Murray forfait pour Cologne, incertain pour Bercy

Andy Murray a dû déclarer forfait avant le premier tour du tournoi ATP 250 de Cologne. L’Ecossais est touché à la cuisse gauche et pourrait également manquer le Rolex Paris Masters à Bercy.

Andy Murray

Les ennuis ne sont pas terminés pour Andy Murray. L’Ecossais a été contraint de se retirer du deuxième tournoi ATP 250 de Cologne en raison d’une inflammation du psoas de la cuisse gauche. Sa présence au Masters de Bercy, et toute sa fin de saison, est également en doute.

Murray avait été éliminé d’entrée au premier tournoi de Cologne, battu par Fernando Verdasco (6-4, 6-4). Il pointe actuellement à la 115e place mondiale, seulement trois ans après avoir été numéro un à l’ATP. Outre Cologne, Murray envisageait de participer au Erste Bank Open de Vienne, avant de rejoindre le Rolex Paris Masters, le 2 novembre.

La difficulté d’enchaîner pour Murray

Opéré de la hanche en 2019, Andy Murray avait réussi son retour sur le circuit (un titre à Anvers). Mais depuis, l’Ecossais peine à enchaîner les rencontres et retrouver une forme durable. Murray n’est pas épargné par les pépins physiques, comme le prouve une nouvelle fois son forfait en Allemagne. “Ce que j’aimerais, c’est six mois constants d’entraînements, de tournois et de repos” avait-il expliqué avant Roland-Garros.

Le double vainqueur de Wimbledon avait hérité d’un tirage difficile au premier tour du Grand Chelem français, avec une opposition contre Stan Wawrinka. Le Suisse n’avait laissé aucune chance à son ancien rival, avec une victoire en trois sets (6-1, 6-3, 6-2). Ce large revers avait déclenché une polémique sur l’attribution des invitations (wild-cards). “Est-ce qu’il a le droit d’être sur le court et de prendre les invitations de jeunes joueurs ?” avait réagi Mats Wilander sur Eurosport.

Un physique différent mais une technique inchangée

Murray avait refusé de rentrer dans le débat, préférant se concentrer sur son jeu. “D’un point de vue physique, je ne peux pas m’attendre à être comme avant l’opération, avait-il expliqué. Mais dans ma frappe de balle, mes coups et le reste, il n’y a pas de raison que je n’en sois pas capable techniquement. Il y a eu des matches depuis mon retour où j’ai bien frappé la balle.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *