14 janvier 1979 : le jour où John McEnroe est devenu le plus jeune vainqueur de l’histoire du Masters

Ce jour-là, le 14 janvier 1979, John McEnroe, âgé seulement de 19 ans mais déjà 4e mondial, sauve deux balles de match avant de battre Arthur Ashe en finale du Masters (6-7, 6-3, 7-5). C’est le premier tournoi majeur gagné par le talentueux gaucher, qui établit un record, invaincu jusqu’à aujourd’hui : celui du plus jeune joueur à remporter le prestigieux tournoi des Maîtres.

John McEnroe, On This Day

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Maître à 19 ans, record pour McEnroe

Ce jour-là, le 14 janvier 1979, John McEnroe, âgé seulement de 19 ans mais déjà 4e  mondial, sauve deux balles de match avant de battre Arthur Ashe en finale du Masters (6-7, 6-3, 7-5). C’est le premier tournoi majeur gagné par le talentueux gaucher, qui établit un record, invaincu jusqu’à aujourd’hui : celui du plus jeune joueur à remporter le prestigieux tournoi des Maîtres.

Les personnages : John McEnroe et Arthur Ashe

  • John McEnroe, étoile montante

John McEnroe, né en 1959, est l’étoile montante du tennis américain. Le gaucher de New-York éblouit le monde du tennis depuis ses premier pas sur le circuit, en 1977, lorsqu’à l’âge de 17 ans, il s’était aligné à Wimbledon en tant qu’amateur pour s’extraire des qualifications et atteindre les demi-finales. « Mac » est extrêmement talentueux. Son jeu est basé sur le toucher de balle et la précision, le tout agrémenté d’un service aussi original qu’efficace, souvent suivi au filet. En 1978, après avoir remporté les championnats universitaires américains, il parvient en demi-finale de l’US Open, où il est sèchement battu par le numéro 1 mondial, Jimmy Connors (6-2, 6-2, 7-5), et deux mois plus tard, il créé la sensation en battant Bjorn Borg en demi-finale de l’Open de Stockholm (6-3, 6-4). Ayant remporté le tournoi de Stockholm avant d’ajouter un nouveau tournoi à son palmarès en triomphant à Wembley, il est numéro 4 mondial à la fin de l’année. John McEnroe est déjà célèbre pour son comportement, qui choque à l’époque le monde bien propre et policé du tennis. Ses querelles incessantes avec le corps arbitral dénotent dans un sport dit « de gentlemen ».

mcenroe_wimbledon_otd_12_10
JOHN Mc ENROE – Wimbledon 1981 – 25.06.1981
  • Arthur Ashe, triple vainqueur en Grand Chelem

Arthur Ashe est né en 1943, à Richmond, en Virginie. Son père lui ayant interdit de jouer au football, le jeune Arthur commence à jouer au tennis sur des terrains publics, où son talent est remarqué par le meilleur joueur noir de Richmond, Ron Charity, qui lui enseigne les bases du jeu. En 1963, Ashe devient le premier joueur afro-américain à remporter les championnats nationaux junior en salle, et il obtient une bourse de tennis à l’université de Californie, à Los Angeles. Là, il peut étoffer son jeu en s’entraînant avec son idole, Pancho Gonzales, et la même année, il devient le premier joueur noir à être sélectionné dans l’équipe américaine de Coupe Davis. Ashe a déjà remporté 31 titres, et il a terminé deux fois finaliste malheureux face à Roy Emerson aux championnats d’Australie, en 1966 (défaite en quatre sets, 6-4, 6-8, 6-2, 6-3) et en 1967 (défaite en deux sets, 6-4, 6-1, 6-1), lorsqu’il devient le premier joueur noir à remporter un tournoi du Grand Chelem, en battant Tom Okker en finale de l’US Open 1968 (14-12, 5-7, 6-3, 3-6, 6-3). Ashe remporte par la suite deux autres titres du Grand Chelem, l’Open d’Australie 1970 (en battant Dick Crealy en finale, 6-4, 9-7, 6-2), et  Wimbledon en 1975 (en battant Jimmy Connors en finale, 6-1, 6-1, 5-7, 6-4). En outre, le champion afro-américain dispute les finales de deux autres tournois majeurs (l’Open d’Australie en 1971 et l’US Open 1972). Engagé dans la lutte pour les droits civiques, il est l’un des rares champions dont la renommée dépasse largement le cadre du tennis.

Arthur Ashe – Photo d’archives.

Le lieu : Madison Square Garden, New York

Créé en 1970, le Masters de fin d’année regroupe les huit meilleurs joueurs mondiaux. Le tournoi change initialement de lieu chaque année, et s’installe à New York, au Madison Square Garden, en 1977. Dans cette salle, “la plus célèbre du monde”, le Masters devient bien plus qu’un simple tournoi de tennis, il devient un véritable spectacle. Lors de cette première édition, les billets sont tous vendus longtemps à l’avance, avec plus de 18 500 spectateurs se pressant dans les gradins. Le directeur du tournoi, Ray Benton, a déplacé l’épreuve au mois de janvier afin d’éviter d’être en concurrence avec le football américain, et, dans l’attente du Super Bowl, le Masters de tennis est le principal événement de tennis aux États-Unis cette semaine-là.

L’histoire : McEnroe remporte son premier grand titre en sauvant deux balles de match

La finale du Masters 1978, qui se déroule en janvier 1979 au Madison Square Garden, est un véritable choc des générations et des personnalités : l’étoile montante américaine, le bouillant John McEnroe, âgé de 19 ans, affronte le sage sur le déclin, Arthur Ashe, trois fois titré en Grand Chelem, aujourd’hui âgé de 35 ans. L’Afro-Américain n’était pas non plus attendu à ce niveau, étant donné que, miné par les blessures en 1977, il avait commencé l’année 1978 au 257e rang mondial – et même après une excellente saison, il n’est encore que 13e mondial et ne s’est qualifié pour le Masters qu’après une cascade de forfaits.

Le public new-yorkais espère un match passionnant pour clore un tournoi plutôt décevant. Non seulement trois des cinq meilleurs joueurs du monde ont manqué à l’appel (Bjorn Borg, Guillermo Vilas et Vitas Gerulaitis), mais même l’affrontement tant attendu entre Jimmy Connors et John McEnroe n’a pas tenu ses promesses, le n°1 mondial se retirant ayant été contraint à l’abandon par une blessure au pied.

Dans ce contexte, McEnroe parvient à s’extraire de sa poule puis à se hisser en finale sans perdre un seul set, éliminant le numéro 6 mondial Eddie Dibbs en demi-finale (6-1, 6-4). De son côté, Ashe, après avoir subi une lourde défaite contre McEnroe lors de son premier match  (6-3, 6-1), profite du retrait de Connors pour atteindre les demi-finales, où il élimine de haute lutte le 7e mondial Brian Gottfried (7-5, 3-6, 6-3).

Lors de leur affrontement en phase de poule, McEnroe avait démoli Ashe, ne commettant qu’une seule faute directe pendant tout le match, mais il ne reproduit pas la même performance en finale. Le vainqueur de l’US Open 1968 a appris de sa défaite, et il est venu avec une nouvelle stratégie : il modifie sa position pour retourner le service extérieur de McEnroe, se déplaçant sur le côté pour forcer son adversaire à servir à plat sur son coup droit. Le joueur de 19 ans est manifestement perturbé par ce changement – il commet même trois doubles fautes consécutives qui lui font perdre trois balles de set dans la première manche -, ainsi que par les lobs d’Ashe. 

« J’ai été surpris qu’il puisse changer son jeu à ce point », dira McEnroe après coup, selon le New York Times.

La tension atteint son paroxysme dans le troisième set. Le vétéran, soutenu par le public, se détache 4-1, puis obtient deux balles de match à 5-4, 15-40 sur le service de McEnroe. Devant Don Budge, l’auteur du Grand Chelem en 1938, qui se trouve parmi 17 000 spectateurs, le jeune homme fait preuve de maîtrise et les sauve courageusement. Deux jeux plus tard, sur sa troisième balle de match, il scelle sa victoire, 6-7, 6-3, 7-6, remportant le premier titre majeur de sa jeune carrière.

« Je ne sais pas comment j’ai gagné ce match », commente plus tard McEnroe.

Son adversaire est impressionné par la capacité du jeune McEnroe à gérer la pression.

« La situation était un sacré défi, et il l’a relevé », déclare Ashe. « Il devait se ressaisir, comprendre ce qui lui permettait de gagner et adapter son jeu s’il perdait. Cela peut être difficile pour un jeune de 19 ans qui a été accompagné toute sa vie. »

À 19 ans, McEnroe est le plus jeune joueur à avoir jamais remporté le Masters.

La postérité du moment : McEnroe deviendra une légende

Arthur Ashe prendra sa retraite en 1980, détenant un total de 81 titres. Il deviendra alors capitaine de l’équipe de Coupe Davis, où l’un de ses plus grands défis sera de gérer les colères de McEnroe. De fait, le comportement de McEnroe, combiné aux frasques de Connors pendant la campagne de 1984, le poussera à démissionner en 1985. Arthur Ashe mourra en 1993 du sida, qu’il avait contracté lors d’une transfusion sanguine dans les années 1980. 

John McEnroe restera le plus jeune vainqueur de l’histoire du Masters. Tout au long de sa carrière, il triomphera trois fois à Wimbledon (1981, 1982, 1984) et quatre fois à l’US Open (1979, 1980, 1981, 1984). 1984 sera l’année de son apogée, au cours de laquelle sa seule déception sera sa défaite crève-cœur contre Ivan Lendl en finale de Roland-Garros, après avoir mené deux manches à zéro. Après 1984, McEnroe ne s’imposera plus jamais en  Grand Chelem. En 1986, mentalement épuisé, il fera même une pause pour épouser Tatum O’Neal. Après son retour, « Mac » n’obtiendra jamais les mêmes résultats et n’atteindra plus de finale en Grand Chelem. Au total, McEnroe détiendra sept titres du Grand Chelem et aura passé 170 semaines au sommet du classement mondial.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *