10 stats éclairantes que vous ne soupçonniez peut-être pas sur le duel Nadal – Federer

Un livre co-écrit par Rémi Bourrières (collaborateur à Tennis Majors) et Christophe Perron procède à une analyse sans précédent des quarante rencontres disputées entre Roger Federer et Rafael Nadal. On pensait tout savoir, en réalité non.

Roger Federer, Rafael Nadal, Melbourne 2017

Au total, cent heures d’images et 7690 points qui ont redéfini les limites connues du jeu de tennis. Ce décompte de la « masse » de jeu que réprésentent les matchs entre Nadal et Federer est le fruit du travail de deux journalistes français, Rémi Bourrières (qui écrit régulièrement pour Tennis Majors) et Christophe Perron.

Ils ont fait paraître en octobre aux éditions Flammarion un livre, tout simplement intitulé « Fedal », qui passe au microscope les quarante matchs officiels disputés par les deux hommes entre 2004 et 2019 ; on aimerait écrire « série en cours », même si le temps qui passe rend aléatoire l’idée d’un successeur à leur sublime demi-finale de Wimbledon remportée en quatre sets par le Suisse.

Roger Federer, Rafael Nadal, Wimbledon 2019
Roger Federer, Rafael Nadal, Wimbledon 2019, AI / Reuters / Panoramic

Le parti-pris narratif de Rémi et Christophe a le mérite de l’efficacité : tous les matches sont « re-racontés », du premier au dernier, ce qui permet au lecteur de redonner à cette rivalité une forme de virginité qu’elle n’a plus depuis que le duel NadalFederer est devenu un objet de pop culture mondialisé lors de la finale de Wimbledon 2008.

Les petites histoires derrière la grande histoire remontent avec une saveur inégalée. La façon dont Federer et Nadal ont sculpté leurs jeux et leurs trajectoires de carrière y est retracée avec la force de détails liés au contexte que nos souvenirs avaient omis. De cette lecture qui se mène comme on dévore un paquet de bonbons (« allez, juste un dernier »), nous avons fait remonter dix statistiques ou dix faits qui nous rappellent que l’histoire des Fedal est épatante et que ce fut un privilège d’en partager l’époque.

1. Le premier Federer – Nadal match a eu lieu… en double

Federer / Allegro contre Nadal / Robredo. La première fois que Roger Federer, déjà numéro un mondial, a croisé Rafael Nadal, dix-sept ans, sur un court pour disputer un match officiel, c’était en double, le 16 mars 2004 à Indian Wells. Victoire de l’équipe espagnole en trois sets (5-7, 6-4, 6-3). Comme un présage aux futurs matchs de simple entre Federer et Nadal. Federer n’aura jamais mené : 24-16 pour Nadal aujourd’hui encore.

2. Une seule fois, l’un des deux a sauvé une balle de match

L’un des Nadal – Federer les plus mythiques est la finale de Rome 2006. Cinq sets, plus de cinq heures de jeu, une victoire au jeu décisif du cinquième pour l’Espagnol, qui n’avait alors gagné « qu’un » Roland-Garros et n’avait pas vingt ans. Pourtant Federer s’est procuré deux balles de match à 6-5 pour lui et 15-40 sur le service de Nadal. C’est le seul de leur affrontement où le vainqueur a eu à sauver des balle de match.

3. Une seule fois, l’un des deux a remonté un handicap de deux sets

Aussi fascinante et serrée qu’elle ait pu parfois être, la rivalité Federer – Nadal a pourtant rarement donné lieu à des renversements de folie. En réalité sur leur dix-sept matchs au meilleur des cinq sets (dont quartorze en Grand Chelem), une seule fois le vainqueur a remonté un handicap de deux sets à zéro. Cela n’a jamais eu lieu en Grand Chelem puisque cette seule occurrence correspond à la première victoire de Federer, en finale de Miami 2005 (2-6, 6-7, 7-6, 6-3, 6-1), lors du… deuxième match entre les deux joueurs.

4. Federer et Nadal ne se sont jamais joués à l’US Open

Cette stat n’est pas, par définition, au cœur du livre, centré sur leurs oppositions. Mais aussi invraisemblable que cela puisse paraître, jamais Federer et Nadal ne sont affrontés dans le Grand Chelem américain. Le court Philippe-Chatrier de Roland-Garros est en revanche la scène principale de l’intrigue avec six matches sur les quarante, soit 15% des Fedal. Six rencontres entre 2005 et 2019, toutes gagnées par Nadal, dont quatre finales et deux demies.

5. En finale de Grand Chelem, Federer ne s’est imposé qu’une fois en dehors de Wimbeldon

Si la finale de l’Open d’Australie 2017 a eu une telle valeur aux yeux de fans de Federer, ce n’est pas seulement car le Suisse revenait, à 35 ans, à un niveau qui ferait de lui le numéro un mondial un an plus tard. C’est aussi parce qu’une victoire face à Nadal, en de telles circonstances, avait quelque chose contre-intuitif. En dehors de Wimbledon 2006 et 2007, jamais la Suisse n’avait battu Nadal en finale de majeur, ni à Roland-Garros, ni bien sur à leur troisième finale de Wimbledon 2008, ni enfin à Melbourne en 2009, l’une des défaites les plus marquantes de Federer en carrière. Federer a remporté, à Melbourne, l’un des chef-d’œuvres de sa carrière, 6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3.

Roger Federer, Finale Open d'Australie 2017
Roger Federer, Open d’Australie 2017, AI / Reuters / Panoramic

6. Nadal a été le premier joueur à battre Federer en finale de Grand Chelem

Tous les fans de Federer du monde se souviennent de la foi immense qu’ils plaçaient en leur champion le dimanche 11 juin 2006 sur le coup de 15h45, quand leur chouchou, numéro un mondial, venait d’infliger un 6-1 à Nadal au premier set en finale de Roland-Garros. La première entre les deux hommes. La première en Grand Chelem tout court. A ce moment exact, Federer restait sur sept finales de majeur remportées sur sept jouées : Wimbledon 2003, 2004 et 2005, Open d’Australie 2004 et 2006, US Open 2004 et 2005. Nadal a fini par infliger à Federer sa première défaite en finale de Grand Chelem (1-6, 6-1, 6-4, 7-6). Il y en aura cinq autres. Federer remportera Roland-Garros en 2009, sans battre Nadal.

Rafael Nadal, Roger Federer, Roland-Garros 2006
Rafael Nadal, Roger Federer, Roland-Garros 2006, Fep / Panoramic

7. Federer et Nadal ont joué une seule finale de Masters

Federer et Nadal auront été les deux meilleurs du monde entre 2006 et 2010. Ils n’ont laissé entrer Novak Djokovic dans leur monde qu’en 2011 pour former le fameux Big Three. Et pourtant il y eut un seul Fedal en finale des ATP Finals, en 2010, remporté 6-3, 3-6, 6-1 par le Suisse avec un fabuleux 92,5% de points gagnés derrière sa première balle. Federer mène 4-1 contre Nadal au Masters et 5-1 en indoor.

8. Federer a gagné plus d’une fois sur terre battue

Contrairement à une idée reçue, Federer n’a pas battu Nadal une seule fois sur terre battue mais bien deux fois : d’abord en finale à Hambourg en 2007 (2-6, 6-2, 6-0), ensuite en finale à Madrid en 2009 sur le score net de 6-4, 6-4, sans la moindre balle de break pour l’Espagnol. Malgré la dimension spectaculaire de cette victoire, en terre espagnole, cette date a quelque peu été enterrée, à la fois par la victoire de Federer à Roland-Garros cette année-là, plus importante, et par le stat globale entre les deux hommes sur terre : 14-2 pour Nadal.

9. Federer a toujours eu des balles de break contre Nadal… sauf la première fois

Si le bilan déséquilibré entre Federer et Nadal laisse un goût amer aux fans du Suisse, ce n’est pas seulement parce que l’Espagnol l’a détrôné à Wimbledon en 2008 et bientôt de sa place de numéro un mondial. C’est peut-être aussi parce qu’il a eu ses occasions à chaque match, quel qu’il ait pu être (surface, période, tournoi…). Une seule fois, l’excellent serveur Federer ne s’est pas procuré de balle de break contre Nadal : la première, à Miami, en 2004. 6-3, 6-3 pour Nadal contre un Federer malade. La lecture du livre permet de mesurer le nombre de balles de break sauvées par Nadal avec incroyable maestria… ou rendue par Federer sur des fautes directes qu’il ne commettait jamais. Sauf contre Nadal.

10. Un seul Fedal a duré moins d’une heure

Demi-finale de Masters 1000. Federer et Nadal au sommet de leur art. Programme de rêve ? Les spectateurs chinois de la demi-finale de Shanghai 2007 ont eu le droit de le penser, mais ça n’a pas duré longtemps. Avec une victoire 6-4, 6-1, Federer a expédié Nadal en 59 minutes, le duel le plus court de leur carrière.

Procurez-vous Fedal, par Rémi Bourrières et Christophe Perron
20 euros (prix conseillé)
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *