le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

Deux à six semaines d’arrêt pour Tsonga

Contraint d’abandonner face à Malek Jaziri à Dubaï, Jo-Wilfried Tsonga, touché au bras droit, est écarté des courts pour une période de deux à six semaines.

Tsonga_Coupe_Davis_2019 Tsonga_Coupe_Davis_2019 Crédit : AI / Reuters / Panoramic

A peine sorti d’un long tunnel, Jo-Wilfried Tsonga va devoir rallumer les phares : il vient d’entrer dans un autre. A priori beaucoup plus court, toutefois. Absent du circuit suite à l’Open d’Australie 2020, le Français a retrouvé les courts un an plus tard. C’était en février, à Montpellier. La faute à un corps abîmé. “J’ai des blessures irréversibles », expliquait-t-il à France tv Sport en avril 2020. Cinq mois plus tard, il faisait définitivement une croix sur la saison en raison d’un bassin usé. “J’ai un problème avec ma sacro-iliaque et mes iliaques, avec des œdèmes osseux et une inflammation qui persiste », détaillait-il via une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

“Je suis assez optimiste”

Cette fois, c’est une lésion musculaire qui est venue le mettre au repos forcé. Touché lors de son match face à Malek Jaziri au premier tour de l’ATP 500 de Dubaï, Tsonga a dû abandonner à trois jeux partout puis annoncer son forfait pour le Masters 1000 de Miami (du 24 mars au 4 avril pour le tableau principal).

“Je me suis fait une petite lésion musculaire sur le coraco-brachial (du bras droit)”, a-t-il détaillé en story Instagram. “C’est un muscle, en gros, qui est le long du triceps. Les médecins m’ont parlé de 2 à 6 semaines d’arrêt en fonction de l’évolution. Ça peut s’arranger très vite comme ça peut prendre un peu de temps. Je me suis blessé il y a deux ou trois jours et ça commence déjà aller mieux, donc je suis assez optimiste.”

Avant ce nouveau pépin physique survenu au Qatar, “JWT” a disputé deux tournois français pour son retour : Montpellier et Marseille. Lors de ce dernier il a décroché sa première victoire depuis novembre 2019. Un succès qui sonnait pour lui “comme le plus beau de sa carrière” après toutes les épreuves traversées et l’incertitude de pouvoir un jour retrouver les courts. A bientôt 36 ans, le natif du Mans, actuel 66e mondial, rêve désormais de “rejouer à Roland-Garros » et espère finir sa carrière sur le court. Comme il l’entend – dans l’idéal “après un énorme match – et non pas forcé de mettre les warnings pour se ranger sur le bas-côté suite à une énième blessure.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.