20 octobre 1985 : le jour où le match entre Ivan Lendl et Henri Leconte a été interrompu par un fanatique religieux

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, nous retournons en 1985 pour voir comment un fanatique religieux a interrompu la finale des Australian Indoor Championships, à Sydney, en proposant une boisson aux joueurs.

20 octobre 2021

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Ce jour-là, le 20 octobre 1985, un étrange incident se produit lors de la finale des championnats australiens en salle, à Sydney. En plein match, Henri Leconte et Ivan Lendl voient un homme entrer sur le court et leur proposer des boissons sur un plateau, tout en délivrant un discours contre le système bancaire. L’incident n’entame pas la concentration de Lendl qui s’impose en trois sets, 6-4, 6-4, 7-6.

Les acteurs : Ivan Lendl et Henri Leconte

  • Ivan Lendl, numéro 1 mondial imperturbable

Né en 1960, Ivan Lendl est numéro 1 mondiale en octobre 1985. Passé pro en 1978, il se pose depuis 1980 comme l’un des quatre meilleurs joueurs au monde avec Bjorn Borg, John McEnroe et Jimmy Connors. Bien qu’il ait déjà remporté des dizaines de tournois ATP, dont le Masters 1981 en venant à bout de Vitas Gerulaitis (6-7, 2-6, 7-6, 6-2, 6-4), il ne parvient pas à décrocher un titre du Grand Chelem avant 1984. A vrai dire, il a échoué à quatre reprises en finale, une fois à Roland-Garros (en 1981, battu par Bjorn Borg), deux fois à l’US Open (battu par Jimmy Connors, en 1982 et 1983) et une en Australie (battu par Mats Wilander en 1983).

En 1984, Lendl triomphe finalement à Roland-Garros, venant à bout de John McEnroe à l’issue d’une finale légendaire où il surmonte un handicap de deux sets (3-6, 2-6, 6-4, 7-5, 7-5). En 1985, il atteint la finale de Roland-Garros (battu une nouvelle fois par Wilander, 3-6, 6-4, 6-2, 6-2), mais quelques mois plus tard, il remporte son premier US Open, en s’imposant face à McEnroe (7-6, 6-3, 6-4), s’assurant du même coup la première place mondiale.

Ivan Lendl redéfinit les standards du jeu de fond de court, avec un coup droit lifté très puissant qui lui permet d’être à la fois agressif et extrêmement régulier, poussant ses adversaires à un rude combat physique. Il redéfinit également les standards en termes de préparation, s’entraînant plus que quiconque auparavant, bien plus soucieux de sa condition physique et de son alimentation que n’avaient l’habitude de l’être les tennismen de l’époque.

  • Henri Leconte, le magnifique gaucher

Henri Leconte est né en 1963. Avec son jeu spectaculaire à haut risques, le gaucher se fait remarquer chez les juniors, où il remporte Roland-Garros en 1980. En 1982, il gagne à Stockholm son premier tournoi chez les pros, en battant Mats Wilander en finale (7-6, 6-3). Il s’impose à Roland-Garros en double en 1984, associé à Yannick Noah, et en simple, il obtient ses premiers résultats marquants en Grand Chelem en 1985, atteignant les quarts de finale des Internationaux de France (battu par Wilander, 6-4, 7-6, 6-7, 7-5) et à Wimbledon (éliminé par Boris Becker, 7-6, 3-6, 6-3, 6-4). En octobre 1985, il est 22e mondial.

Henri Leconte
Henri Leconte, Roland-Garros, 1992

Le lieu : Sydney

Le Sydney Australian Indoor Championship a été créé en 1973 et se déroule sur des courts en dur couverts. La première édition fut remportée par la légende australienne Rod Laver, aux dépens de son compatriote John Newcombe  (3-6, 7-5, 6-3, 3-6, 6-4). Toutefois, au cours des années suivantes, les joueurs américains ont assis leur mainmise sur l’épreuve, Jimmy Connors triomphant en 1977 et 1978, suivi de Vitas Gerulaitis en 1979 puis de John McEnroe, qui s’impose quatre fois d’affilée (1980-1983).

L’histoire : Un homme entre sur le court et propose des boissons à Lendl et Leconte

La finale des Championnats d’Australie en salle de 1985, à Sydney, est une confrontation prometteuse entre deux joueurs aux styles de jeu et aux personnalités différents, Ivan Lendl, le numéro un mondial au sérieux imperturbable, et Henri Leconte, le gaucher français spectaculaire et imprévisible. Cependant, de façon inattendue, cette finale allait entrer dans l’histoire du tennis pour une toute autre raison.

Au neuvième jeu du deuxième set, après que Lendl a remporté la première manche (6-4), alors que les joueurs sont à égalité sur le service de Leconte, « un homme vêtu de l’uniforme d’un traiteur de tournoi entre sur le court avec un plateau d’argent sur lequel sont posées deux boissons », selon le Canberra Times. À la stupéfaction générale, il dépose ensuite son plateau sur le sol et a déclaré : « Je voudrais apporter deux boissons à ces messieurs ». Comme aucun des joueurs ne semble intéressé par un verre de jus d’orange, le nouveau venu se lance alors dans un sermon le mal que représentent les cartes de crédit – le tournoi est justement sponsorisé par une société de financement, Custom Credits. 

L’homme, qui est employé comme plongeur par la société de restauration officelle du tournoi, est ensuite escorté hors du court par des agents de sécurité, mais Lendl, que cet incident n’a pas fait rire du tout, n’est pas satisfait de la façon dont la situation a été gérée.

« Je pense qu’ils auraient dû être plus durs avec lui, après qu’ils ont essayé de l’emmener et qu’il leur a résisté. Je ne veux pas être cruel mais cela devrait être fait aussi rapidement que possible. »

C’est le deuxième incident survenu pendant le tournoi, une alerte à la bombe ayant déjà entraîné l’évacuation de 7 000 spectateurs quelques jours auparavant.

Tous ces événements ne parviennent pas à briser la concentration du numéro un mondial. Après avoir remporté le deuxième set (6-4), il sauve trois balles de set dans le troisième set mais s’impose finalement, 6-4, 6-4, 7-6.

Grâce à cette victoire, Lendl port sa série de victoires en cours à 17 matches et renforce son emprise sur le circuit.

LA POSTÉRITÉ DU MOMENT : Lendl numéro 1 mondial incontesté

Ivan Lendl restera numéro 1 mondial sans interruption jusqu’en septembre 1988 (dépassé par Mats Wilander). Au cours de sa carrière, il accumulera 8 titres du Grand Chelem : trois à Roland-Garros (1984, 1986, 1987), trois à l’US Open (1985-1987), où il jouera huit finales consécutives entre 1982 et 1989, et deux à l’Open d’Australie, après que celui-ci soit passé du gazon au dur (en 1989 et 1990). Le Tchèque ne parviendra jamais à s’imposer à Wimbledon, où son jeu n’est pas aussi performant, mais il y atteindra tout de même la finale en 1986 (défaite contre Boris Becker, 6-4, 6-3, 7-5) et en 1987 (défaite contre Pat Cash, 7-6, 6-2, 7-5). En 1992, après une procédure de cinq ans, il obtiendra la nationalité américaine.  A la fin de sa carrière, en 1994, le désormais Américain aura été numéro 1 mondial pendant 270 semaines (dépassant le record de Connors de 268) et aura remporté 94 titres ATP.

Henri Leconte, qui atteindra la cinquième place mondiale en 1986, restera célèbre pour avoir atteint la finale de Roland-Garros en 1988 (battu par Mats Wilander, 7-5, 6-2, 6-1) – en 2021, il il reste le dernier joueur français à avoir disputé une finale à Paris. Toutefois, son plus grand exploit sera sa victoire contre Pete Sampras en finale de la Coupe Davis 1991, qui permettra à la France de remporter la compétition pour la première fois depuis 1932.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *