir des États-Unis en Europe… On ne sait pas s’il y aura une quarantaine. Tout est trop incertain.« 

Pavlyuchenkova : « J’espère juste que Rome et Roland-Garros auront lieu »

« À part l’US Open, j’espère aller à tous les tournois qui se joueront, lance Pavlyuchenkova. On a vu que malheureusement, le tournoi de Madrid a été annulé. Je l’attendais beaucoup, c’est un gros événement pour nous. J’espère juste que Rome et Roland-Garros auront lieu. Si oui, je serai très heureuse d’y aller. C’est mon objectif.« 

Anastasia Pavlyuchenkova, UTS 2020

Annuler la saison 2020 ? « C’est un peu 50-50 comme décision, décrit Pavlyuchenkova. Des joueuses ont décidé de ne pas jouer la saison du tout. Elles ont demandé à la WTA d’annuler. C’est comme une crise : les tournois perdraient les sponsors, ce n’est pas bon pour l’ATP et la WTA si aucun tournoi n’a lieu. Et ça, je peux le comprendre. Étant aussi au Conseil des joueuses de la WTA, nous avons décidé de laisser le choix aux joueuses. Selon ce qui est possible pour les tournois, selon les chances pour que les tournois aient lieu, après c’est le choix de chacune. Si elles veulent prendre le risque, si elles veulent jouer ou non. C’est mieux d’avoir le choix.« 

« Ce n’est déjà plus un Grand Chelem »

« Déjà, quand vous avez un Grand Chelem sans fans, sans foule, sans public, et qu’il n’y a ni les doubles ni les qualifications… Pour moi, ce n’est déjà plus un Grand Chelem, souffle Pavlyuchenkova. Dès le départ. Certaines joueuses qui sont censées être qualifiées n’ont même pas l’opportunité de participer. Pour moi, c’est encore plus injuste que quelques grandes joueuses qui n’y vont pas. »

A lire aussi : Grigor Dimitrov : « Rester seul a été salutaire »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *