Canadiens revanchards, la curiosité Forejtek, l’outsider Sinner : 5 bonnes raisons de suivre le tournoi de Sofia

L’ATP 250 de Sofia, qui débute ce dimanche, sera l’avant-dernier rendez-vous de la saison sur le circuit masculin. Voici cinq bonnes raisons de suivre le tournoi bulgare.

Intercalé entre le Rolex Paris Masters et le Masters de fin d’année, l’ATP 250 de Sofia (8-14 novembre) pâtit d’un manque de prestige certain vis-à-vis de ses deux voisins dans le calendrier 2020. Mais ce n’est pas pour autant qu’il sera dénué d’intérêt, bien au contraire. De la présence de deux têtes de série revanchardes aux premiers pas d’un jeune talent sur le circuit principal, voici cinq bonnes raisons de suivre le tournoi bulgare.

Shapovalov et « FAA », deux Canadiens en quête de revanche

L’un et l’autre ont réalisé des performances suffisamment probantes pour s’approcher, un temps du moins, des derniers accessits pour le Masters londonien. Mais Denis Shapovalov comme Félix Auger-Aliassime ont surtout vécu des désillusions ces dernières semaines. Le premier cité s’est incliné dès son entrée en lice à Cologne (6-1, 4-6, 6-2 contre Gilles Simon) et à Vienne (6-4, 7-5 face à Jurij Rodionov). Le second a subi la loi de Marin Cilic au premier tour du Rolex Paris Masters (6-0, 3-6, 6-3), dans la foulée d’une autre défaite d’entrée, face à son compatriote Vasek Pospisil à Vienne (7-5, 7-5). Il leur reste à chacun une occasion de finir 2020 sur une meilleure note. A Sofia, « Shapo » sera tête de série numéro 1. « FAA » (No2) débutera tout en bas du tableau. Si la logique est respectée, les deux Canadiens devraient donc se retrouver en finale.

Felix Auger-Aliassime, UTS 2020

Mannarino sera bien là

Battu par Alexander Zverev au bout du suspense jeudi soir (7-6, 6-7, 6-4) en huitième de finale du Masters 1000 parisien, Adrian Mannarino avait laissé planer le doute quant à sa participation au tournoi de Sofia. Mais le Français a fini par se laisser tenter, certainement dans l’optique de terminer l’année parmi les 32 meilleurs joueurs mondiaux et, ainsi, de bénéficier d’un statut de tête de série lors du prochain Open d’Australie. Opposé à un qualifié au premier tour, le Francilien (No 5) affrontera soit Egor Gerasimov ou Pablo Andujar. Richard Gasquet sera également présent en Bulgarie, où il devra commencer par se défaire de Roberto Carballes Baena. Gilles Simon, lui, est engagé dans les qualifications.

Forejtek, l’heure du grand saut

Jonas Forejtek, ce nom ne vous dit probablement rien. A moins que vous ne suiviez assidument les tournois Challengers et ITF. Auquel cas, vous avez sans doute déjà remarqué ce joueur tchèque de 19 ans, qui s’était notamment distingué en 2019 en remportant l’US Open juniors. Bénéficiaire d’une wild-card, le natif de Plzen (399e mondial) effectuera ses grands débuts sur le circuit principal à Sofia. Et il aura fort à faire, car Marin Cilic (tête de série No 8) se dressera sur sa route au premier tour.

Sinner a une belle carte à jouer

Vainqueur du Masters Next-Gen en 2019, Jannik Sinner laissait alors augurer de belles promesses. Il s’est employé à les confirmer en 2020, se permettant même de se hisser en quart de finale à Roland-Garros. Et si le joueur de 19 ans finissait l’année en apothéose en décrochant un premier titre ATP ? L’Italien fait en tout cas figure de sérieux outsider en Bulgarie, où le tirage au sort ne s’est pas montré impitoyable à son égard. Il pourrait d’ailleurs retrouver Alex De Minaur (tête de série n°3) en quarts. Les deux jeunes talents ne se sont plus affrontés depuis la finale du dernier Masters Next-Gen.

Basilashvili, pour stopper l’hémorragie

Contrairement à Jannik Sinner, Nikoloz Basilashvili a traversé la saison 2020 comme une ombre. Le Géorgien semble désormais très loin de son meilleur niveau, qui l’avait vu atteindre la 16e place du classement ATP en mai 2019. Le droitier de 28 ans – qui a en outre maille à partir avec la justice de son pays pour des faits de violences conjugales – ne met plus un pied devant l’autre, comme en témoigne sa série de huit défaites consécutives sur le circuit principal. En quête d’une victoire depuis février et son succès face à Ricardas Berankis à Dubaï (5-7, 7-6, 6-3), l’actuel 39e mondial cherchera à briser le signe indien contre Stefano Travaglia, son adversaire du premier tour à Sofia.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *