Match Points : « Malgré la défaite, Djokovic a gagné l’amour du public »

Dans le dernier épisode de Match Points, nos experts Marion Bartoli, Carole Bouchard et Simon Cambers ont évoqué la défaite de Djokovic à l’US Open.

24 septembre 2021

La défaite de Novak Djokovic face au Russe Daniil Medvedev en finale de l’US Open a mis fin à ses chances de devenir le premier homme à remporter les quatre tournois du Grand Chelem la même année depuis Rod Laver en 1969. 

Dans le dernier épisode de Match Points, Josh Cohen a demandé à nos experts, la vainqueure de Wimbledon 2013 Marion Bartoli et aux journalistes Carole Bouchard et Simon Cambers ce qu’il convient de penser de l’échec du numéro un mondial en finale du tournoi américain. Pour Bartoli, Djokovic était épuisé physiquement et mentalement après une saison éprouvante. 

« Il était complètement vide, physiquement et mentalement. Lorsque la foule l’a soutenu dans le premier et le deuxième set, bien sûr, et encore plus dans le troisième set, il ne leur a jamais montré quoi que ce soit en retour. D’habitude, il incite la foule à se lever et à le soutenir. Et je pense que cela aurait mis une pression supplémentaire sur Medvedev. »

« Novak était si vide qu’il essayait simplement de conserver le maximum d’énergie parce qu’il n’en avait plus beaucoup. Cela se voit dans son langage corporel, il n’avait plus grand-chose dans le moteur. Djokovic a vraiment montré que, même s’il est un surhomme et qu’il est le meilleur joueur de la planète, la pression et l’énergie qu’il a dépensée tout au long de l’année était tout simplement trop forte pour lui. »

Novak Djokovic
Novak Djokovic, US Open 2021 – Panoramic

Bouchard : « Il a montré qu’il n’était pas une machine »

Selon la journaliste Carole Bouchard, Novak Djokovic a peut-être perdu la finale de l’US Open mais il a gagné l’amour du public. La façon dont il a montré ses émotions, en pleurant avant de disputer le dernier jeu du match contre Medvedev, a peut-être montré une facette plus humaine du Serbe. 

« Il s’est un peu laissé aller. Et la foule et les gens qui aiment le traiter de machine, ont peut-être vu qu’il ne l’était pas ».

Pour elle, perdre son seul match dans un Grand Chelem en 2021 n’est pas un échec.

 « Il a essayé de faire quelque chose d’impossible et a presque réussi », dit-elle. « Il n’a donc pas échoué. Il a fait tout ce qui était possible pour y arriver. Il aurait pu perdre tant de fois auparavant : à Roland-Garros, il était mené deux sets à zéro. En finale de Wimbledon, on voyait qu’il était un peu sur la corde raide et à l’US Open il a joué cinq sets contre Zverev. Ces gars-là ont presque 10 ans de moins que lui ».

Cambers : « Être si près du but est un exploit incroyable »

Novak Djokovic a remporté 27 matchs consécutifs en Grand Chelem en 2021, et n’est passé qu’à une victoire d’un immense exploit. Pour Simon Cambers, la performance du numéro un mondial est exceptionnelle; malgré la défaite.

« Je pense que c’est un exploit incroyable d’arriver aussi près qu’il l’a fait. Et ce que je peux dire, c’est que Rod Laver, après avoir gagné en 1969, n’a jamais atteint une autre finale de Grand Chelem. Vous pouvez donc voir ce que cela fait aux joueurs d’être si près et de se surpasser pour atteindre ce qui est un objectif incroyable. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *