Quatre joueuses top 10 annoncées à Abou Dabi pour lancer la saison WTA

Le début officiel de la saison WTA approche. Du 5 au 13 janvier, Abou Dabi accueillera le premier tournoi 2021, avec quatre top 10 comme têtes d’affiche : Sofia Kenin, Elina Svitolina, Karolina Pliskova et Aryna Sabakenka.

Kenin présente à Abou Dabi

Terre de Grand Prix de Formule 1, Abou Dabi va marquer le début de la course 2021 sur le circuit féminin. Organisé en tant qu’exhibition lors de ses deux premières éditions, l’évènement émirati jouit d’un statut officiel cette année et se déroulera du 5 au 13 janvier. La WTA calquant désormais ses catégories de tournois sur celles de l’ATP, l’Open d’Abou Dabi 2021 se classe parmi les WTA 500. De quoi attirer plusieurs belles têtes d’affiche au sein d’un tableau principal constitué de 64 joueuses.

Avant de défendre son titre à l’Open d’Australie, Sofia Kenin, 4e au classement mondial, fera office de tête de série numéro 1. Sur la grille de départ, on trouve trois autres joueuses du top 10 : Elina Svitolina (5e), Karolina Pliskova (6e) et Aryna Sabalenka (10e). Après une fin de saison 2020 tonitruante, cette dernière visera un troisième titre consécutif. Sacrée à Ostrava puis à Linz, la Biélorusse reste sur 9 victoires d’affilée.

Kenin Muguruza OA 2020

Pour compléter le plateau, d’autres grands noms feront le déplacement. Finaliste à Melbourne en 2020 et double gagnante en Grand Chelem, Garbiñe Muguruza sera présente. Tout comme Jelena Ostapenko et l’inusable Svetlana Kuznetsova, anciennes vainqueures en Majeur. Parmi les étoiles montantes, Coco Gauff, Amanda Anisimova et Elena Rybakyna sont annoncées sur la liste des inscrites. L’an passé, la Kazakhe, qui a pour but d’être numéro 1 mondiale, avait lancé sa saison sur les chapeaux de roues en atteignant la finale de quatre des cinq premiers tournois disputés.

Le prize-money à la charge de la WTA

Classées dans le top 20, à l’instar de Rybakina (19e) et Muguruza (15e), Belinda Bencic (12e) et Elise Mertens (20e) se posent en outsiders. Marketa Vondrousa (21e), finaliste surprise de Roland-Garros 2019, Maria Sakkari (22e), Ons Jabeur (31) et son style tout en variété, ou encore Nadia Podoroska, révélation parisienne de 2020, tiennent elles aussi à jouer les trouble-fêtes. Côté tricolore, Fiona Ferro, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic et Alizé Cornet devraient être de la partie. Organisé à huis-clos, le tournoi se disputera également sans sponsor.

« Le seul sponsor, c’est la WTA, a expliqué Borhat Godkhindi, directeur du tournoi, à la presse émiratie. On ne l’organise pas pour des raisons commerciales, mais pour permettre aux joueuses d’avoir du boulot. La WTA a été très, très attentionnée. Elle pense énormément aux joueuses. Certaines ont eu une année difficile et ont besoin que le plus d’évènements possibles soient organisés pour gagner leur vie.  C’est un WTA 500 avec un tableau de 64 places, parce que nous voulons accueillir le maximum de joueuses afin qu’elles gagnent de l’argent. Le prize-money vient de la WTA. »

Récemment, Steve Simon, boss de la WTA, nous a annoncé une réduction générale du prize-money en raison de la conjoncture actuelle. Avec une répartition différente, incluant une augmentation du pourcentage pour les premiers tours. A Abou Dabi, le pactole total est de 565 530 $. A titre de comparaison, le tournoi d’Ostrava, moins relevé, offrait 528 500 $ de gains l’an passé. Mais la somme reste toutefois bien assez conséquente pour donner envie d’être la première sur la ligne d’arrivée.

 

(Crédits photos : Sofia Kenin, Panoramic / Reuters / AI | Sofia Kenin et Garbiñe Muguruza, Panoramic / ZM)

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *