Entretien exclusif : Andrey Rublev, entre patience dans la vie et impatience dans le succès

Engagé cette semaine dans son premier Masters, Andrey Rublev explique pourquoi trouver l’équilibre entre l’intensité et le calme est la clé de son succès.

À mi-parcours à Roland-Garros cette année, Andrey Rublev se dirigeait vers son hôtel, deux raquettes à la main, en se promenant avec désinvolture dans les rues de Paris. Bien que la foule habituellement présente à Roland-Garros soit restée à l’écart en raison des restrictions liées aux coronavirus, cela semblait correspondre au jeune Russe, encore relativement inconnu malgré son entrée dans le Top 10.

Mais les choses commencent à changer pour le jeune homme de 23 ans, battu dimanche en deux manches (6-3, 6-4) par Rafael Nadal pour son premier match au Masters. Des Nitto ATP Finals qu’il a aborde avec cinq titres à son actif en 2020, un exploit que seul le numéro un mondial Novak Djokovic lui partage. Après chaque succès, sa popularité s’accélère et il aime ça.

« J’aimerais être célèbre, oui », a-t-il déclaré à Tennis Majors. « Mais je ne sais pas. Je suis vraiment calme d’une certaine manière, comme si j’étais seul. Je n’aime pas avoir beaucoup de gens autour de moi, à part mes proches. Mais être célèbre, oui, j’aimerais bien, parce qu’au final, c’est mieux pour moi. Plus de gens me soutiendront, plus de gens viendront à mes matchs. Donc au final, si je veux être un meilleur sportif, être plus célèbre, ça fait aussi partie du jeu. Oui, c’est vrai. Si je ne le souhaite pas, alors je dois faire autre chose. »

Une année 2020 brillante

Rublev a plutôt bien fait son travail en 2020. Il a commencé par des victoires à Doha et à Adélaïde, puis a gagné Hambourg, Saint-Pétersbourg et Vienne après la pause de cinq mois dûe au coronavirus, tout en se qualifiant pour les quarts de finale de l’US Open et de Roland-Garros.

Le Russe est devenu l’un des joueurs les plus populaires sur le circuit, peut-être parce qu’il a le coeur sur la main. Si vous voulez savoir comment il se sent, il est assez facile de le savoir rien qu’en regardant son visage. Intense sur le terrain, il peut devenir fou mais il peut aussi être patient, heureux de faire durer les échanges, tenter de déstabiliser son adversaire pour casser le rythme. Comme l’a dit Andy Murray à Gael Monfils lors de leur récente discussion sur Twitch : « Il a une grande intensité. Il adore le jeu. Il a connu une année brillante et je pense qu’il aimera les conditions à Londres, il sera donc intéressant de voir comment il s’y prendra ».

L’équilibre entre l’intensité et la patience est un travail de tous les jours pour Andrey Rublev : »Je dirais que je suis vraiment patient dans la vie normale », a déclaré Rublev.

« Donc c’est vraiment difficile de me mettre en colère dans la vie. Mais je n’ai pas vraiment de patience parfois dans certains jeux où il faut jouer plus lentement et vraiment faire attention. Ça commence peut-être à me stresser, parce que je n’aime pas vraiment ça. Je préfère arrêter que de continuer. Et puis, vous savez, je n’ai pas vraiment de patience. Si on me donne un objectif ou on me dit de faire quelque chose que je dois faire, comme un deal ou autre chose, d’accord, oui, j’aurai de la patience et je le ferai avec soin, comme, je ne sais pas, comme un puzzle ou autre chose. Mais pour le faire tout seul, je stresse plus que je n’apprécie. »

Des parties d’échecs

Parfois, regarder Rublev jouer, c’est comme regarder une partie d’échecs rapide, une bataille tactique rythmée. C’est un cliché de dire que tous les Russes doivent aimer les échecs, mais dans le cas de Rublev, c’est vrai.

« Les échecs, j’aime beaucoup », a-t-il dit. « Bien sûr, si je joue contre un gars qui réfléchit 10 minutes à chaque mouvement, je n’aime pas ça parce que pour moi, ça doit prendre quelques minutes au maximum. Mais ensuite, si la partie est vraiment serrée, oui, je peux réfléchir pendant un moment. Mais si le gars, chacun de ses mouvement dure 10 minutes, j’ai envie d’arrêter. Mais j’aime vraiment les échecs. »

Une opposition entre Rublev et Medvedev, comme en quarts de finale du dernier US Open, donne lieu à de nombreux rebondissements, les deux joueurs misant sur la patience. Mais sur l’échiquier entre les deux, c’est une autre histoire.

« Non, aux échecs (Medvedev) n’a pas assez de patience », a-t-il déclaré. « Parce qu’à la fin, là, c’est différent, vous mettez cette patience dans la réflexion. Quand les gars réfléchissent, vous réfléchissez ou vous essayez de trouver une solution, comment vous pouvez faire, alors le temps passe vite ».

Un choc émotionnel

L’année exceptionnelle de Rublev sur le court a été tristement entravée par la mort de sa grand-mère bien-aimée, dont il a appris la nouvelle immédiatement après sa défaite contre Stefanos Tsitsipas à Roland-Garros. La victoire à Saint-Pétersbourg peu après a été, selon lui, la victoire la plus émouvante de sa carrière.

« Elle a été l’une des plus importantes (personnes de sa vie) car j’ai vécu avec ma grand-mère et mon grand-père pendant de nombreuses années », a-t-il déclaré. « L’école où j’allais était juste en face de l’appartement de mes grands-parents. Mes parents travaillaient toute la journée et il n’y avait pas d’école près de leur appartement. Alors ma grand-mère et mon grand-père s’occupaient de moi. Mon grand-père m’emmenait toujours à l’entraînement de tennis avec ma mère. Puis elle me ramenait à la maison et ma grand-mère m’attendait déjà avec la nourriture, toujours en train de cuisiner pour moi, m’aidant à faire ses devoirs. Donc, en gros, elle faisait… tout, jusqu’à ce que j’aie 15 ou 16 ans. Elle prenait la partie principale, elle cuisinait, elle vérifiait mes devoirs, elle faisait les devoirs avec moi, tous ces trucs. Donc oui, elle était l’une des personnes les plus proches de moi. »

Même si sa grand-mère était plus préoccupée par ses travaux scolaires que par ses performances tennistiques.

« Bien sûr, elle suivait mes résultats, mais ce n’était pas vraiment elle qui soutenait le tennis », a-t-il dit. « Parfois, elle était encore plus heureuse si j’avais une bonne note à l’école. Je ne me souciais pas du tout de l’école, je n’essayais même pas de donner un pour cent de mes efforts à l’école. Et ma grand-mère était parfois déçue que je ne ramène pas vraiment de bonnes notes et que je me soucie trop du tennis. Il m’a semblé que, parfois, elle ne croyait pas vraiment au fait que je devienne joueur de tennis. Et c’est pourquoi elle était un peu plus concentrée sur l’école. »

La progression du tennis russe

Les jours s’annoncent radieux pour le tennis masculin russe, avec Rublev et Medvedev, qui représente un quart des engagés au Masters. Avec Karen Khachanov, trois joueurs russes figurent parmi les 20 premiers du monde et tous trois ont été classés dans le top 10 à un moment de leur carrière. Ils se connaissent tous les trois depuis leur enfance et s’inspirent les uns les autres.

« Dans mon cas, il ne s’agit même pas de Daniil ou de Karen, parce qu’il y a tellement de jeunes joueurs, tellement de joueurs de mon âge, avec lesquels je jouais en junior et ils faisaient mieux ou moins bien que moi. Parfois, quand ils gagnaient des matchs ou des tournois, vous vous dites, wow, je jouais avec ce type et maintenant il gagne là, donc ça veut dire que j’ai aussi une chance, a déclaré Rublev. Alors j’ai juste besoin de croire davantage en moi et de travailler encore plus et nous verrons ce qu’il va se passer. Il ne s’agit donc pas seulement de Daniil ou de Karen, je pense que c’est en général là que tous les gars de notre génération se poussaient les uns les autres. »

Rublev a commencé sa course au titre par une défaite à la régulière contre le numéro deux mondial Rafael Nadal. Un premier accroc qui rappellent ses propos : il ne se dit pas sûr d’avoir sa place dans ce gratin du tennis mondial. Mais son esprit est déjà tourné vers 2021.

« L’objectif principal pour 2021 est d’améliorer les choses que je dois améliorer », a-t-il déclaré. « Par exemple, je ne sais pas combien de semaines je vais devoir m’entraîner. Disons qu’avec quatre semaines, il s’agit d’utiliser ces quatre semaines au maximum pour améliorer autant de choses que possible, surtout les plus importantes, comme le physique et le mental. C’est donc l’objectif principal ».

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *