Abonnez-vous à la newsletter

26 juillet 1999 : Le jour où Patrick Rafter est devenu le numéro 1 mondial le plus éphémère de l’histoire

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 26 juillet 1999, Patrick Rafter devient numéro 1 mondial, pour un règne d’une semaine.

Patrick Rafter Patrick Rafter

Ce qui s’est passé et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Le 26 juillet 1999, Patrick Rafter devient le premier Australien à devenir numéro 1 mondial depuis John Newcombe, en 1974. L’Australien vient d’atteindre les demi-finales de Wimbledon, dix mois après son deuxième sacre à l’US Open, et n’occupera cette place qu’une petite semaine. Le règne le plus court de l’histoire.

Le personnage : Patrick Rafter

  • Patrick Rafter, seul face aux géants

Patrick Rafter, né en 1972, passe pro en 1991. Avant 1997, l’Australien n’a remporté qu’un seul tournoi, à Manchester, en 1994. En 1997, sa carrière décolle. Il atteint les demi-finales à Roland-Garros, battu par Sergi Bruguera (6-7, 6-1, 7-5, 7-6). Quelques mois plus tard, après avoir disputé deux finales à Indianapolis et Long Island, il remporte l’US Open. Stupéfaction. Le deuxième titre de sa carrière. Il fait d’abord chuter Andre Agassi (alors 63e mondial, 6-3, 7-6, 4-6, 6-3), puis le numéro 2 mondial Michael Chang (6-3, 6-3, 6-4). En finale, il vient à bout du Britannique Greg Rusedski (6-3, 6-2, 4-6, 7-5).

En 1998, ses résultats décevants en début d’année le mettent sous le feu des critiques. John McEnroe déclare qu’il ne reproduira pas son exploit de l’US Open. Pete Sampras fait remarquer que, pour être un grand joueur, Rafter doit gagner un autre tournoi majeur. Pour leur répondre, à l’été 1998, “Pat” Rafter remporte coup sur coup les tournois de Toronto et Cincinnati (où il bat en finale… Pete Sampras, 1-6, 7-6, 6-4). Sur sa lancée, l’Australien s’adjuge un deuxième titre à l’US Open, en battant une fois de plus “Pistol Pete” (6-7, 6-4, 2-6, 6-4, 6-3) avant de venir à bout de son compatriote Mark Philippoussis (6-3, 3-6, 6-2, 6-0). La première finale de Grand Chelem 100 % australienne depuis 1970. Bud Collins décrit alors Patrick Rafter comme « un homme humble et élégant sur le court, d’une grande générosité, avec une attitude de gentleman. »

L’histoire : Rafter, le n°1 mondial le plus “court” de l’histoire

Lorsque s’ouvre la saison 1999, Patrick Rafter est 4e mondial. Il est auteur d’une énorme deuxième moitié d’année 1998. Après avoir remporté deux Masters 1000 à la suite, il triomphe pour la deuxième fois à l’US Open. A ce moment-là, Patrick Rafter n’est pas considéré comme un candidat à la première place mondiale. Mais la saison démarre de manière inattendue. Ievgueni Kafelnikov s’impose à l’Open d’Australie en l’absence des deux premiers mondiaux, Pete Sampras et Marcelo Rios. Sampras, qui domine le circuit depuis 1993, est épuisé après avoir lutté toute l’année pour terminer l’année à la première place. Il établit alors un nouveau record avec six années consécutives terminées en tant que numéro 1 mondial. Mais il ne dispute que quatre tournois avant le mois de mai.

Il n’y a pas d’autre leader sur le circuit à ce moment. Trois candidats se dégagent pour prendre sa place : Patrick Rafter, vainqueur de l’US Open 1997 et 1998, Carlos Moya, vainqueur de Roland-Garros 1998, et Ievgueni Kafelnikov, auréolé de son titre au Melbourne Park. En mars, Moya devient le premier d’entre eux à atteindre le sommet. La place de numéro 1. Il n’y reste que deux semaines. Aucun des trois joueurs n’est en grande forme au début du printemps 1999. Le classement évolue sans réel lien avec leurs derniers résultats, ce qui créer une situation confuse pour qui ne connaît pas le mode de calcul du classement ATP. En mai, c’est au tour de Kafelnikov de devenir premier mondial. Pour seulement six semaines.

Pendant ce temps, alors que l’été approche, Patrick Rafter revient en forme et se retrouve à deux reprises à une victoire de la consécration. En mai, en finale de Rome, Gustavo Kuerten ne lui laisse aucune chance (6-4, 7-5, 7-6). Lorsque débute la saison sur herbe, il remporte son premier titre de la saison à s’Hertogenbosch, aux dépens d’Andrei Pavel (3-6, 7-6, 6-4). A Wimbledon, il domine Todd Martin en quarts pour pouvoir défier Andre Agassi en demi-finale. L’Américain vient juste de triompher à Roland-Garros. Il lui aussi la première place mondiale. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de cette demi-finale de Wimbledon. Agassi la remporte en trois sets (7-5, 7-6, 6-2). 

Je me suis trouvé si près à plusieurs reprises… Et puis ça finit par arriver.

Pat Rafter

Mais trois semaines plus tard, sans jouer, Patrick Rafter dépasse Agassi au classement. Comment est-ce possible ? L’Américain est le tenant du titre à Washington, où il s’était imposé en juillet 1998. Mais en 1999, le tournoi a été déplacé au mois d’août. Le 26 juillet 1999, Agassi perd les points marqués l’an passé à Washington. En même temps que la première place mondiale.

Contrairement à ses rivaux, Patrick Rafter n’est inscrit à aucun tournoi cette semaine-là. A Los Angeles, Pete Sampras et Andre Agassi s’affrontent pour la finale avec la place de numéro 1 en jeu. Sampras prend le dessus (7-6 7-6) et déboute Rafter. L’Australien ne parviendra jamais à récupérer la première place. Et il n’aura jamais eu l’occasion de disputer un tournoi en tant que numéro 1 mondial. Le règne… le plus “court”.

« Je n’avais pas du tout abordé cette année en pensant au classement, explique Rafter à Cincinnati. Ça n’a jamais été un objectif. C’est seulement que je me suis retrouvé si près à plusieurs reprises, et puis ça a fini par arriver. Je plaisante toujours avec les autres joueurs. Ils disent : ‘Félicitations, mec, tu es devenu numéro 1’. Je leur réponds : ‘Oui, pour une semaine’. Ils me rétorquent alors : ‘Au moins tu y es arrivé ! Tu peux au moins dire que tu es arrivé au sommet’. »

La postérité du moment : 1999, année erratique

Pete Sampras, Carlos Moya, Ievgueni Kafelnikov, Andre Agassi, Patrick Rafter. En 1999, cinq joueurs différents auront occupé la première place mondiale. Un nombre record. En septembre, après avoir triomphé à l’US Open, Andre Agassi s’installe au sommet jusqu’à la fin de la saison. Il deviendra le champion du monde 1999.

Patrick Rafter disputera deux finales consécutives à Wimbledon, vaincu par Pete Sampras en 2000 (6-7, 7-6, 6-4, 6-2), puis terrassé en 2001 par Goran Ivanisevic à l’issue d’une légendaire finale en cinq sets (6-3, 3-6, 6-3, 2-6, 9-7). Malgré les attentes du public australien, il ne parviendra pas à triompher à Melbourne Park. Son meilleur résultat reste une demi-finale en 2001 contre Agassi (7-5, 2-6, 6-7, 6-3, 6-3). Fin 2001, son épaule nécessitera une intervention chirurgicale. Il ne reviendra pas sur le circuit. Patrick Rafter officialisera sa retraite en 2003, et sera intronisé au Hall of Fame du tennis en 2006.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.