Juan Martín del Potro ne peut pas monter des escaliers sans souffrir

Toujours bien informé au sujet de Juan Martín del Potro, Sebastián Torok, journaliste pour le quotidien argentin La Nación, a donné des nouvelles de son compatriote. Si la fracture au genou est bien ressoudée, “Delpo” continue néanmoins à en souffrir.

Juan Martin Del Potro, Roland-Garros 2019

Au fil des années, les fissures l’ont ébranlée. Mais « la Tour de Tandil » est toujours debout. En 2009, après sa troisième opération du poignet, Juan Martín del Potro aurait pu mettre un terme à sa carrière, comme il l’a confié à ESPN Argentina fin novembre. Mais non, il s’est accroché. Que ce soit sur ou en dehors du court, il ne lâche rien. Jamais. Déjà opéré trois fois, aussi, d’une rotule droite fracturée à Shanghai en 2018, l’Argentin a pris la décision de subir une nouvelle intervention, au Brésil. Le but : lui prélever de la moelle osseuse et injecter ensuite les cellules dans son genou. D’après Sebastián Torok, journaliste de La Nación toujours bien informé au sujet du vainqueur de l’US Open 2009, la blessure est « réparée ». L’os est bien ressoudé, mais c’est désormais la douleur qu’il faut éliminer. Celle d’un « frottement (ressenti) sur la rotule » qui n’a cessé de le faire souffrir, même pour des choses banales du quotidien, comme monter les escaliers.

« Je me bats avec mon genou depuis un certain temps maintenant, avait expliqué Juan Martín del Potro , toujours pour ESPN Argentina. J’ai beaucoup de hauts et de bas. Par moments, je vais très bien, à d’autres c’est plus compliqué. Je continue à me lever chaque matin avec l’envie de pouvoir rejouer, parce que je sens que cette étape de ma vie n’est pas terminée. C’est ce qui me garde motivé pour continuer à chercher des traitements médicaux, etc. La réalité est difficile, mais tant que j’aurai cette sensation en moi – que ma carrière n’est pas finie – je continuerai à me battre. Peu importe le temps que ça prendra. »

Médaillé de bronze à Londres en 2012, puis vice-champion olympique à Rio de Janeiro quatre ans plus tard, Juan Martín del Potro, 32 ans, veut participer au JO de Tokyo l’été prochain. C’est un de ses rêves. Mais il n’en fait pas une limite. S’il n’est pas prêt à temps, il continuera à se battre pour revenir. Quitte à se mentir à lui-même, parce qu’il désire, coûte que coûte, finir sa carrière sur le court. Dire au revoir au public. Suite à sa blessure à Shanghai, « JMDP » a tenté un retour à la compétition en 2019. En vain. Après 13 matchs suivis d’un forfait avant son 2e tour au Queen’s, son corps a dit stop. À force d’être secouée, « la Tour de Tandil » ressemble de plus en plus à celle de Pise. En espérant qu’elle tienne debout jusqu’à s’offrir la fin de carrière qu’elle mérite. En compétition officielle, devant un stade plein à craquer.

Juan Martin del Potro, Rio 2016
Juan Martin del Potro, après sa victoire face à Rafael Nadal en demi-finale des Jeux olympiques de Rio en 2016
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *